Bioéthique‎ > ‎

BioE : Clonage, définitions et histoire

Clonage : définitions et histoire

1. Qu'est-ce que le clonage ?

Il faut le distinguer de la fécondation qui résulte de la rencontre de deux gamètes apportant chacune 23 chromosomes et de la fécondation in vitro qui imite la fécondation naturelle. Clonage n'est pas fécondation.

Le clonage consiste à enlever le noyau d'un ovule qu'on va remplacer par les 46 chromosomes d'un seul et même individu. Le patrimoine génétique du nouvel individu sera donc strictement identique à celui de l'ancien (même sexe, et mêmes caractéristiques). On avait d'abord commencé par prendre les chromosomes d'un embryon. Mais avec Dolly, Ian Wilmut (Edimburg) est allé plus loin, puisque la brebis Dolly est née à partir d'une cellule adulte prise sur la mamelle de sa mère. Le clonage comporte deux ou trois phases : 1. Enucléation et transfert des 46 chromosomes. 2. Electrostimulation forte pour favoriser la duplication cellulaire : environ 6 à 8 cellules en 3 jours (cette stimulation était inutile dans la fécondation in vitro) 3. Transfert éventuel de l'embryon ainsi obtenu dans un utérus d'accueil si l'on veut obtenir la naissance d'un nouvel individu.

2. Deux types de clonage: le clonage reproductif et clonage non reproductif.

Quand le clonage humain inclut la 3e phase dite de réimplantation, on parle de clonage reproductif : il aboutit à la naissance d'un nouvel individu.

Les deux premières phases n'aboutissent qu'à la production d'une masse cellulaire. La vie de ces cellules extra utero, non réimplantées, ne dépasse pas les 8 jours. Quel est donc l'intérêt? C'est qu'on obtient des cellules-souches aux propriétés remarquables dont la science a besoin pour développer ses connaissances et expérimenter éventuellement de nouvelles thérapies. On appelle donc aussi ce procédé : clonage thérapeutique.

3. Histoire du clonage animal

Le premier succès, même sur mammifères, ont déjà un demi-siècle. Le premier animal cloné est une grenouille : dès 1952, Robert Briggs et Thomas King réussissent à énucléer des oeufs et transférer les chromosomes. Premier agneau : Wiladsen, Cambridge, 1986. Premier veau en France en 1993 à l'Inst. Nat. De la Recherche Agro. C'est une technique qui permettait facilement de créer des jumeaux en intervenant quand les blastomères sont encore au stade de totipotence. En 1996-1997, on se rend compte que l'on peut utiliser des cellules différenciées : c'est le cas Dolly (obtenue après 250 tentatives)! Depuis, elle fut appliquée à la souris, au porc, au lapin, à la chèvre, au cheval. On a cloné un mulet qui devient ainsi, paradoxalement, capable de se reproduire!

Les connaissances scientifiques ont augmenté, des banques d'organes ou de tissus se constituent en vue de xénogreffes. Le 25.12.2001, Advanced Cell Technology annonce le premier embryon humain cloné, développé en laboratoire, après des expériences sur 71 ovocytes de femmes volontaires et rémunérées.

Intérêt du clonage animal : maîtriser les caractéristiques des animaux reproduits (éliminer le hasard). Chez l'humain, on aimerait pouvoir cloner des individus aux fortes capacités intellectuelles, aux talents artistiques, ou ayant des capacités physiques et sportives, etc. Bref : ce type de projet s'appelle « eugénisme ». La possibilité de cloner à partir de cellules adultes permet désormais de réaliser ce projet car l'individu adulte ayant exprimé son potentiel génétique, le clonage n'est pas aveugle.


Bibliographie

Canto-Sperber Monique, Friedman René, Naissance et Liberté, La procréation, quelles limites?, Plon, Livre de Poche, 2008.

Comments