Prépa Bac‎ > ‎

Religion

Définitions : 
Déf sociologique de E. Durkheim : Une religion est un système solidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, c'est-à-dire séparées et interdites qui unissent en une même communauté morale, appelée "église", tous ceux qui y adhèrent" - Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912). 
Définition étymologique : 
Vient du latin avec des origines incertaines : 
1. religare qui signifie relier, car comme le dit la définition de Durkheim, une religion relie des humains. Il n'y a pas de religion individuelle. 
2. religere qui signifie se recueillir, car il y a au fondement de toute religion un respect particulier de l'homme face à quelque chose qui le dépasse. Ce terme traduit l'expérience émotionnelle de la vie religieuse, empreinte de célébration. 
3. religere signifie aussi relire : car les religions sont généralement le discours d'une vérité transcendante qui s'écrit dans des livres que les hommes doivent alors interpréter (c'est surtout vrai des religions du Livre, les 3 monothéismes) = tel est ici le sens du mot "relire". Car qui peut se contenter de ce qu'il a lu. Si la parole de Dieu est dans ces textes, en tous cas, les hommes qui les lisent ne sont pas Dieu : ils doivent s'y reprendre constamment, générations après générations, pour extraire le sens de la Parole consignée.

Problèmes :
1. Problème moral de la connaissance à travers l'opposition de la foi et de la raison, et de la science pour ou contre la religion, de Tertullien ("Credo quia absurdum", je crois parce que c'est absurde) à la position scientiste (rationaliste et antireligieuse d'Auguste Comte, en passant par tous les philosophes qui ont essayé de concilier Foi et Raison : Leibniz, Spinoza, Kant, Maïmonide, Avicenne et Averroès, Bouddha...
2. Problème politique de l'aliénation religieuse et de l'émancipation de la société à l'égard des "autorités théologiques et politiques" (Spinoza) - au fondement de la Modernité marquée par le net recul des structures religieuses de la société de l'Antiquité et du Moyen-Age. Citons aussi Marcel Gauchet. 

Eléments de définition du mot Dieu 
1. Du latin, Diès qui désigne la Lumière du Jour. Peut-être une métaphore du sens que certains philosophes trouvent finalement à l'existence = un sens qui les guide, les éclaire dans la nuit de l'existence. 
2. Etymologies hébraiques : Elohim, Yah, Abba, El, ou le tétragramme imprononçable Yod He Vav Hé, une intense Présence dont l'Homme peut faire l'expérience. D'où la définition suivante : de R. Otto...
2. Dieu peut se définir comme l'expérience du Sacré, chez Otto : un mélange d'effroi et de fascination - ce qu'il appelle le Numineux. 
3. La cause de tout ce qui existe et qui est lui-même cause de soi - un inconditionné de la raison. 
4. Un mot vide, une illusion névrotique pour compenser notre sentiment fondamental d'insécurité et d'injustice devant la vie (Freud, ou Nietzsche)
Comments