Actu Clubs IDF‎ > ‎

Club UNESCO FDFA : flash info juillet

publié le 30 juin 2016 à 05:10 par Fédération Française Pour l'UNESCO


L'édito de la présidente

L’été nous a apporté, hélas, une triste nouvelle : Benoîte Groult, notre amie, adhérente de FDFA, nous a quitté(e)s. Je l’avais appelée quelques jours auparavant et j’avais eu la joie d’entendre sa voix. Relisez Ainsi soit-elle et vous redécouvrirez tout ce qui a fait sa vie, sa découverte du féminisme et ses luttes de citoyenne.

Notre A.G. du 11 juin a reconduit le Bureau de l’association dans son intégralité. La journée a par ailleurs été riche d’échanges sur le thème de l’emploi, plus que jamais d’actualité. Les intervenantes ont été réalistes et optimistes tout à la fois ! Il est indispensable de reconduire notre atelier Emploi-Travail ; mais sachez que certains de nos ateliers sont liés à des subventions attendues, espérées…

En août le Flash Info ne paraîtra pas ; nous vous enverrons dès le début septembre les dates des différents ateliers.

Je souhaite à toutes et à tous un été de détente, de rencontres et de soleil. Bien amicalement

Maudy Piot,
Présidente



Permanence Écoute Violences Femmes Handicapées

Les permanences se tiennent tous les lundis de 10h à 13h et de 14h30 à 17h30, et tous les jeudis de 10h à 13h. Notre numéro d’appel à ne pas oublier :

N.B. La permanence n’a pas lieu en août.

01 40 47 06 06

Parlez-en autour de vous !

Distribuez les flyers qui sont à votre disposition au local associatif autour de vous.

 

 

Notre permanence d’écoute a reçu le prix OCIRP de la citoyenneté 2016, le 9 juin dernier. Découvrez la vidéo de valorisation et les autres lauréats sur www.ocirp.fr

 

Les rendez-vous de juillet : les permanences

¯ La permanence juridique avec C. notre avocate se tiendra le jeudi 28 juillet de 14 h à 17 h. Prendre RV par téléphone au 01 45 66 63 97. 

 

¯ Accueil juridique avec Juliette, les mercredis 6 et 20 juillet de 15h à 17h.

 

¯ La permanence sociale se tiendra le mercredi 6 et le mercredi 22 juillet de 16h à 18h. Par téléphone ou sur place avec RV. 

 

¯ Une oreille attentive 

Cette écoute se fait uniquement par téléphone. Prochaines dates les 4, 18 et 25 juillet, contacter Brigitte au 06 78 06 17 21.

 

Les rendez-vous de juillet : les ateliers

 

֍ Atelier Échanges & Créations

Les prochains ateliers auront lieu le 7 et le 21 juillet de 14h à 17h, avec, le 7, notre socio-esthéticienne, Chantal.

Cet atelier est ouvert à toutes et tous. On vous attend sans formalités !

 

֍ Groupe de parole

Pas de groupe en juillet et août.

Inscription au 01 45 66 63 97 auprès de Maudy Piot

 

֍ Créations Loisirs

Prochain atelier le 16 juillet de 14h à 17h.

Animatrice : Catherine N

12h-14h : repas au restaurant Au Fou Gourmand (en face FDFA) prix 15 € environ – réserver 

14h-17h Ateliers

14h-15h : Echange autour d’un café, des nouvelles des uns et des autres, des activités de FDFA, chansons

15h-17h : Atelier perles animé par Rose Marie : confection et réparation de bijoux, colliers, bracelets et Atelier écriture animé par Elisabeth et Flore

Participation demandée : 2 €

Vous pouvez venir pour l’un ou l’autre des moments proposés, sentez-vous libre et vous serez les bienvenus. Exceptionnellement pas d'activité chorale ce mois.

 

֍ Jardin Littéraire – atelier lecture 

Alain Piot assure l’animation, Anne de Réals la coordination.

Inscription auprès d’Anne de Réals : anne.de-reals@orange.fr

Prochain atelier le 4 juillet  de 18h à 19h30 (suivi d’un dîner amical).

