Carrières de production de sarcophages exploitées du milieu 6éme siècle au milieu 8éme siècle. Les sarcophages trapézoïdaux constituaient un mode d'inhumation relativement courant sur les sites funéraires du haut Moyen Âge.
Bonne visite sur notre site !


 IMPORTANT : Le site des Roches est fermé actuellement à la visite 
et donc pour les prochaines journées de l'Archéologie et du Patrimoine.




 

Dernière ouverture :

Aux journées nationales de l'archéologie 2017  



Sources textuelles (Moyen Âge) des Roches. (adéquation entre données archéologiques et textuelles)
Avant 733, Donation par testament à l’abbaye de Saint-Martin-de-Tours du Domaine de Brigueil, aujourd’hui St-Epain. Cet acte ayant péri en 853 lors de l’incendie des Normands.
Avant 857, Villa « Malebuxis » ancien nom des « Roches » à l’époque Carolingienne.
                  Propriété d’Amalbert
                  Vente au prêtre Esaïe
                  A sa mort rentre dans le Domaine Martinien par donation.
857, Notice de plaid en faveur de Norbert, curé de St-Epain de la villa « Malebuxis ». Esaïe était son oncle.
1336, Bail à rente perpétuelle de l’erbergement des Roches à Robin Boutet. (Les tenures en erbergement sont des concessions de terres à défricher)
1398, Bail à rente à ses héritiers Pasquier Barangier, Laurent Martin, Jehan Hemery. (Prévôt en 1443)
1428, Bail à rente à Etienne Barangier, Guillaume l’ainé et Guillaume le jeune frère.
1461, Vente à Philippe de la Chapelle et Jean de la Chapelle son fils. (Notaire à Chinon)