Programmation séquence jeunes

Deuxième trimestre 2018-2019

    
Lancez la bande annonce d'un film en cliquant sur son affiche

Le chien jaune de Mongolie
Drame de Byambasuren Davaa (Allemagne/Mongolie – 2006 – 1h30) avec Nansal Batchuluun, Urjindorj Batchuluun, Buyandulam Daramdadi Batchuluun.

Dans la steppe mongole, Nansa, 6 ans, vit avec sa famille sous une yourte. Un jour, elle trouve un chien qu’elle ramène chez elle. Mais son père, éleveur, craignant qu’il n’attire les loups, lui demande de s’en débarrasser…
La réalisatrice mongole filme le quotidien tranquille d’une vraie famille de nomades et réussit à déjouer les pièges du folklore et de l’exotisme. Un film d’une rare délicatesse, chaleureux et vivant.

Le Havre
Drame d’Aki Kaurismäki (France/Allemagne/Finlande – 2011 – 1h33) avec André Wilms, Kati Outinen, Jean-Pierre Darroussin, Blondin Miguel.

Au Havre, un cireur de chaussures bohème entreprend de venir en aide à un jeune clandestin pourchassé par la police.
Défenseur des pauvres, des rêveurs et des marginaux, le réalisateur finlandais fait fi de tout réalisme et signe un conte de fée social à la Chaplin, véritable pied de nez à la misère et l'injustice, qui met en avant les valeurs de solidarité.


My Sweet Pepper Land
Drame de Hiner Saleem (France/Allemagne – 2014 – 1h34) avec Golshifteh Farahani, Korkmaz Arslan, Suat Usta.

Au carrefour de l’Iran, l’Irak et la Turquie, lieu de tous les trafics, un officier de police fraîchement débarqué, va tenter de faire respecter la loi. Cet ancien combattant de l’indépendance kurde doit désormais lutter contre le caïd local. De son côté, l’institutrice du village, jeune femme insoumise, essaie d'exercer son métier, loin des mâles dominants de sa famille. Dans cette zone de non-droit où la sauvagerie du paysage épouse la rudesse des hommes, le cinéaste s'amuse à orientaliser les codes du western. Burlesque, absurde, fantaisie : la griffe tragi-comique de Saleem a le don de gratter là où ça fait mal…


Premier trimestre 2018-2019


      
Lancez la bande annonce d'un film en cliquant sur son affiche

Azur et Asmar
Conte fantastique de Michel Ocelot (France – 2006 – 1h39) avec les voix de Hiam Abbass, Fatma Ben Khell, Karim M'Riba, Rayan Mahjoub, Cyril Mourali, Patrick Timsit.

Il était une fois, dans un Moyen Âge de légende, deux enfants inséparables, Azur, blond aux yeux bleus et Asmar, brun aux yeux noirs, élevés comme des frères par la même nourrice. Mais un jour, les enfants sont séparés brutalement...
Avec ce conte initiatique riche en rebondissements et enchantements, Ocelot rend un fastueux hommage à l’islam médiéval et signe une ode pour la réconciliation des peuples. 

Les Enfants loups
Film fantastique de Mamoru Hosoda (Japon – 2012 – 1h55) avec les voix Kumiko Aso, Megumi Hayashibara, Takuma Hiraoka. 

Hana et ses deux enfants vivent dans un coin de ville tranquille.
Leur vie est simple et joyeuse, mais ils cachent un secret : leur père est un homme-loup. Quand celui-ci disparaît, Hana décide de quitter la ville pour élever ses enfants à l'abri des regards et emménage dans un village proche d'une forêt luxuriante...
Un merveilleux conte fantastique, plein de poésie et de magie, où l'amour, la force de vivre et l'humilité se retrouvent dans les traits d'une famille pas comme les autres. Une belle leçon de vie servie par une animation de haut niveau.

La Planète sauvage
Film de science-fiction de René Laloux – dessins de Roland Topor – (France/R. Tchèque – 1973 – 1h12) avec les voix de Jean Valmont, Jennifer Drake, Sylvie Lenoir, librement inspiré du roman Oms en série de Stefan Wul.

Sur la planète Ygam, vivent des androïdes géants appelés les Draags. Ils élèvent de minuscules êtres humains qu'ils surnomment Oms. Mais un jour, l'Om de la jeune Tiwa se révèle plus intelligent et va déclencher une révolte...
Ce film a donné ses lettres de noblesse à l’animation de science-fiction européenne. L’univers sombre et poétique de l’écrivain Stefan Wul répond parfaitement aux mondes décalés et oniriques de Laloux et Topor. La technique du "papier découpé" restitue la puissance du dessin et fait ressortir l’aspect surréaliste de l’œuvre.
Un conte philosophique sur la sagesse et la victoire de l’intelligence.