 

֍ Do you speak English ? – atelier de conversation en anglais

Gillian Barratt propose aux adhérentes et adhérents un atelier de conversation en anglais un samedi après-midi une fois par mois, dans le local de l’association..

Reprise en septembre.

֍ Atelier Piscine

Les sorties en piscines aménagées se déroulent avec l’association LAPLA’JH de Nathalie à la piscine Émile Anthoine.

Inscription par mail : laplajh@gmail.com ou 06 10 93 40 92

Pour 10 séances par an à répartir dans l’année : 150 € /Abonnement annuel : 300 €

Attention : ces tarifs ne sont applicables qu’aux adhérentes et adhérents de FDFA !

Règlement à la première séance en fonction de votre choix.

 

֍ Atelier Informatique

Pour tous renseignements appeler le 01 43 21 21 07.

 


Cris du silence Ecrits de vérité - Feuilles d’automne des écrivain-e-s handicapé-e-s et des autres… PARIS – 15 octobre 2016

Les Feuilles d’automne des écrivain-e-s handicapé-e-s et des autres… sont la seule manifestation littéraire à proposer une réflexion thématique sur la rencontre entre le handicap et l’écriture ; à inviter les personnes en situation de handicap à prendre la plume pour partager leur expérience et leur imaginaire et à offrir au public la possibilité d’aller à la rencontre d’auteur-e-s en situation de handicap ou valides ayant écrit sur le handicap, quelle que soit leur singularité et quel que soit leur mode d’expression littéraire.

Cris du silence, écrits de vérité se placera à la confluence de « l’impensé du handicap » (Charles Gardou) et de l’impensable des violences envers les femmes handicapées.

Victimes inaudibles, victimes invisibles qui ont jeté leurs cris par l’écrit ; femmes handicapées qui livrent leur combat de vérité pour se délivrer de la spirale de la violence ; citoyennes en lutte pour être enfin entendues : telles seront les écrivaines invitées à ces Feuilles d’automne. 

Faire découvrir, rendre visible l’écriture du handicap, promouvoir la diversité et la richesse de cette littérature à part entière et trop souvent méconnue, lutter contre toute forme de violence envers les femmes et plus particulièrement envers les femmes en situation de handicap, tels sont les objectifs de cette journée.

 

Accessibilité totale des débats : traduction en langue des signes française, retranscription en direct sur écran (vélotypie), boucle magnétique pour les personnes malentendantes appareillées, programmes en caractères agrandis et en Braille (sur demande lors de l’inscription)

 

Lieu : Espace Moncassin 

164, rue de Javel

75015 PARIS

Métro : Ligne 8 (Félix Faure, Boucicaut) ou Ligne 12 (Convention)

RER C : Station Javel

Bus : 42- 62- 70- 88-89-39-49

 

Date : samedi 15 octobre 2016

 

Entrée :

Participation solidaire à l’accessibilité : 10 €

Entrée gratuite pour les adhérent-e-s de l’association et les auxiliaires de vie accompagnant une personne en situation de handicap

 

Une librairie aura en charge la vente des ouvrages sur place.

 

Le nombre de places étant limité, l’inscription est obligatoire.

Pour s’inscrire : 

http://www.webquest.fr/?m=18213_inscription-feuilles-d-automne---15-octobre-2016

 

Retrouvez le programme provisoire en ligne sur le site de l’association : 

http://fdfa.fr/15-octobre-feuilles-dautomne/

 

Les rendez-vous clef du mois/ Repéré pour vous 

7 Juillet : Quelle place pour les maltraitances faites aux enfants dans la stratégie nationale de santé ?

Université Paris Descartes

Merci de bien vouloir envoyer la confirmation de votre venue à : olfa.ben-mbarek-guilhas@parisdescartes.fr


Actualités politiques et sociales

 

 Le Ministère des Affaires sociales et de la santé, publie les chiffres clés du handicap 

6 grands thèmes sont abordés : - La scolarisation des enfants handicapés ; - L’emploi des personnes handicapées ; - L’accessibilité ; - Le financement de l’aide à l’autonomie ; - Les établissements et services médico sociaux ; - Les prestations de soutien à l’autonomie. Ministère des Affaires sociales et de la santé, 2016, 6p. – Texte intégral 

