L'AEFE

L'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger)

Le système éducatif français à l'étranger

L'AEFE est l'opérateur public qui coordonne le réseau des établissements d’enseignement français à l’étranger, communément appelés « lycées français ». Ce réseau est constitué de de 522 établissements scolaires homologués dont la liste est fixée par un arrêté annuel conjoint du ministre de l’Éducation nationale et du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. 71 de ces établissements sont gérés directement par l’Agence (établissements EGD), 156 ont passé une convention avec elle (établissements conventionnés) et 295 autres sont des établissements partenaires . Ce réseau scolaire unique au monde, présent dans 139 pays, représente un atout et un levier pour l’influence de la France.

La France est le pays qui dispose du plus important réseau scolaire au-delà de ses frontières. Ce réseau est un instrument de rayonnement grâce à l’accueil d’élèves de nationalités étrangères (60 % des effectifs). Il remplit ainsi une mission de scolarisation des enfants des familles françaises établies hors de France et de formation d’une partie de la jeunesse de 139 pays. Par cette double mission, le réseau scolaire participe à l’image, à la présence et à l’influence de la France dans le monde et porte les valeurs universelles humanistes qui sont le fondement de son modèle républicain.

La France est le seul pays qui ait fait le choix de se doter d’un dispositif d’enseignement à l’étranger de cette ampleur et financé pour une part par des fonds publics, l’autre partie du financement provenant du paiement par les familles de frais de scolarité. Depuis 20 ans, signe de la qualité de l’offre d’enseignement, ce réseau a enregistré une augmentation de plus de 50 % de ses effectifs. L'ambition, fixée par le président de la République en 2018, est de doubler les effectifs d'élèves d'ici 2030.

L'AEFE met à la disposition des établissements en gestion directe et des établissements conventionnés des personnels (enseignants et d'encadrement) titulaires de l'éducation nationale dont elle est l'employeur. Ce sont ainsi plus de 6 500 agents qui exercent leurs fonctions dans l'un des établissements du réseau.

Les établissements en gestion directe sont des d’établissements homologués constitués en services déconcentrés de l’agence pour l’enseignement français à l’étranger. Ils sont dotés d'un ordonnateur secondaire, le proviseur, et d'un comptable secondaire. Ils sont des composantes de l'établissement public et leur budget est agrégé chaque année à celui de l'AEFE. L'agence leur accorde des subventions et rémunère les personnels titulaires qui y exercent. Leur budget est élaboré par le chef d’établissement et le gestionnaire comptable nommés sur place. Il est ensuite présenté en Conseil d’Etablissement puis transmis à l’AEFE pour adoption par son Conseil d’Administration.

Les bourses Excellence-Major sont attribuées sur des critères d’excellence à des bacheliers étrangers issus du réseau des lycées français du monde afin qu’ils viennent poursuivre des études de haut niveau en France. Ce dispositif cofinancé par l’AEFE et le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères s’inscrit dans le cadre de la diplomatie culturelle et contribue au rayonnement de l’enseignement supérieur français

Le programme alloue chaque année environ 200 bourses. Au total, ce sont plus de 800 étudiants, de près de 80 nationalités différentes, qui sont soutenus pendant cinq années d’études exigeantes en France (généralement jusqu’au niveau Master 2). Ils bénéficient également du statut de boursier du gouvernement français qui simplifie la délivrance des visas et cartes de séjour et facilite l’obtention d’un logement en résidence universitaire. Venus de tous les continents et forts de leur double culture, ils apportent aussi richesse et ouverture aux établissements d’enseignement supérieur. Les boursiers Excellence-Major sont des acteurs de la diffusion de la culture française et du dialogue entre les cultures


Madame, Monsieur,

J’ai pris hier mes fonctions à la tête de l’AEFE.

C’est un honneur de diriger ce grand établissement, véritable porte-drapeau de l’excellence éducative française au service de nos compatriotes et de notre diplomatie pour faire rayonner notre langue, notre culture et les valeurs de notre pays.

C’est aussi une responsabilité que je mesure pleinement : vis à vis des familles et de leurs représentants qui nous font confiance pour l’éducation de leurs enfants ; à l’égard des plus de 11 000 personnels de tous statuts et de leurs représentants travaillant pour l’Agence et qui font vivre chaque jour le réseau avec leurs collègues des autres établissements homologués, parfois dans des conditions très difficiles ; à l’égard enfin de nos autorités et du Parlement qui dotent l’Agence de moyens publics importants.

Professeur agrégé d’Histoire, j’ai enseigné dans un lycée de banlieue parisienne et dans un Gymnasium allemand. Je connais le bonheur d’enseigner et la grandeur du métier mais aussi sa complexité et les difficultés qu’il faut affronter chaque jour, en particulier à l’étranger. Parent d’élèves, j’ai pu apprécier la qualité de notre réseau dans sa diversité, de la petite école de trois classes (à l’époque) de Zagreb au lycée français de Milan, en passant par les lycées de Rome et d’Addis Abéba. Je connais les attentes légitimes des parents, leurs interrogations sur notre fonctionnement et nos objectifs, en particulier lorsqu’ils sont étrangers. Enfin, comme conseiller de coopération et d’action culturelle, n°2 d’ambassade, et consul général, j’ai suivi de près les affaires scolaires et en particulier la sécurité de nos écoles qui est une priorité.

J’ai voulu rejoindre l’AEFE car je crois dans la mission qui lui est confiée. Elle doit continuer d’œuvrer pour le plus grand réseau d’enseignement à l’échelle mondiale, en étant porteuse des valeurs et de la qualité du service public de l’éducation, mais aussi s’imposer en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse comme une référence éducative et pédagogique internationale. Nos plus hautes autorités, convaincues des capacités de l’AEFE à relever le défi des nouvelles concurrences qui émergent dans tous les pays, nous ont fixé un objectif ambitieux de développement de l’enseignement français à l’étranger à horizon 2030. Sur la base des orientations que le président de la République définira prochainement, il nous reviendra de contribuer à la préparation par notre ministère de tutelle du nouveau contrat d’objectifs et de moyens.

Le renforcement de nos établissements et l’adaptation de l’Agence pour soutenir l’extension du réseau et la croissance des effectifs scolarisés seront au cœur de nos priorités. La tâche est complexe mais exaltante pour nous tous, avec pour premier horizon la célébration en 2020 du 30e anniversaire de l’AEFE qui sera une belle occasion de marquer les succès de l’Agence et de l’engager dans la construction de l’avenir.

J’aborde cette période avec confiance et détermination car je crois dans notre capacité collective à relever ces défis. C’est ensemble que nous réussirons à mener ces développements dans un climat de confiance et de coopération que j’ai à cœur de construire avec les représentants des parents d’élèves, des personnels et les élus représentant en particulier les Français de l’étranger. Dans cette perspective, j’assumerai pleinement mes responsabilités en veillant comme je l’ai toujours fait dans mes fonctions précédentes à la qualité du dialogue avec l’ensemble des partenaires de l’enseignement français à l’étranger, à Paris, à Nantes et dans tous les établissements du réseau.

Je me réjouis de travailler avec vous à la réussite de nos projets pour le bien de nos élèves et le rayonnement de notre pays.

Bien cordialement

Olivier BROCHET