La cantatrice presque chauve

Vidéo de regine winisdoerffer

La cantatrice presque chauve

Lycée Ege - Izmir

Extrêmement attachés à leurs traditions, M et Mme Smith et M et Mme Martin ont des caprices et des problèmes qui n’ont aucun sens. Vides à l’intérieur, ils n’ont aucune personnalité. Ils ne s’écoutent pas. Ils se reflètent. L’incendie sera pour eux un éveil.

"Nous avons bien mangé ce soir."

"J’en ai pris 3 fois...ça me fait aller au cabinet."

"Tiens on sonne ! Ça doit être quelqu’un, je vais voir...personne."

"L'expérience nous apprend que lorsqu'on entend sonner à la porte, c'est qu'il n'y a jamais personne."

"Alors chère madame nous habitons dans la même chambre !"

"Comme c’est curieux et quelle coincidence !"

"Alors chère madame je crois qu’il n’y a pas de doute, nous nous sommes déjà vus et vous êtes ma propre épouse. Elisabeth je t’ai retrouvée !"

C’était une pièce du théâtre de l’absurde très réussie avec d’excellents acteurs qui auront tenu jusqu’au bout. Il y a eu un très beau travail de mise en scène avec une interprétation intéressante de la part du Lycée Özel Ege.

Romain Trabelsi

La troupe Özel Ege d’Izmir a mis en scène La cantatrice presque chauve qui raconte les caprices et les problèmes quotidiens de deux couples anglais les Smith et les Martin. Dans la pièce d'Eugène Ionesco il y a peu de personnages alors les quinze comédiens ont dédoublé certains rôles. Au contraire des personnages pris dans des dialogues de sourds et figés dans des apparences, les quinze comédiens ont surpris les spectateurs par la qualité de leur présence sur scène, leur harmonie et leur écoute. La pièce a commencé par le calme et l’ennui d’un intérieur anglais. Les comédiens ont joué de manière épurée puis, petit à petit, le rythme s’est accéléré jusqu‘à devenir un dialogue incompréhensible. Finalement l’ordre est bousculé et le désordre marque le début d’une communication entre les couples.

Hélène Köröğlu et Nathalys Fiokouna

"Tiens il est 9 heures !"

interview de yağmur, Sude et Yağmur

Depuis combien de temps existe le club de théâtre français de votre lycée ?

Depuis 15 ans. En général, le club participe au festival à l'étranger. Cette année, le festival français allait se dérouler en Ukraine, mais il n'y a pas eu beaucoup de participation.

Aviez-vous fait du théâtre auparavant et pourquoi avez-vous choisi le club français ?

Nous avons commencé le français et le théâtre en même temps. Pour ma part, j'avais commencé le théâtre au collège. C'est ma troisième expérience de théâtre. L'année dernière, nous sommes allés en France. Et cette année, nous sommes venus à Istanbul.

Vous étiez très à l'aise sur scène. Comment avez-vous géré les difficultés liées à la langue ?

Le français est une langue très difficile. Mais quand il s'agit du théâtre, c'est plus amusant pour l'apprentissage. On regarde ce que veut dire notre réplique pour saisir la signification.

Comment s’est fait le choix de la pièce ?

C'est notre professeur qui l'a choisie. L'année dernière nous avons joué un classique turc « Keşanlı Ali ». Quand nous avons joué en France, nous étions seuls à présenter une pièce du théâtre classique. Tout le monde présentait des pièces modernes. Notre professeur nous a donc proposé de jouer une pièce de théâtre moderne cette année. C'était une pièce qu'elle affectionnait beaucoup et nous étions ravies de la jouer.

Combien de temps avez-vous travaillé pour cette pièce ?

Nous avons travaillé un trimestre. D’abord nous avons suivi des cours classiques, puis nous avons commencé à travailler sur la pièce. Pour la pièce, nous avons travaillé au total un mois.

Quelle était la difficulté d'une pièce moderne par rapport à une pièce classique ?

La difficulté est qu'il n'y avait pas beaucoup d'exemples. Et ceux que nous avions étaient joués par de très bons professionnels français. Nous ne pouvions pas faire comme eux. C'était donc difficile de trouver des exemples.

De plus, nous n'avions pas beaucoup de décors. Du coup, notre jeu est davantage mis en avant. Je pense que la pièce classique était plus simple à jouer.

Comment vous avez travaillé pour préparer cette pièce ?

Notre professeur nous a tout d'abord distribué le texte de la pièce en turque. Puis, nous l'avons regardée pour vraiment entrer dans notre personnage et surtout le comprendre. Si nous ne comprenons pas le personnage, il est impossible de faire ressentir l'émotion de la pièce et de nos personnages.

Avez-vous adapté la pièce ?

Oui, au lieu de présenter simplement la pièce, nous avons préféré rajouter quelque chose de nous-même. Nous avons supprimé certains passages. C'était très long. Certains rôles étaient très lourds, il y avait donc deux personnes qui jouaient ces rôles comme Yagmur et Gamze.

Et puis, il y a le fait que nous avions travaillé le texte en turc. Nous l'avons joué en turc. C'est après que nous avons commencé à travailler le texte en français afin de comprendre nos répliques.

Qu’est-ce que vous aimez dans ce festival de théâtre francophone ?

Cela nous permet de voir des pièces de théâtre en français.

Mireille Sadège