Recomposition du champ religieux

Recomposition du champ religieux

Trois phénomènes religieux majeurs marquent la fin de la civilisation prométhéenne moderne (fondée sur le développement techno-scientifique) :

1. la radicalisation de l'Islam. Voir les travaux de Bruno Etienne.

2. un néo-orientalisme mêlé d'ésotérisme occidental (Nouveaux Mouvements Religieux, New Age...).

3. Mouvements pentecôtistes et néo-évangéliques (au Brésil et en Afrique subsaharienne...). Voir les travaux de R. Marshall-Fratani.

Prolongeant la prophétie de Malraux selon laquelle le XXIe serait religieux, Raphaël Liogier (IEP Aix-en-Provence) tente d'expliquer ces phénomènes par trois hypothèses :

1. Hypothèse de la dissolution du politique (forgée par Samuel Huntington) : la crise de légitimité du politique (des grandes institutions internationales) favoriserait la résurgence des questions éternelles que posent les grandes religions du monde, vécues à nouveau comme des marqueurs d'identité profonds dans un monde en perte de repères.

2. Hypothèse de l'instrumentalisation du religieux par le politique : c'est une hypothèse qui trouve confirmation dans les phénomènes ethnonationalistes du monde arabe ou des Balkans.

3. Hypothèse de la dissémination du religieux : pour lutter contre la neurasthénie des sociétés modernes marquées par "un narcissisme éclaté"(Lipotvesky), les NMR néo-orientalisants seraient le supplément d'âme qui manque à la modernité finissante. Raphaël Liogier élabore le concept d'un individuo-globalisme pour rendre compte de l'ambivalence de ces mouvements religieux à la fois tournés vers des satisfactions individuelles-narcissiques (recherche du bien-être) et vers des soucis écologiques ou globaux larges (sauvegarde de la nature, de la paix dans le monde...)

Il faut évidemment rajouter que ces approches trouvent leur limite dans la méthode sociologique qui les produit. Elles ne permettent pas de rendre compte des questions de fond, questions théologiques ou philosophiques qui motivent les discours et pratiques religieuses : comment le nouveau dogme individuo-globaliste peut-il, sans prendre le risque de le défigurer, s'appliquer par exemple à la description du bouddhisme qui repose justement sur la critique de l'individualité de l'âme (atman) comme étant une illusion? On ne peut, sous prétexte de généralisation d'une conclusion sociologique, mettre sur le même plan toutes les expressions de ces croyances/foi/discours/pratiques religieuses au risque de favoriser un certain relativisme, savant mais plus ou moins dénigrant. C'est ici que le retour aux textes fondateurs pourrait venir modérer les analyses concernant des phénomènes socio-religieux spectaculaires si peu représentatifs des nombreuses quêtes authentiques et silencieuses.

Bibliographie

Etienne B., L'Islamisme Radical, Paris, Hachette, 1989.

Liogier R., Recomposition du Champ religieux, dans Revue Internationale de Politique Comparée, éd. de Boeck, Vol. 16, n°1, 2009.

Lipotvesky, L'Ere du Vide, Essai sur l'individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

Marshall-Fratani R., Prospérité miraculeuse : les pasteurs pentecôcistes et l'argent de Dieu au Nigeria, dans Politique Africaine, 82, 2001, p.24-44.

Comments