Filles, femmes‎ > ‎

Filles 2010

Année 2010

La fille âgée de quatorze ans est en état de grossesse. Le mari et l’oncle de la fille ainsi que le professeur de mathématiques qui entretenait des relations sexuelles avec l’élève sont tous déférés au parquet de Kolda. Sud Quotidien

« Quelles stratégies pour retenir les filles à l’école au delà du cycle fondamental ?». Voilà le thème du panel que le Cadre de coordination des interventions pour l'éducation des filles (Ccief) a organisé hier, à Dakar, en partenariat avec le Groupe pour l'étude et l'enseignement de la population (Geep) et avec le club Evf du lycée Blaise Diagne. Sud Quotidien

Plaidoyer pour le maintien des filles à l’école : Le Forum des éducatrices africaines prône l’implication de la population. Walf Fadjri

Des enseignants ont dénoncé samedi les nombreux cas de grossesse en milieu scolaire et de mariages précoces dans la région de Kolda (sud) et invité à l’introspection certains de leurs collègues, présumés auteurs de ces dérives. Agence de Presse Sénégalaise

Quelque deux cents femmes devraient prendre part à une marche de protestation contre les violences basées sur le genre (VBG), mardi, dans la commune de Kolda (sud), a appris l’APS des organisateurs. Agence de Presse Sénégalaise

Le coordonnateur de l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO), Pape Sarr, a indiqué que l’état civil constitue la première cause de la déperdition scolaire des jeunes filles, soulignant que certains parents ne déclarent pas leurs enfants à la naissance. Agence de Presse Sénégalaise

Le coordonnateur de l’action éducative en milieu scolaire (AEMO), Pape Sarr, a indiqué samedi à Diendé (région de Sédhiou) que ‘’les auteurs et complices de grossesses en milieu scolaire seront traduits en justice conformément à la loi et à une décision prise au niveau local’’. Agence de Presse Sénégalaise

Entre 1997 et 2007, quatre mille six cent vingt-trois communautés à travers le Sénégal ont solennellement procédé à l’abandon de la pratique de l’excision, ainsi que des mariages précoces et forcés. Ce qui représente un taux d’abandon de 77 %, annonce le coordonnateur national de l’Ong Tostan au Sénégal, Khalidou Sy. Walf Fadjri

En expliquant cette problématique devant la presse, la juriste a laissé entendre que la charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples relative aux droits des femmes, dispose dans son article 6 « qu’aucun mariage n’est conclu sans le plein et libre consentement des deux époux, et que l’âge minimum de mariage pour la fille est de 18 ans ».  Or, au Sénégal, s’est offusquée la juriste, l’âge légal du mariage est fixé à 18 ans pour le garçon et 16 ans pour la fille. Sud Quotidien

Région de Kolda : 111 grossesses précoces et 58 mariages forcés enregistrés au premier semestre de 2007. Les victimes sont principalement des élèves âgées de 12 à 17 ans. Walf Fadjri _ Walf Fadjri _ Walf Fadjri

Lutte contre l’excision au Fouladou : Les déclarations d’abandon ayant fait long feu, place à la sensibilisation. Walf Fadjri

Le Groupe de recherche sur les femmes et les lois au Sénégal (GRFEL) a initié depuis mercredi à Dakar un atelier au profit des enfants, en vue de les amener à participer à leur propre protection contre les mutilations génitales féminines et les mariages précoces. Agence de Presse Sénégalaise

Lutte contre les mariages précoces : Les acteurs souhaitent l’implication des journalistes. Le Soleil

Violences faites aux filles en milieu scolaire en Afrique : Le Sénégal, le pire élève. Walf Fadjri

Pour aider le gouvernement sénégalais à renforcer la scolarisation des filles qui est un des maillons faibles du système éducatif, la coopération italienne appuie, sous forme de don, notre pays dans ce domaine pour un montant de 1 803 881 750 francs pour les deux prochaines années. Walf Fadjri

De zéro fille sur un effectif de 75 élèves en 2006, le Collège de Dialacoto totalise cette année 337 filles sur 613 élèves. Pour en arriver là, le comité de veille mis en place de concert avec le club pour l’éducation à la vie familiale, la communauté éducative relayée par le comité de lutte contre les violences faites aux femmes, ont mené et réussi le combat contre les harcèlements sexuels, les grossesses et/ou mariages précoces entre autres viols. Le Soleil

