Hypothèse sur l’existence d’un support pour les ondes électromagnétiques

English version (with Google translation)

La relativité une histoire de Géants

Les données récoltées par la mission Soho il y a près de 20 ans après une nouvelle analyse approfondie ont permis de découvrir que l'atmosphère s'étendait jusqu'à 630.000 kilomètres au-delà de la Terre et englobe la Lune. Aristote avait donc raison, tout du moins plus proche de la vérité en faisant de la Lune la frontière entre l'atmosphère et l'éther. En parlant d'Aristote cela nous fait penser qu'un pourrait exister non pas après m'atmosphère terrestre mais de partout y compris dans les atomes entre noyaux et électrons. S'il est lui aussi soumis à la gravitation il est immobile par rapport à la Terre qui l'attire et il est lui aussi en orbite autour du soleil autour duquel il se déplace sur la même trajectoire que la Terre et à la même vitesse puisque celle -ci ne dépend pas de la masse des corps comme Galilée l'avait prouvé en vérifiant que des boules plus ou moins lourde accéléraient toutes à la même vitesse sur un plan incliné.

Source: CNRS Jean-Loup Bertaux, directeur de recherche émérite .

Dernière nouvelle

Une méthode peu coûteuse pour vérifier si l'éther existe et accompagne la Terre dans son mouvement gravitationnel autour du Soleil, il suffirait de faire une expérience avec l'ISS la Station Spatiale Internationale.


Albert Einstein


Il publie sa théorie de la relativité restreinte en 1905 et sa théorie de la gravitation dite relativité générale en 1915. Il contribue largement au développement de la mécanique quantique et de la cosmologie, et reçoit le prix Nobel de physique de 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son travail est notamment connu du grand public pour l’équation E=mc2, qui établit une équivalence entre la matière et l’énergie d’un système.

Cette équivalence s'étend également à la gravitation dans le cadre de la relativité générale

Il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands scientifiques de l'histoire, et sa renommée dépasse largement le milieu scientifique. Il est la personnalité du xxe siècle selon l'hebdomadaire Time. Dans la culture populaire, son nom et sa personne sont directement liés aux notions d'intelligence et de savoir.


Source : Wikipédia

Einstein revu et corrigé! par Jean J aux Editions du NET

La correction proposée est basée sur la relativité générale et les courbures de l'espace dues à la gravité des masses auxquelles Albert Einstein a ajouté l'énergie avec sa formule connue de tous


Vincent van Gogh, la nuit étoilée

Avec un peu d'imagination vous pouvez voir les tourbillons de l'éther tels que les imaginait Descartes, mais au lieu d'être à l'origine du mouvement des planètes ils se contentent d'accompagner les corps célestes massiques dans leurs trajectoires gravitationnelles de l'espace temps courbé de notre ami Albert.

Et du coup la Terre, tourtes les planètes et les étoiles sont immobiles par rapport à l'éther. Une immobilité relative évidement.

Toutes réflexions faites ce livre aurait du s'appeler

Einstein revu et corrigé par lui-même

Avez-vous lu l'essais "Einstein revu et corrigé!" ? IL ne remet pas en cause la relativité générale mais s'intéresse à l'existence du support des ondes électromagnétiques baptisé "Éther luminifère" Qu'Albert avait certes rejeté dans son article de 1905 "De l'électrodynamique des corps en mouvement" mais qu'il a rétablit dans son discours de Leyde en 1920 après que Lorentz l'en ait convaincu.

1920 : Le « nouvel éther » d'Einstein, le discours de Leyde

Apparemment peu de gens savent Qu'Albert à rétablit l’éther tout en lui refusant de nombreuses propriétés hypothétiques dont en premier le fait que ce serait le référentiel universel absolu de l'univers.

Nous avons là la première correction faite par Einstein lui-Même

C'est justement cette propriété de référentiel absolu qui rendait impossible l’idée que la Terre accompagne l'éther dans son mouvement.

La relativité générale intègre l’énergie comme équivalent à la masse dans ses équations selon la fameuse formule que l’auteur se refuse d’écrire. Il s’ensuit que l’énergie est elle aussi soumise à la gravitation et aux courbures de l’espace. C’est elle qui va résoudre l'ambiguïté.

La fameuse équation c'est encore Einstein qui la trouvée, de même pour la courbure de l'espace, alors oui les corrections que nous proposons pour la relativité restreinte, Einstein aurait pu les faire lui-même.


Ce petit essai de 70 pages, aux éditions du NET, sans prétention mériterait d'être lu par des scientifiques avertis qui pourraient jugé du bien fondé des propos tenus et éventuellement mener des expériences pour vérifier ces hypothèses. Il pourrait en résulter de nouveaux horizons sur la structure de l'univers, l'éther forme d'énergie du vide influencé par la gravitation se love dans les tourbillons de formation des étoiles, des planètes, du système solaire et des galaxies.

Serait-ce lui la fameuse constante gravitationnelle ajoutée par Albert Einstein dans la formule de sa théorie de la relativité générale ? Serait-ce encore lui cette matière noire invisible?

La vitesse de la lumière selon Maxwell est liée à la permittivité du vide ε0 et sa constante magnétique μ0 ( c= 1/racine carré de ε0.μ0)

Pourquoi ne pas appeler ce fameux vide plein d’énergie et de matière noire, l’Éther, avec un clin d’œil à Albert et Aristote

https://fr.wikipedia.org/wiki/Permittivit%C3%A9_du_vide



Résumé du livre :

Très tôt, en Mésopotamie, berceau de la civilisation occidentale, les hommes se sont penchés sur les phénomènes célestes et ont tenté d’en percer les mystères. Puis c’est la Grèce antique qui se révèle un extraordinaire et bouillonnant foyer où se développent des esprits brillants en matière de sciences et de mathématiques notamment. Un peu plus tard, nombre d’astronomes, dont les célèbres Copernic, Galilée et Newton, donnent un nouvel élan à toutes ces découvertes et vont pousser plus loin les investigations de leurs illustres prédécesseurs. Il est important de noter que la théorie de la relativité est la somme de réflexions de nombreux physiciens. Impossible de les citer tous mais les plus grands bénéficient dans cet essai d’une synthèse et d’une description efficaces du contexte dans lequel ils ont évolué. Tout cela pour nous amener au point culminant de cette théorie de la relativité restreinte qu’Albert Einstein expose pour la première fois en 1905.


Argumentaire :

Un essai sur la théorie de la relativité restreinte peut être traité avec humour comme nous le démontre avec habileté l’auteur de cet ouvrage. Parfois un peu ardu, il n’en est pas moins très explicite car abondamment illustré de photos, schémas et références facilement accessibles.