Prépa Bac‎ > ‎

Vérité

La philosophie ancienne s'est tout particulièrement définie comme quête de la "vérité". Mais la science y prétend aussi, de même que les religions. Il n' y a pas jusqu'à l'homme de la rue qui ne pense que son opinion soit vraie. Sciences, religions, philosophie et opinion sont des discours de vérité, c'est-à-dire des discours qui prétendent nous délivrer la vérité.  
Ils sont en concurrence. Toute la question est de valider la légitimité des différents discours de vérité : chacun prétend avoir raison et dire vrai, mais qu'est-ce qui lui permet d'y prétendre mieux que son voisin? 
1. Ne confondons-nous pas la vérité avec nos opinions qui ne semblent vraies que parce qu'elles sont les nôtres (point de vue de l'opinion personnelle, subjective)? 
2. Ne la confondons-nous avec les idées de nos traditions familiales ou reçues de notre éducation en général dont nous héritons sans examen, et qui cette raison sont aléatoirement vraies ou fausses (point de vue de la tradition qui n'est peut-être rien d'autre qu'une opinion collective)? 
3. Ne les confondons-nous pas avec les évidences parfois trompeuses de nos perceptions sensibles; par exemple, nous voyons bien de nos propres yeux le soleil en mouvement se lever le matin mais ce n'est qu'un malentendu de la perception car c'est la terre qui tourne autour de lui (point de vue de l'expérience sensible). 
4. Ne la confondons-nous pas avec les démonstrations de la science pourtant elles aussi périodiquement réfutées par de nouvelles démonstrations plus probantes (point de vue de la raison)? 
5. Peut-on l'identifier à la parole surnaturelle d'un Dieu dont les interprètes ne s'entendent pas entre eux (point de vue de la religion qui parle de vérité révélée)? 
6. Peut-on, faute de critère clair, en conclure qu'il n'existe aucune vérité (point de vue sceptique) ou que la vérité n'est rien d'autre que ce qui semble (point de vue relativiste) et cette dernière idée est récurrente dans les copies des élèves au bac ("ça dépend des gens", "à chacun sa vérité", etc.) mais les copies qui s'en tiennent là sont trop pauvres.
Bref, il va falloir discuter des critères qui nous permettent de distinguer les vraisemblances de la vérité. Et finalement, on peut considérer que toute l'histoire de la philosophie n'est que le débat portant sur la validité de ces critères de vérité.
Comments