Humour‎ > ‎

Evangile de Nasredin, sage et fou

Evangile de Nasredin.  
Nasredin est préoccupé car son fils s'enfuit pour Samarcande, effrayé d'avoir croisé ce matin La Mort dans les rues de sa ville. Alors Nasredin intrigué déambule au milieu de la foule, lorsqu'il rencontre en effet La Mort dans son bel habit noir : 
- Ainsi donc, mon fils avait raison, dit Nasredin. Tu es ici!
- Crois bien, dit La Mort, que j'étais moi-même étonnée de l
e voir là, parce que j'ai rendez-vous avec lui ce soir à Samarcande!
Commentaire : La mort est l'atopie suprême. Elle est partout et nulle part, et jamais là où on l'attend. Nasredin est atopien aussi, toujours là où il est, et en même temps d'une sagesse qui montre qu'il est déjà d'un autre monde. Qui disait que le philosophe est celui qui vit comme s'il était déjà mort?

Une année de sècheresse dans le désert, on vint trouver Nasredin, pour faire tomber la pluie.
- Allez me chercher vos dernières réserves d'eau!
Nasredin s'en servit pour laver son linge, devant les regards défaits des villageois. 
- Nous ne buvons plus rien depuis des jours, et tu fais ta lessive?!
Mais Nasredin étendit son linge, indifférent aux reproches, et soudain le ciel s'assombrit. La pluie tomba. 
- Tu es un magicien!?
- Pas du tout, répondit Nasredin. Chaque fois que j'étends mon linge, il se met à pleuvoir!
Commentaire : On peut y voir une alternative à Luc 12, 54 (dont le style est tout de même plus sec, si j'ose dire pour la circonstance). Qu'il faut être perspicace pour deviner la pluie alors qu'il fait encore beau, pour anticiper les germes d'un développement futur. Pour ne pas s'en vanter. Pour savoir cacher sa perspicacité au regard des envieux? Pour ne pas réagir à leurs remarques désagréables. Qui croit que Nassredin n'est qu'un superstitieux? 
Nasredin n'avait pas très envie de parler à des bavards venus l'interroger. 
- Savez-vous de quoi je vais vous parler? 
- Non, dirent-ils. 
- Alors vous ne méritez pas que je vous le dise!
Mais la semaine suivante, nouvelle demande de rencontre : 
- Savez-vous de quoi je vais vous parler? 
- Oui, répondirent-ils, pensant qu'alors il parlerait.
- Donc ce n'est pas la peine que je vous le dise.
La semaine suivante enfin, ils mirent au point un stratagème : 
- Savez-vous de quoi je vais vous parler? demanda encore Nasredin.
- Non, dirent certains. Oui, dirent les autres en même temps.
- Eh bien que ceux qui le savent le disent à ceux qui ne le savent pas.

Suite des aventures de Nasredin qui fête joyeusement ses 90 ans.
- Je suis toujours aussi jeune qu'à 20 ans.
- Comment le sais-tu? demande un sceptique.
- Eh bien... tu vois cette énorme pierre devant ma porte ? A 20 ans, je n'arrivais déjà pas à la déplacer!

Nasredin faisait les cent pas. Un ami lui demande pourquoi. 
- Je cherche un moyen de ne pas mourir, répond Nasredin.
- Et ça marche? 
- Ben , pour le moment, oui.
Commentaire : cela pourrait être une histoire taoïste pour l'Académie de Baguazhang (ou pour Ynergy et les Ynergyticiens), puisque les 100 pas renvoient à la pratique quotidienne du Bagua Qigong, dont l'immortalité (ou la longévité) est le but, le tout dans un climat détendu (dont l'humour est témoin).
Sens symbolique de l'immortalité : rester vivant, non pas biologiquement parlant (ce qui serait plutôt le signe d'un attachement qui alourdit), mais lucide, pétillant, capable de surprise, enveloppé de silence... chacun complètera :-)

Nasredin ne rigole plus. Au chevet d'un mourant dont les deux fils se disputent déjà l'héritage, c'est le moment de montrer sa sagesse (ou pas!).

- Voilà ce que tu pourrais faire, dit Nasredin : tu proposes à l'un des fils de partager l'héritage en deux, et tu proposes à l'autre d'en choisir une moitié. 
Commentaire : Eh, oui, maintenant, Salomon n'a qu'à bien se tenir... ;-)

Nasredin remercie Dieu alors qu'on lui a volé sa chemise sur l'étendoir? 
- Comment, lui dit sa femme, on t'a volé ta chemise et tu "remercies" Dieu?!
- Eh oui, imagine les problèmes qu'on aurait maintenant si j'étais resté dedans? 

Nasredin, tout petit déjà, posait beaucoup de questions. 
- Pourquoi le bois flotte-t-il? 
- Je ne sais pas, disait son père. 
- Pourquoi les oiseaux volent-ils? 
- Je ne sais pas, disait son père.
- Pourquoi...? 
- Je ne sais pas.
- Père, est-ce que mes questions vous embêtent? 
- Mais non, mon fils, au contraire! Si tu ne posais pas de questions, tu n'apprendrais jamais rien.

Nasredin arrive en France où il rencontre inopinément un haut responsable politique. Il cherche du travail. 
"Quel genre de travail? " demande l'élu. 
"Ministre du pétrole, ce serait parfait", répond Nasredin. 
Le politique éclate de rire : "Mais nous sommes en France, il n'y a pas de pétrole ici!"
Nasredin : "Ah bon? Et vous n'avez pas fait nommer un ministre de la Justice?"

- Nasredin, toi qui as réponse à tout, dis-moi : quel est le plus utile, le soleil ou la lune? 
- La lune parce qu'elle brille quand il fait nuit. Mais le soleil est stupide : il brille quand il fait déjà jour! 
- Ah, merveilleux Nasredin, y a-t-il des questions que tu ne saurais résoudre? 
- Oui, les vraies questions sont pour moi difficiles, dit Narsredin.
- Qu'est-ce qu'une vraie question? 
- Exemple : un jour où je volais du grain chez mon voisin, il m'a surpris et m'a demandé : "que fais-tu là?". J'avoue : je n'ai pas su lui répondre...
Comments