·       Rio, paralympiques, les tickets peinent à se vendre

A cent jours des Jeux paralympiques de Rio de Janeiro, qui se disputeront quelques semaines après les JO (7-18 septembre 2016), Andrew Parsons, président du Comité paralympique brésilien, par ailleurs vice-président du Comité international paralympique (IPC), reconnaît des difficultés dans le remplissage des stades mais estime que l'enjeu sociétal est fondamental pour les personnes handicapées du Brésil et, au-delà, du continent latino-américain. A lire sur Handicap.fr

·       Transports de personnes handicapées : l'Anap propose un kit d'outils

(Source TSA 13/06/2016)

Les dépenses liées au transport des personnes handicapées sont en croissance constante et peuvent représenter une part importante dans le budget des ESMS : jusqu’au deuxième poste de dépenses, après celui du personnel. Pour accompagner les gestionnaires d’ESMS dans l’organisation des transports de personnes handicapées, l’Anap propose plusieurs publications et un kit d’outils permettant de clarifier la réglementation et de proposer aux gestionnaires "des éléments d’aide à la décision pour le choix des modes de transports et leur organisation, en vue de trouver le meilleur équilibre entre la qualité du transport et son coût, et in fine améliorer le service rendu aux usagers".

Document à télécharger sur www.anap.fr

 

Actualité du droit des Femmes

·      15 juin : Remise du rapport relatif à l’éducation à la sexualité

par Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes à Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes

Le Haut Conseil à l’Egalité appelle les pouvoirs publics à mettre en œuvre une éducation à la sexualité à la hauteur des besoins des jeunes

 « Répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité femmes-hommes »

Le HCE préconise une prise de conscience de la société et un plan d’actions interministériel en faveur de l’éducation à la sexualité articulé autour de 30 recommandations et 4 grandes priorités : 

1.    Mieux connaître et reconnaître la sexualité des jeunes

2.     Renforcer de manière ambitieuse la politique interministérielle d’éducation à la sexualité

3.     Organiser, financer, évaluer et renforcer la visibilité de l’action de l’Education nationale en matière d’éducation à la sexualité

4.    Responsabiliser les autres espaces clés de socialisation des jeunes hors-école pour prendre en compte leur parcours de vie.

Maudy Piot, Présidente de FDFA, a fait partie de la Commission qui a préparé ce rapport. Elle a ainsi pu montrer et faire reconnaître la nécessité de l’éducation à la sexualité des jeunes handicapé.e.s, mais le Rapport ne contient malheureusement pas toutes les demandes formulées par FDFA.

·      Euro 2016 : Campagne de prévention des achats d'actes sexuels - Le prix d'une passe n'est pas celui que tu crois 

En s'appuyant sur la loi de lutte contre le système prostitutionnel votée le 6 avril 2016, le Mouvement du Nid a lancé une campagne de communication pour prévenir l'achat d'actes sexuels et d’informer le public « qu’être client de la prostitution est dorénavant un délit en France »

"L’Euro 2016,  nous est apparu comme le moment idéal pour lancer une campagne nationale de prévention de l’achat d’actes sexuels en premier lieu car c’est un évènement qui va rassembler des millions de spectateurs et de supporters, hommes comme femmes. Mais aussi car il n’y a pas de grandes manifestations sportives, toutes à forte dominante masculine, sans commerce du sexe et sans organisation d’un « marché aux femmes ».

Affiches Le Prix d'une passe-Euro2016

·      Le sexisme, bientôt circonstance aggravante des crimes et délits

Le sexisme devrait devenir une circonstance aggravante dans le code pénal. Cette disposition vient d’être introduite sous forme d’amendement dans le projet de loi « Egalité et citoyenneté », qui sera examiné à partir du 27 juin à l’Assemblée nationale.

Cet amendement à l’initiative de la députée (PS) Maud Olivier, « vise à faire du sexisme une circonstance aggravante de tous les crimes et délits au même titre que le racisme et l’homophobie ».