Le Projet d’appui d’éducation des filles (Paef) financé à hauteur de plus d’un milliard de F Cfa a pour objectif de réduire les obstacles au maintien à l’école des filles. Au total, près de 20.000 filles sont ciblées en deux ans. Le Soleil _ Agence de Presse Sénégalaise

Le manque d'engagement de l'Etat face aux problèmes liés à la violence à l’encontre des femmes se désole l’association de lutte contre la maltraitance des femmes de la banlieue ‘Ar jigguène’. Par la voie de sa présidente, elle demande au gouvernement de participer activement à la résolution de ce fléau. Walf Fadjri

La formation est assurée par Ndioro Ndiaye de l’AMLD, le général Lamine Cissé, ancien ministre de l’Intérieur, ancien représentant de la Mission des Nations unies en Centre Afrique (MINURCA), des représentants des ministères des Forces armées, etc. Elle abordera des aspects liés aux violences faites aux femmes, les besoins et problèmes particuliers des femmes et des filles dans les mécanismes de prévention des conflits. Agence de Presse Sénégalaise

La présidente nationale du Forum des éducatrices africaines (FAWE/Sénégal), Boussou Samb Diack, a invité jeudi les élèves de la région de Kolda (Sud), particulièrement les jeunes filles, à marcher sur les pas des femmes modèles. Agence de Presse Sénégalaise

Il a annoncé pour bientôt le démarrage de six projets au bénéfice des femmes notamment, ajoutant que l’éducation qui a été à l’origine de cette coopération par le biais des correspondances scolaires entretenus entre l’école de Diawar et la commune de Commercy, bénéficie d’une ’’importante considération’’. Selon M. War, ’’très peu de villages’’ sont à plus de deux kilomètres d’une école. Le taux de scolarisation a été ainsi boosté et se situe à 96 pour cent, a-t-il ajouté, promettant d’ici 2015 un taux de 100 %. Agence de Presse Sénégalaise

Le Comité exécutif de la coalition des organisations en synergie pour la défense de l'éducation publique (Cosydep) ambitionne d'intensifier la sensibilisation pour la prise en compte effective des besoins spécifiques des enfants handicapés et des filles marginalisées. Afrique en ligne

Revenant sur les multiplications des cas de grossesses en milieu scolaire, le ministre invite les parents à veiller davantage sur l’éducation de leurs enfants à la maison. PressAfrik

Le service régional de l’Action éducation en milieu ouvert (AEMO) de Sédhiou a fait état, vendredi, de 144 élèves enceintes en 2009-2010 des  0œuvres, selon toute vraisemblance, de leurs enseignants.‘’ Si l’on poursuivait les auteurs des grossesses précoces en milieu scolaire, 144 professeurs seraient aujourd’hui en prison’’, a déclaré Pape Sarr, coordonnateur régional de l’AEMO.  Agence de Presse Sénégalaise 

Pour maintenir les filles à l’école : Les enseignantes préconisent l’introduction de l’éducation sexuelle dans les programmes. Walf Fadjri   

Le fait qu’une élève abandonne les études sans avoir le baccalauréat ni suivre des études universitaires constitue un ’’gâchis’’ pour le système éducatif, a estimé l’inspectrice d’académie (IA) de Thiès, Absatou Diop Diallo. Agence de Presse Sénégalaise

Très tôt le matin, une caravane a quitté l’inspection départementale pour sillonner les grandes artères de la capitale du Baol, rappelant aux parents leurs devoirs envers leurs filles. Agence de Presse Sénégalaise

L’association des mères éducatrices (AME) de Sédhiou (sud) a initié, avec l’ouverture des classes, une campagne de distribution de gravures et de spécimens dans les zones de la région encore hostiles à l’envoi des jeunes filles à l’école, afin de convaincre les parents a constaté le correspondant de l’APS. Agence de Presse Sénégalaise

