Spiritualité‎ > ‎

Vol du Phénix - 大鹏张翅/凤凰来仪

Le Vol du Phénix est d'abord le nom d'un enchaînement conçu dans les années 2012-2013 puis transmis après 2014 dans les petits cercles où j'intervenais. Pour le voir : https://www.youtube.com/watch?v=qBlk1i-7uGs  
Je n'ai rien inventé, j'ai juste mis ensemble des gestes universellement connus dans le monde du qigong et des arts martiaux chinois, au rythme de musiques fluides, avec des transitions qui facilitent la détente et cultivent la transe spiritualisée si caractéristiques du baguazhang et du taijiquan que j'ai beaucoup pratiqués. Avec une nuance de joie dans l'humeur peut-être à peine un petit peu plus sensible.
Je l'ai pensé comme un exercice de synthèse de toute ma pratique du qigong, comme un mandala, et comme une trame mnémotechnique globale d'exercices à développer. A l'instar de la Salutation au Soleil. 
Il régularise le souffle (grâce au principe des "swing" qu'on trouve par exemple dans le Ping Shuai Gong), étire toutes les chaines musculaires par spirales (grâce au principe du "swirl"), ouvre toutes les articulations, y compris les trois étages détaillés de la colonne vertébrale (principe du "stretch" et "isolations") : d'où le principe des "3 S", stretch, swing and swirl... Mais il développe la coordination des deux hémisphères cérébraux, stimule le qi par les techniques de paifa et ouvre bien sûr, au-delà de la chorégraphie apprise, vers une pratique intégrale de transformation de soi, qui, à mon avis, n'a pas grand sens si on la prive de sa double dimension : diététique et méditative. 
C'est la raison pour laquelle il est enseigné en relation avec un commentaire du Yoga Sutra, et justifie encore, si besoin était, la relation avec la Salutation au Soleil  (même si d'autres textes restent possibles, notamment les chapitres 1 et 2 du Zhuangzi ou même certains passages clés de l'oeuvre de Platon oubliés des commentaires universitaires)
Par là, j'insiste sur le fait qu'il est : 
 - en plus d'un soin du corps et d'une technologie du souffle (conduisant à la respiration embryonnaire), 
 - inséparable d'une morale (yama et niyama), 
 - inséparable aussi d'une philosophie qui invite à la réconciliation de l'imagination symbolique (cf. Gilbert Durand) et de la raison, 
 - inséparable encore d'une spiritualité (développement de la conscience comme attention au présent et pacification des émotions), 
 - inséparable enfin d'un programme de développement des pouvoirs (siddhis) utilisés comme instruments de mesure des progrès spirituels (et non comme buts) dans l'esprit très particulier où le Yoga-Sutras recommande d'ailleurs de les utiliser. 
On comprend peut-être un peu mieux après ces explications pourquoi ce programme permet d'en parler, à l'instar du yoga intégral de Sri Aurobindo (avec les finalités "évolutives" duquel il entretient des accointances), comme d'une 'pratique intégrale". 

On peut voir l'enchainement de synthèse (filmé à la gerbe qui se trouve sous le lac de Revel, 31), sur le lien : https://www.youtube.com/watch?v=qBlk1i-7uGs
Lire Zhuangzi, ch.1 et 2
Platon, République XII, Phédon, Cratyle
Yoga-Sutra, attribué à Patanjali
Dhammapada, les Paroles de la Loi, sutra bouddhique du Petit Véhicule, trad par nos soins, 2015. 
La force du Yoga, Sri Aurobindo
Une compréhension du Bergsonnisme et du Darwinisme est un plus. 
Pour les bases gestuelles : Baguazhang, Liu Jing Ru et Jerome Ravenet, Guy Trédaniel 2007. 
Se mettre au clair avec les principes fondamentaux du travail du souffle : Pranayama, André V. Lysebeth. 
Comments