Dans l’exposé des motifs, Maud Olivier souligne : « Comme le rappelle la CNCDH dans son avis du 30 mai 2016 sur les violences faites aux femmes et le féminicide, lorsque l’on pense de manière globale les violences faites aux femmes comme des violences spécifiques ayant un caractère discriminatoire et qui touchent les femmes parce qu’elles sont des femmes, il paraît légitime et utile de les qualifier juridiquement. » 

 

•          Inauguration au féminin de la maison natale de Colette 

La Maison de Colette est un fonds de dotation créé en mai 2010 afin de lever des fonds privés en vue de l’acquisition, de la réhabilitation et de l’ouverture au public de la maison natale de Colette, à Saint-Sauveur-en-Puisaye. La maison a été acquise fin 2011 puis rénovée. Elle vient d’être inaugurée et ouverte au public. Laurence ROSSIGNOL s’est rendue à l’inauguration le 21 mai 2016, à Saint Sauveur en Puisaye, dans l’Yonne. « Bien plus que les musées, où le rapport à l'oeuvre prime, les demeures, elles, nous permettent de toucher du doigt ce lien étroit, presque charnel, qu'il existe entre l'artiste et l'endroit où il est né, au monde et à l'art », a notamment déclaré la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, dans un entretien accordée à L’Yonne. Elle a également souligné que Colette restait l'auteur de ses 15 ans.

Dans le monde

·       Israël : Journée internationale pour les femmes agunot

               (Source The Times of  Israël 23 mars 2016)

A l’occasion de la Journée international des femmes agunot, l’association CHOCHMAT Nashim a lancé une campagne autour de portraits de femmes agunot pour dénoncer leur situation.

Les femmes agunot sont des femmes qui n’arrivent pas à obtenir le guet (acte de divorce religieux) de la part de leur ancien mari parce que celui-ci s’y refuse. Ces dernières se retrouvent liées à leur mariage sans pouvoir refaire leur vie.

Choshmat Nashim est une association fondée par des femmes juives observantes mais qui souhaitent changer et rectifier les idées fausses à propos du « judaïsme moderne » en exposant les injustices dont sont victimes les femmes.

Choshmat Nashim a ainsi demandé à des femmes agunot de se photographier avec une pancarte qui stipule le nombre d’années où elles se voient refuser le droit de divorcer, leur location géographique et le hashtag NoMoreChains.

Afin d’éveiller les consciences, la volonté de l’association est de montrer que ce problème des agunot existe partout dans le monde, dans toutes les communautés juives, et peu importe l’âge.

Certaines femmes sont dans cette situation depuis un an, deux ans, d’autres depuis quatorze ans ou dix-sept ans. Une des photos montre une jeune femme qui déclare « je suis morte aguna ».

Enfin, cette association espère permettre à ces femmes de retrouver leur liberté et leur intégrité.

 

·       Afrique : Le massacre des albinos

Plus que les brimades, les quolibets et les vexations, leur différence leur vaut souvent la mort. Au Malawi, les personnes atteintes d’albinisme – une anomalie génétique héréditaire, qui se caractérise par une dépigmentation de la peau liée à l’absence de mélanine – vivent tenaillées par la peur, en butte à toutes les violences. Entre 7 000 et 10 000 individus sont concernés.

Dans un rapport, Amnesty International dénonce une « vague sans précédent d’attaques brutales », alimentées par des pratiques rituelles et la passivité des autorités de cet Etat d’Afrique australe enserré entre le Mozambique, la Zambie et la Tanzanie – un procès en laxisme contre lequel s’insurgent les autorités de Lilongwe. Al-Jazira... Traqués comme des animaux, les albinos sont à la merci de bandes criminelles qui font commerce de leurs membres, et notamment de leurs os. Ceux-ci, vendus à des guérisseurs traditionnels, servent à concocter des potions magiques censées apporter richesse, bonheur et chance. CNN

 

·       Mexique : Crimes d’Etat, Crises des Mères  

               (Source L’OBS – 02/06/2016)

