Dimanche 17 septembre 2017

Homélie du Père Ph. Parent

24e dimanche du temps ordinaire - Matthieu (18,21-35)




Quel est le qualificatif que les chrétiens donnent à Dieu ?...... Bon Dieu ! 

Nous croyons en la Bonté de Dieu, car il nous renvoie une image d’infinie Miséricorde. C’est au cœur de la messe que nous manifestons le plus notre foi en la Miséricorde de Dieu. Au début : « je confesse à Dieu », puis « Seigneur prends pitié ». 

Dans la prière du notre Père : « pardonne-nous… » et avant la communion : « Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde, prends pitié de nous » et ensuite : « Seigneur je ne suis pas digne ; mais dis seulement une parole et je serai guéri »… Notre prière témoigne de notre Foi. Dieu pardonne sans limite à qui le lui demande de tout son cœur.

                                   « Le Seigneur pardonne toutes tes offenses… Il n’agit pas envers nous selon nos fautes… », disait le psaume 102, que nous avons entendu après la première lecture. Ce dimanche, la Bible met en évidence l’A. D. N. de Dieu ! Il est Pardon. Et Jésus, fils de Dieu, confirmera cela, quand du haut de la croix, il priera une dernière fois : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Le Pardon de Dieu semble ne pas avoir de limites.

Voir l'intégralité de l'homélie



Dimanche 10 septembre 2017

Homélie du Père Ph. Parent

23e dimanche du temps ordinaire - Paul (13,8-10)




L'évangile de ce jour nous dit d'abord quelque chose de l'Eglise. Que chacune de nous s'examine ! Nous ne formons pas la communauté idéale de gens purs et parfaits.
Vous êtes tous des P. 4:
Pauvres, Petits Pêcheurs, Pardonnés !
Et moi, qui préside notre rassemblement dominical, je suis même un P.8: Père, Philippe, Parent, Pauvre, Petit, Prêtre, Pêcheur, Pardonné !
L'évangéliste Matthieu note que le péché d'un membre de la communauté peut concerner les relations interpersonnelles :
"Si mon frère a péché contre moi, dois-je lui pardonner jusqu'à sept fois ? demande Pierre à Jésus, qui lui répond : non, sans limite...
Mais Matthieu note aussi qu'il peut y avoir un péché public, qui pourrait faire scandale pour les non chrétiens. C'est ce dernier dont parle Jésus aujourd'hui : le péché qui concerne toute la communauté.
Je fais de toi un guetteur" disait Dieu à Ezéchiel......


Dimanche 3 septembre 2017

Homélie du Père Ph. Parent

22e dimanche du temps ordinaire - Matthieu (16,21-27)


L'Évangile aujourd’hui a, pendant de longs siècles, été comme une apologie de la souffrance, pour les chrétiens.

 Les plus anciens d’entre nous, nous nous souvenons d’un des premiers films relatant la vie de sainte Thérèse de l’enfant Jésus. On y voyait la petite Thérèse sur son lit, à l’infirmerie du monastère. Thérèse dit : « Je souffre ». Et une sœur à son chevet répond : « Tant mieux ! »… 

Cet état d’esprit était alimenté par le discours de l’Eglise, qui disait à l’époque que Jésus avait choisi la souffrance, pour opérer le Salut. C’était une erreur que l’Esprit Saint a peu à peu corrigé dans le discours de l’Eglise...

            Jésus Christ était un homme libre et debout. « Si quelqu’un  veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même », dit Jésus. Il ne nous demande pas de souffrir ; mais de couler nos pas dans les siens, pour, avec lui, servir et réaliser la vraie fraternité, la vraie justice, le véritable amour. Jésus ne nous demande pas aujourd’hui notre opinion sur lui, ni ce que  les livres disent de lui. Jésus fait appel à notre conviction profonde, à ce qu’il est réellement dans notre vie…

Regardons Jésus. Il est profondément humain......

                                   voir l'intégralité de l'homélie




Dimanche 13 Août 2017

Homélie du Père Ph. Parent

Dans la tempête , le Christ est là - Matthieu (14,22-33)


                                         Avec ce passage d’Evangile, nous sommes après la multiplication des pains. Les disciples ont tout juste eu le temps de ramasser les douze corbeilles de ce qui restait. Et Jésus les « oblige » à quitter les lieux. 

Pourquoi cet empressement 

Pourquoi cette fuite ? En lisant l’Evangile, on a souvent l’impression que Jésus est pressé. Oui et il le dira plusieurs fois : il y a urgence pour la Mission… 

Mais il y a aussi une deuxième raison, qui nous ramène à l’épisode de la Tentation au désert (Mt. 4,1-11). Le tentateur lui avait suggéré de changer les pierres en pain  pour lui-même et il avait refusé.

 Ici, Jésus vient de multiplier les pains pour  le bien-être de la foule et se profile la deuxième tentation : « Jette-toi du haut du Temple », ce sera un grand coup de pub ! Jésus oblige ses disciples à monter dans la barque et à changer de rive. Il ne veut pas qu’ils cèdent au spectaculaire…

                Avec Jésus, les disciples devaient se sentir invulnérables !


voir l'intégralité de l'homélie




Dimanche 6 Août 2017

 Homélie du Père Ph. Parent

La transfiguration du Seigneur : Matthieu 17,1- 9

                                   Il y a un instrument de cuisine épatant : c’est la cocotte-minute ! 

Le viande, les légumes, les oignons sont à l’abri du regard et peu à peu voilà que la cocotte-minute se met à siffler. 

Il s’en échappe de la vapeur et on commence alors à sentir les parfums des légumes et des aromates.

 Cette parabole bien pauvre de notre ordinaire peut nous aider à entrer dans la contemplation de cet événement de la vie de Jésus…

                                   Avec la Transfiguration nous est dévoilé le secret de la personnalité humano-divine de Jésus


15e dimanche du temps ordinaire: Matthieu 13,1-23 


Dimanche 16 juillet 2017

 Homélie du Père Ph. Parent

Aujourd’hui, comme à son habitude, Jésus parle de Lui. Il est le semeur sorti de Dieu. Il vient s’enraciner dans l’humanité pour y semer sa Parole. Chaque fois que Jésus parle, sur les chemins de l’Evangil

e, Il donne Dieu, Il donne la vie de Dieu. Il est venu semer la Parole de Dieu ; mais Il s’adresse à des hommes qu’il veut libres. La suite donc dépend de l’homme. Le prophète Isaïe (55,10-11) compare le travail du semeur à la pluie. Mais la pluie est inutile si la graine n’a pas déjà été déposée dans la terre du semeur lui-même. Jésus est le seul qui soit à la fois le semeur et le Verbe !

voir l'intégralité de l'homélie


         Retour à actualités