Kandly Spense : De silences et de doutes

1ère impression : un bouquin à la Musso. Un style simple, lisible quoique un peu plat ou stéréotypé notamment dans les scènes sentimentales ou érotiques. On s'attend à ce que l'accent soit mis sur l'intrigue : donc on avance avec curiosité

Impression finale : l'intrigue est primordiale et pourtant elle n'est pas crédible. Aucun des éléments qui la composent n'est crédible : p 40, Katon qui touche sans gants une pièce à conviction d'un crime dont il est le 1er et seul témoin ; p 96, la police qui clôt une enquête sans pièces à conviction et sans avoir retrouvé les soi-disant coupables et qui n'a pas recherché Katon non plus ; p 100 Kelly qui accepte sans raison valable de ne pas signaler la disparition de son époux à la police ; Edouard qui débarque dans le cabinet d'architecte et se met à fouiller sans qu'on l'en empêche, qui cible Lizzy sans indices valables, qui défonce sa porte alors qu'il est un gars si bien élevé et qui connait les lois ; Cameron Reding qui traque Katon sans qu'on comprenne pourquoi, etc...

Par ailleurs une temporalité bizarrement gérée rend la lecture difficile, quand on se réfère au passé des personnages on passe de moins 20 à moins 10 puis à moins 15 ans et on ne s'y retrouve plus.

Remarques : pas de fautes d'orthographe mais de construction : exemple p 107 "le lendemain pour compenser son activité dite normale de la veille" (on dirait qu'il y a 2 idées qui se bousculent dans la même phrase). Et des maladresses comme p 73 "limiter la casse tant que possible" (autant que possible) p 88 "Que du contraire" (bien au contraire) ...

Il me semble que l'auteur a l'allant et l'imagination nécessaires pour persévérer et s'améliorer dans son écriture : rechercher l'authenticité dans la description des sentiments ou des émotions des personnages et travailler la rigueur de ses scénarios.