Débordées par la violence, les autorités mexicaines se débarrassent des victimes assassinées en les entassant secrètement dans des fosses communes. Les mères se sont organisées pour exhumer les corps. « Il fait encore nuit noire, ce lundi 23 mai, lorsqu’ils arrivent par petits groupes au cimetière de Tetelcingo. Sur le sentier, quelques journalistes troublent le silence, mais eux se taisent. Ils ont rendez-vous avec leurs proches. Leurs disparus. La fosse commune est un peu plus loin, signalée par la lumière crue des phares de la police et des projecteurs. Aux abords, une foule se masse et observe un prêtre bénir le bout de terre de 6 mètres carrés. A ses côtés, des mères aux yeux cernés, le visage profondément marqué. Tout autour, une centaine de policiers armés jusqu’aux dents … L’évènement est historique : cette fosse clandestine où s’entasse 116 cadavres, ce ne sont pas les narcotrafiquants qui l’ont creusée. C’est l’Etat. L’Etat, « démasqué par les familles et forcé de suivre la procédure qu’elles lui ont imposée », explique Caroline Robledo, une sociologue qui étudie les disparitions au Mexique depuis dix ans. En somme de reconnaître son crime, de présenter ses excuses et de procéder à l’exhumation des « disparus »  sous la surveillance des légistes de l’université de Morelos. 

« La fosse illégale de   Tetelcingo est le symbole de la collusion de l’Etat et du crime organisé » affirme Alejandro Véra, le recteur de l’université de Morelos. Un problème massif à l’échelle du pays : le Mexique compte près de 30 000 desaparecidos, des victimes des cartels, des gangs ou de la police dont on a perdu toute trace

 Où les morts sont-ils enterrés ? Pourquoi sont-ils jetés comme des chiens dans des fosses communes anonymes ? Comme souvent en Amérique latine, ce sont les femmes qui exigent une réponse. Des mères venues des quatre coins du Mexique, parfois organisées en brigades. 

 

·       Pologne : l’IVG en danger

               (source ELLE – 06.2016) 

Dans ce pays à forte tradition catholique, on ne peut avorter que dans de très rares conditions. La menace d’un nouveau durcissement de la loi soulève la colère des femmes contre les activistes intégristes. « Le café Charlotte, place Zbawicela, est l’une des institutions branchées de Varsovie, à l’image des cafés que l’on peut trouver à Londres, Paris, Berlin, Barcelone ou New York. C’est le rendez-vous d’une jeunesse européenne aux droits uniformisés – du moins en apparence.

Assise en terrasse, Agata – ce n’est pas son vrai prénom, elle a demandé à ce qu’il soit changé, 28 ans, raconte son histoire ; Elle précise qu’il faut « rester discrète, on ne sait jamais »

Même là, au-milieu de jeunes qui lui ressemblent, dire ouvertement que l’on a subi une IVG en Pologne, pays où la loi est l’une des plus restrictives d’Europe, peut vous exposer à la prison

L’acte n’est autorisé que dans trois cas précis : quand il existe un risque pour la vie ou la santé de la femme enceinte, en cas de pathologies graves du fœtus, ou quand la grossesse est le résultat d’un inceste ou d’un viol. Cette législation pourrait encore se durcir. Une proposition de loi des conservateurs, majoritaires, visant à réduire l’acte au seul cas de danger de vie pour la mère, est en discussion au Parlement polonais, soutenue par les associations pro-vie, extrêmement influentes dans ce pays catholique, et par les évêques proches du Président Andrzej Duda, lui-même issu du parti conservateur Droit et justice (PiS).

Comme des centaines de milliers de femmes à travers le pays,  Agata est allée manifester contre ce projet liberticide et pour la légalisation du droit à l’IVG « en 2016, dans un pays européen ! » 

 

·       Italie : Deux femmes maires de grandes villes d’Italie

Virginia Raggi, une candidate du Mouvement 5 étoiles  a été élue maire de Rome le 19 juin et Chiara Appendino, maire de Turin

Virginia Raggi est la première femme à la tête de la capitale italienne, après les précédents de Paris ou Madrid. Et à Turin, quatrième ville d’Italie, Chiara Appendino, également candidate 5 Etoiles a remporté la victoire. Deux femmes à la tête de grandes villes, « une image forte dans un pays où la classe politique démontre encore souvent une « non-reconnaissance des femmes en tant que sujets politiques et en tant que personnes », comme le dénonçait récemment la ministre Beatrice Lorenzin.

