L'Isétie

L'Isétie sans danger et sans mystification

Chacun connaît le jeûne - abstention de toute nourriture solide et liquide pour une durée déterminée, à l'exception de l'eau (quoiqu'il existe aussi des jeûnes "secs", sans eau pour une durée de 1 à 8 jours). 
Mais on connaît moins bien l'isétie est l'abstention d'eau pour une durée indéterminée (sans compensation par des boissons alcoolisées bien sûr !). 
On peut donc vivre sans boire, mais... on ne peut vivre sans être bien hydraté parce que notre corps est composé de 80% d'eau environ et qu'il subit des pertes d'eau du fait de la respiration ou de la transpiration par exemple.. 
Mais on s'hydrate par : l'air que nous respirons (à proportion de 250ml d'eau "juvénile", comme l'a montré le Pr Marc Henry, Strasbourg), les aliments que nous ingérons. En respirant bien, et en mangeant une alimentation très hydratante, on peut donc s'abstenir de boire. 
Précisons. 
Les aliments cuits même s'ils contiennent toujours un peu d'eau, engendrent une soif post-prandiale, accrue en proportion des ingrédients raffinés qui en ont accompagné la cuisson : farines blanches, sucres industriels, sels raffinés, graisses cuites, etc. intensifient drastiquement la soif. Je ne parle pas des produits animaux : les candidats au carnivorisme ne peuvent l'être à l'isétie. 
En effet, ces aliments chimiqués ou transformés produisent des toxines lors de la digestion et le corps a besoin d'eau pour les lessiver (les uriner) et les diluer (quand il ne parvient pas à les évacuer, il les stocke dans les cellules en les neutralisant par dilution). 
Par ailleurs, cette alimentation déminéralisante ne retient plus l'eau : donc, on a soif, on boit de l'eau, on l'urine. Car si on n'a pas de minéraux à distribuer, à quoi sert cette eau? Elle est inutile : alors le corps s'en déleste... mais la sensation de soif revient... On reboit, et... on fatigue ses reins, ce qui engendre un vieillissement prématuré. Si on s'entête (en général, sous la dictée d'un médecin dogmatique formé aux Universités de Médecine Danone), arrive alors le moment où la gestion de l'eau par les Reins devient anarchique : on a soif, on urine, mais on stocke aussi et les tissus gonflent (ballonnements, oedèmes...)
Pour un crudivore stabilisé (comment parvient-on à stabiliser ce régime? - c'est une autre histoire), il n'y a plus de soif. S'il n'y a pas de soif, pourquoi boirait-on? J'ai toujours conseillé, en accord d'ailleurs en cela avec les principes de la MTC qui propose d'écouter la Nature, de boire à sa soif. Suivre la Nature, non les dogmes d'une théorie médicale. 
En effet, les légumes crus sont richement minéralisés et on peut dire qu'ils apportent une eau nourrissante et biodisponible, parce que végétalisée, c'est-à-dire vivifiée par sa transformation au coeur du végétal. Cette eau vivante, à la différence de l'eau morte des robinets et des bouteilles plastiques (quand elle n'est pas souillée par la gestion urbaine ou le conditionnement en bouteilles), suffit à produire ses effets bénéfiques : elle rafraîchit et elle contribue au transport des nutriments. 
On sait qu'on est ok quand on a les signes suivants : 
On ne se prive pas de boire, la température interne baisse sensiblement (de 0.5 à 1°C), les tissus sont nourris et l'humeur est plus homogène, paisible et douce, le besoin de repos et de sommeil sont moindres, les temps de récupération raccourcis. 
Telle est l'isétie et telles sont les raisons naturelles de son efficacité. Du moins, pour l'isétie mineure : car il existe uns isétie majeure, pour les individus qui ne consomment plus aucune nourriture conventionnelle, donc pas non plus de légumes et fruits crus. Victor Truviano en serait un, mais ne l'ayant pas rencontré je reste prudent (car j'ai pu observer des bizarreries avec ceux qu'on appelle "praniques"). Shi Hongqing ne boirait que très rarement alors qu'elle ne mange plus du tout. Cas exceptionnels peut-être qui s'hydratent peut-être par la respiration, grâce à une vie en milieu humide (plus facile que dans le désert!) et qui brûlent peu de liquides du fait de leur style de vie (essentiellement méditatif).
Mais à ces cas exceptionnels près, il faut choisir : soit le pranique ne mange plus, mais il boit (en ce cas, on est un "inédien"), soit il ne boit pus d'eau mais consomme des fruits et légumes aqueux crus (et en ce cas, on l'appelle "isétien"). 
Il y aussi le cas particulier du liquidarien qui ne boirait plus d'eau mais seulement ces jus passés à l'extracteur : l est l'équivalent d'un isétien sans fibre, quoique toutefois se soit bien sous forme de boisson qu'il ingère ses minéraux et vitamines (car c'est parfois sur ce registre que je fonctionne lors de jeûne, ou lors du processus de 21jours). Ici, il faut le reconnaître la précision des définitions perd un peu de sa rigueur. Sans doute parce que la vie se moque des étiquettes et des cases dans lesquelles nous voulons l'enfermer, et pour obliger aussi nos théories à plus d'humilité...
Je crois en avoir assez dit cependant pour justifier le fait que l'isétie mineure puisse s'expliquer raisonnablement (sans chamaniser en recourrant, comme le font certains "praniques", à l'accompagnement d'anges ou d'esprits de la Nature). Attention : l'Isétie n'est pas un but (et je déconseille évidemment d'arrêter de boire par défi ou ostentation), mais le signe accompagnant ou la simple conséquence d'un régime végétalien et crudivore stabilisé à 500 cal/j  - 1000max. d'une alimentation A FAIBLE DENSITE ENERGETIQUE (ce qui est très différent de consommer ces calories en picorant par exemple des plats à base de céréales cuites, du pain, etc.) de préférence en 1 repas max./j (et jusqu'à 1 repas tous les 2 ou 3 jours - en tous cas idéalement pour moi, quand les circonstances et le mental sont favorables), car c'est un régime DANGEUREUX qui peut tuer le feu digestif - comme en avertit la MTC et comme certains crudivores emportés ou dogmatiques en ont finalement témoigné sur YT. Soyons prudents : sachons discerner les signes que la Nature nous donne à observer. 
Soyons prudents, et voyageons léger. La sagesse est le but, la diététique n'est qu'in outil, et encore pas : ce n'est pas le plus important...
Jerome.ravenet@gmail.com


Comments