Catastrophisme (Anti~)

Anticatastrophisme ou catastrophisme accompli

L'anticatastrophisme ou postcatastrophisme n'est pas la négation du catastrophisme, mais son accomplissement, et finalement son renversement. C'est un catastrophisme accompli.

La plupart des traditions spirituelles ou religieuses (qu'il faut distinguer des institutions religieuses) sont anticatastrophistes, non qu'elles nient l'hypothèse d'une catastrophe (pensons par exemple à l'Apocalypse de Jean), mais parce qu'elles considèrent cette catastrophe comme la porte étroite de l'autre côté de laquelle une vie nouvelle est possible.

Nous pourrions dire que l'anticatastrophisme est au catastrophisme ce que le nihilisme nietzschéen était au nihilisme de son temps : sa mutation - Nietzsche dirait : sa transmutation. Il est en effet représenté par ce type de philosophie, telle qu'on peut la lire dans Naissance de la Tragédie ou le Gai Savoir : une philosophie de la souffrance transfigurée, de la Joie conquise à travers les épreuves de la vie.

Ce discours est caractérisé par sa prudence à l'égard de tous les dogmatismes (prétentions des institutions et des discours dominants à se constituer comme discours exclusifs de vérité) - dogmatismes inévitables par rapport auxquels une distance doit cependant être prise. C'est un type de discours moral ou spirituel, qui ne nie pas mais subordonne les solutions technoscientifiques, les problèmes économiques ou politiques à l'aventure spirituelle qui se joue pour l'humanité dans toutes les crises qu'elle a à traverser.

L'anticatastrophisme est la position proprement néophalanstérienne. Renvoyant dos à dos les positions négationnistes et les différents catastrophismes (éclairé, médiatique, etc.). (Voir ces notions.) 

Comments