Mais le programme général du M5S n’aborde pas la question des droits des femmes. La nouvelle maire de Rome qui reste accrochée aux grands thèmes de son parti : la transparence, le développement durable, les transports, la santé et l’économie. Le programme de la région de Turin aborde brièvement le financement de la lutte contre les violences de genre via la création d’une « base de données anti-violence », ou encore la « possibilité de soutenir les crèches d’entreprise ». Mais la nouvelle maire de Turin Chiara Appendino, elle non plus n’aborde à aucun moment le sujet. Voir l’article dans les Nouvelles News du 20 juin.

Mais c’est une avancée dans un pays gangrené par la Mafia.

 

A voir, à écouter !

 

Conversations avec Françoise Héritier (DVD 235 mn) 

Documentaire réalisé par Patric Jean avec Françoise Héritier, bien connue de notre association.  Elle livre à Patric Jean sa pensée sur la construction du rapport masculin/féminin. 
Durant ces entretiens filmés, Françoise Héritier retrace de manière simple, éblouissante et imagée, toute sa réflexion sur la pensée de la différence fondée sur l’opposition des sexes. En tant qu’anthropologue mais aussi à partir d'anecdotes de sa propre vie, elle raconte 200.000 ans de cette hiérarchie « patriarcale » aujourd’hui remise en question. Une réflexion sur les questions telles la domination masculine, l’alliance, la parenté, la filiation, le rapport de sexe et de genre, qui a bouleversé la pensée contemporaine. Ces entretiens se déclinent en 4 chapitres : La Valence différentielle des sexes (52 mn) - Les Origines (50 mn) - Sang, sperme, lait, hiérarchie (96 mn) - Filiation, terminologie, alliance (58 mn). En vente sur le site http://www.filmsdocumentaires.com/films/4334-conversations-avec-francoise-heritier.

Cinéma :

Isabelle Huppert dans ELLE de Paul Verhoeven, adaptation du roman « Oh... » de Philippe Djian : une femme violée mais qui décide de ne pas porter plainte. Un personnage complexe. De victime, elle veut manipuler son agresseur pour devenir maîtresse du jeu. 

 

Un peu de lecture…

 

La France face au défi de l’accessibilité. De la nécessaire adaptation de la loi du 11 février 2005 – Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, Ministère du Logement et de l’Habitat Durable, 2016, 80p

1975-2005-2015 : trois dates, qui, à elles seules, tracent l’histoire de la politique d’accessibilité en France. 1975 : c’est la prise de conscience par l’Etat et par le législateur de l’oubli d’une partie de ses concitoyens : ceux qui sont les plus défavorisés, les plus faibles ; les années glorieuses de l’action sociale et des droits civils veulent mettre fin à des années d’exclusion. 2005 : c’est l’engagement de la Nation dans le cadre de la mondialisation de la reconnaissance des droits des personnes handicapées. 2015 : devait être celle de l’accessibilité universelle, elle devra être celle du réalisme et du pragmatisme. Il a fallu accepter de regarder la réalité, de se mettre autour d’une table pour tirer les enseignements et rebondir pour trouver un second souffle qui s’avère indispensable. Ce document a été réalisé pour permettre de prendre connaissance du chemin parcouru. Il suit pas à pas la construction de la politique accessibilité dans notre pays et la maïeutique d’une réforme – Texte intégral 

Sortir de la maltraitance : Violences conjugales : résister, c'est comprendre, c'est agir, Edith Lombardi, L’Harmattan, juin 2016 

Des femmes témoignent. Celles qui furent des filles de mères maltraitées témoignent également. De même que la septième épouse de Barbe-bleue échappa au malheur grâce à sa lucidité, de même les femmes qui nous parlent ici ont réussi à trouver leur voie de libération. Sortir de la maltraitance, quitter une relation toxique, c'est se raccrocher à la vie. Cela demande de comprendre suffisamment ce qui se passe, car la violence tend à coloniser nos esprits. L'auteure croise ces témoignages avec son expérience professionnelle.

