Halte aux idées reçues

La médecine du travail, ce n'est qu’une visite médicale tous les 5 ans !

FAUX - Contrairement aux idées reçues, le médecin du travail n’est pas là que pour la visite obligatoire. Il a un vrai rôle de prévention et de conseil auprès des salariés et des entreprises. En fonction de l'état de santé du salarié et de la nature de son exposition à certains facteurs de risques professionnels la périodicité des visites peut varier.

Tous les salariés sont pris en charge par un professionnel de santé dès l’embauche, dont la périodicité du suivi n’excède pas 5 ans. Dans le cas des salariés dont le poste de travail les expose à des risques avérés, la périodicité n’excède pas 2 ans. Ces plafonds ne sont pas des périodicités obligatoires : le meilleur suivi possible est déterminé par le Médecin du Travail en fonction de la situation de chacun.

les médecins de travail déclare les maladies professionnelles

FAUX - Si un salarié développe une maladie professionnelle, il doit obligatoirement déclarer cette pathologie à la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) dont il dépend dans un délai de quinze jours.

Le médecin du travail réalise uniquement les examens d’embauche et de suivi

FAUX - La surveillance médicale des salariés (visite d’embauche, de reprise…) est bien souvent le seul volet connu par le grand public. Pourtant son rôle ne se résume pas à cela, le médecin du travail est également en contact avec les employeurs et les partenaires sociaux. C’est le spécialiste du lien entre santé et travail, il prend en compte la personne mais également les exigences de son poste de travail. Il a une position neutre.

La visite d’information et de prévention, ce n’est pas une vraie visite médicale

FAUX ! - La visite d’information et de prévention a vocation à informer le salarié des risques professionnels, des mesures de prévention et des modalités de suivi de son état de santé. Il vaut mieux anticiper un risque afin de l’éviter plutôt que de le soigner. D’autre part, le salarié peut rencontrer le médecin du travail à tout moment, à sa demande ou à celle du médecin : c’est une ouverture pour mieux prendre en compte les risques psychosociaux dans l’entreprise

L’aptitude est supprimée

VRAI et FAUX ! - Elle est maintenue pour les salariés exposés à des postes à risques. Grâce à la suppression de l’aptitude pour tout poste, on sort d’une médecine punitive : malgré les mesures législatives existantes, 95 % des inaptitudes se traduisent par un licenciement. Le maintien de l’aptitude pour les postes à risques permet de mieux agir en amont sur la prévention sur le lieu de travail.

La modernisation de la médecine du travail ouvre la possibilité au salarié d’agir en amont pour assurer son maintien en emploi

VRAI ! - Lorsque le salarié anticipe un risque d’inaptitude, il peut solliciter une visite médicale en vue d’engager une démarche de maintien en emploi et de bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Cette demande ne peut motiver aucune sanction de l’employeur.

Le médecin du travail peut aussi me soigner !

FAUX - le médecin du travail joue un rôle préventif : Il ne prodigue pas de soin, ne délivre pas d'ordonnance médicale ni d'arrêt de travail.

Le médecin du travail est le conseiller du chef d'établissement, des salariés, des représentants du personnel notamment pour l'amélioration des conditions de travail, l'adaptation des postes, l'hygiène, la prévention et l'éducation sanitaire dans le cadre de l'entreprise.

Je vois mon médecin traitant donc je n'ai pas besoin de voir le médecin du travail !

FAUX - Le médecin traitant joue un rôle curatif - Il assure les soins habituels : il met en place un suivi personnalisé, aiguille le patient vers un confrère spécialiste, tient à jour le dossier médical…

Aucune durée d’engagement n’est imposée, le médecin traitant comme le patient sont libres de changer d’avis.

Le médecin-conseil de l'assurance maladie et le médecin du travail ont le même rôle

FAUX - Le médecin-conseil se prononce sur la date de guérison ou de consolidation, sur le taux d’incapacité permanente. Exceptionnellement, et à son initiative, le médecin Conseil peut recueillir l’avis du médecin du travail lorsque les séquelles dues à l’accident du travail sont susceptibles d’avoir des conséquences sur votre avenir professionnel.

Le médecin agréé par la fonction publique et le médecin du travail ont le même rôle

FAUX - Le Médecin de Prévention assure le suivi médical des agents, ainsi que certaines actions en milieu de travail. Ne pas confondre cependant les rôles respectifs du médecin de prévention et du médecin agréé qui s’exercent de façon complémentaire :

  • Le médecin agréé vérifie l’aptitude à l’exercice d’un emploi public : il s'agit des visites d'aptitude physique
  • Le médecin de prévention vérifie la compatibilité de l’état de santé de l’agent avec les conditions de travail liées au poste occupé par l’agent. À partir de ce constat, le médecin de prévention oriente l’examen médical.