Le directeur de l’Enseignement moyen général (DEMG), Ibrahima Ndour, a insisté sur la nécessité de maintenir les filles au moyen-secondaire, soulignant tous les efforts consentis par l’Etat afin que la parité devienne une réalité au niveau de l’élémentaire. "Il faut maintenir les filles surtout dans l’enseignement moyen. Dans l’enseignement élémentaire nous avons atteint la parité, mais il ya beaucoup d’abandons, beaucoup de redoublements parmi les filles dans l’enseignement moyen", a-t-il notamment dit mardi à Diourbel. Agence de Presse Sénégalaise 

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Économie et des Finances, M. Abdoulaye Diop qui dit être confiant pour une bonne mise en œuvre de ce projet a souligné l’aspect consensuel de ce programme d’investissement qui, selon lui, a fédéré la société civile, les structures publiques, les collectivités locales et le secteur privé. Il a confié que l’État a pris toutes les dispositions nécessaires sur le plan institutionnel. À son avis, le Sénégal, dans l’exécution du compact, prêtera une attention particulière dans des domaines comme la gouvernance, les libertés économiques, l’éducation et le maintien des filles à l’écoleAfrique Actu

La scientifique Fatou Diop, professeur au département de Géologie de l’université cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, a été choisie comme femme modèle de la Journée nationale de l’éducation des filles dont la marraine, feu Adja Ndèye Sall, fut aussi une dame émérite qui a tout donné à l’éducation. Agence de Presse Sénégalaise

La question du maintien et de la réussite des filles à l’école ’’reste à consolider’’, bien que le Sénégal ait réalisé d’énormes efforts dans son combat pour la scolarisation de cette catégorie de sa population, a estimé la Première Dame, Viviane Wade, lors de la cérémonie de célébration de la Journée nationale pour l’éducation des filles (JNEF), jeudi à Dakar. Agence de Presse Sénégalaise

Célébration de la Journée de l’éducation des filles : Les déperditions scolaires au centre des préoccupations. Walf Fadjiri

La célébration de la Journée nationale de l’éducation des filles (JNEF), jeudi à Dakar, a été saisie par l’ensemble des acteurs pour plaider en faveur de stratégies efficaces en faveur du maintien des filles à l’école au-delà du cycle primaire où la parité filles- garçons est largement atteinte. Agence de Presse SénégalaiseWalf Fadjri _ Walf Fadjri

Instituée en mai 2006, cette journée marque "la volonté réelle et perceptible de l’Etat d’éradiquer les disparités entre garçons et filles", a indiqué à l’occasion l’inspecteur d’académie Maurice Ndéné Warore. Agence de Presse Sénégalaise

L’importance accordée à l’éducation des filles n’est plus à démontrer au Sénégal. Dans ses axes stratégiques de développement de la formation professionnelle, le ministère de l’Enseignement technique a accordé une place importante à la formation professionnelle féminine. Le Soleil

Le parrain de cette promotion sortante est M. Moussa Diaw Coulibaly, 1e adjoint au maire de la ville. L’école de coiffure François Mitterrand de Ziguinchor a déjà formé plus 500 filles, provenant de la Casamance naturelle, des autres régions du Sénégal, ainsi que de la Gambie et de la Guinée-Bissau. Le Soleil

Et au cours de la décennie, ces femmes rurales ont constaté que cette situation est due en grande partie à la pertinence du programme Goana initié par le président de la République, Me Abdoulaye Wade. Malgré ces avancées significatives, ont-elles dit, des difficultés existent encore dans divers domaines. Ces doléances sont liées à l’accès à la terre, aux moyens de production, aux financements, aux services sociaux de base, à l’application effective de la parité, la scolarisation et le maintien des filles à l’école, à la formation, la mise en place d’unités de transformation... Le Soleil 

L’Organisation non gouvernementale Fawe/Sénégal (Forum des éducatrices africaines) continue la lutte pour le maintien des filles à l’école. Fawe/Sénégal sur financement de la Banque africaine de développement (Bad) et en partenariat avec le projet Education IV, a remis 400 trousseaux scolaires aux 400 meilleures filles au Brevet de fin d’études moyennes (Bfem) 2010 des régions de Matam, Kaolack, Kaffrine, Louga et Diourbel. Le Soleil

Plus de 77% des filles guides d’aveugles n’ont pas été scolarisées et c’est dans la tranche d’âge des 19-25 ans que le taux de scolarisation est le plus faible. Aucune n’a bénéficié d’une formation professionnelle. Le Soleil
Comments