 

Michel Larivière, Femmes d’homosexuels célèbres, Edition La Musardine 

Dans un essai consacré aux épouses d’homosexuels célèbres, Michel Larivière montre qu’elles n’ont pas eu la vie conjugale facile.

« Du temps de la persécution, les homosexuels, pour la plupart, ont vécu également une pratique hétérosexuelle, pour ne pas risquer l’opprobre. »

Parmi les seize femmes évoquées, la seule qui semble heureuse est Christiane Vulpius, l’épouse de Goethe. Sa « grâce équivoque, hermaphrodite » plaît au poète, qui écrit dans « Poésie et Vérité » : « C’est vrai que j’ai fait aussi l’amour avec des garçons, mais je leur préférais les filles, car quand elles me lassaient en tant que filles, je pouvais encore m’en servir en tant que garçons. ». Il y a des mariages d’argent. Jules Verne demande à sa mère « une jeune fille bien élevée, et bien riche ».

L’épouse est la promesse d’une vie confortable et normée, mais ces arrangements tournent souvent au sordide. Byron, qui lorgne sur les 1 000 livres de rente d’Anna Isabella Milbanke, arrive en retard au mariage et lui crache dans la voiture qu’il ne l’épouse que « par convention ».

Le soir, la jeune femme entre dans une « demeure sinistre et vide ». On lui sert un souper froid. Byron monte se coucher seul en disant : « Je déteste dormir avec une femme.»

 

Jean-Claude Bologne, Histoire du couple, Editions Perrin

Jean-Claude Bologne, Philologue formé à l’université de Liège, historien et romancier, retrace l’histoire du couple de l’Antiquité à nos jours.

On étudie traditionnellement le couple à travers le prisme du mariage. Or, celui-ci n’est qu’une forme de couple parmi d’autres, rejetant à la marge ce qui lui échappe : concubinage, amour libre, Pacs, relation extraconjugale, mais aussi fratrie, compagnonnage médiéval ou amitié exclusive.

 


Scarlet Beauvalet-Boutouyrie et Emmanuelle Berthiaud, La fabrique des identités sexuelles depuis la fin du Moyen-Age  Le Rose et le Bleu, Edition Belin

Rose pour les filles, Bleu pour les garçons, Il n’en a pas toujours été ainsi.

Ce qui semble aujourd’hui une évidence est une habitude récente, comme bien d’autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre » qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d’autant plus essentielle que les définitions de la « masculanité » et de la féminité ont longtemps servi à justifier la domination masculine.

 

Claire Castillon, Les Messieurs, Editions de l’Olivier

Il s’agit d’un recueil de contes cruels et jubilatoires, dans lequel Claire Castillon dresse le portrait d’une vingtaine d’hommes d’un certain âge, pathétiques, libidineux, mais aussi parfois naïfs, voire touchants. Les jeunes filles qui leur tournent autour les flattent ou les flagellent, selon leurs humeurs.

 

 

 

Retrouvez toutes nos informations en textes et en images sur notre site : http://fdfa.fr

Retrouvez aussi votre association sur Facebook :  www.facebook.com/fdfa15 et aimez cette page ! 

 

Courrier des lecteurs : 

"Ils disent défendre leur honneur quand ils nous tuent, eux qui ont placé l’honneur des nations entre nos cuisses.

Et dans un pays comme l’Egypte, quand ils nous amputent de notre organe sexuel, n’appellent-ils pas cet acte de torture purification, ne sommes-nous pas des « negssa » (impurs) qu’il convient de purifier ?"

Blog de Dianne, source Mediapart, 21 juin 2016

 

 

P.S. A lire sur notre site comme chaque mois le billet d’humeur d’Olivier. Merci Doc’

 

Ont contribué à la rédaction et la réalisation de ce numéro : Claire Desaint, Sylvie Kaczmarek, Eliane Martin, Olivier Manceron, Maudy Piot, Alain Piot et Isabelle Dumont

Comments