Prépa Bac‎ > ‎

Conscience : problématiques

Quelques problématiques possibles, c'est-à-dire (on ne le répétera jamais assez) quelques contradictions enveloppées dans cette notion qu'on pourra retrouver éventuellement dans tel ou tel sujet : 
1. Comment la conscience peut-elle prétendre être un pouvoir de connaître alors qu'en l'exerçant nous découvrons surtout l'étendue de tout ce que nous ne savons pas. Au terme d'une vie consacrée à l'examen de toutes sortes de questions, Socrate en a témoigné par cette formule : la seule chose que je sais c'est que je ne sais rien. Savoir/ne pas savoir. Cf Apologie de Socrate, Platon.
2. Freud fait remarquer que dans son effort pour se connaître lui-même, le sujet se heurte à une résistance inconsciente. L'Inconscient est l'ensemble des forces qui s'opposent au devenir-conscient. Comment en surmonter l'opposition: comment la conscience peut-elle s'approprier des contenus inconscients, les rendre conscients ? Conscient/Inconscient
3. Si nous n'étions pas conscient ou capable de devenir plus conscients comment pourrait-on nous tenir pour responsable de nos actes? L'hypothèse de l'inconscient n'est-elle pas dangereusement déresponsabilisante. Si on peut bien essayer de plaider la folie comme circonstance atténuante dans un procès, nous sommes cependant a priori tenus pour conscients et donc responsables. 
Si nous sommes conscients, nous sommes responsables. Si nous sommes inconscients, nous ne le sommes plus. Demande-t-on au lion de réparer les dommages qu'il a fait subir aux gazelles? Conscient = responsable mais inconscient = sans responsabilité. L'hypothèse de l'Inconscient nous dispense-t-elle d'avoir à devenir moral? 
4. Par ailleurs, sur le même thème de la Responsabilité signifie : nous avons à répondre de nos actes (à en assumer les conséquences, réparer les dommages, etc.) parce que nous savons que et pourquoi nous les avons commis (Cf art 1380 du Code Civil). Cependant, l'hypothèse que nous sommes fondamentalement des êtres conscients et responsables peut être mise en question : Nietzsche, dans Humain trop Humain et la Généalogie de la Morale, se demande si nous n'avons pas inventé la mauvaise conscience par cruauté, simplement pour nous culpabiliser et pouvoir nous punir... en nous donnant bonne conscience. Il y aurait donc contradiction entre notre innocence naturelle (notre ignorance naturelle du mal) et la culpabilité que la culture nous enseigne. Nature/culture, innocence/culpabilité.
5. Dans son rapport au corps, se pose la problème du dualisme spiritualiste et du monisme matérialiste. Le corps et l'esprit sont-ils absolument indissociables (thèse matérialiste, de JP Changeux par exemple) ou sont-ils accidentellement conjoints (thèse spiritualiste, celle de Bergson par exemple ou de nos jours des Dr Jean Jacques Charbonnier, Jean Charles Chabot...)? Sommes nous des robots biologiques animés par des pensées biochimiques, ou notre "âme n'est-elle pas plutôt logée comme un pilote en son navire" (selon la formule de Descartes)? 
Comments