Publicité:

    Bouchard

    Gérard Bouchard, celui qui fut le président de la Commission Bouchard-Taylor, fut aussi l'un des experts du gouvernement dans le cadre du procès des parents de Drummondville voulant exempter leurs enfants du cours d'éthique et de culture religieuse.

    Il est aussi connu pour avoir signé un article controversé intitulé "Jeter les souches aux feu de la St-Jean"
    dans Le Devoir du 24 mars 1999. Celui-ci levait la très sensible question de l'identité nationale proposant de "Jeter les souches" au feu!. (Lire l'article)

    "En définitive, quel objectif une nation doit-elle poursuivre? Doit-elle s'employer surtout à être différente des autres, à cultiver ses traits distincts? Ou bien à rendre ses membres plus heureux? [...] Choisir le premier terme de l'alternative, c'est s'engager (et peut-être s'enfermer) dans une spirale qui maintient les groupes ethniques sur la défensive. Opter pour le second, c'est s'engager sur une voie pratique qui, en ayant l'air de tourner le dos au problème, recèle peut-être sa véritable solution, dans la mesure où l'action commune est source de solidarité.

    Les souches et la greffe

    Notre proposition [...] exige aussi de tous les partenaires qu'ils se départent de l'esprit de la souche. En l'occurrence: l'insécurité chronique et la méfiance qui poussent au repli et à la crainte de l'autre, qui entretiennent une mémoire exacerbée des vexations anciennes, qui durcissent les solitudes actuelles, compromettent les partenariats, empêchent toute possibilité de greffe. En ce sens, tous ensemble, jeter les souches au prochain feu de la Saint-Jean? Pourquoi pas? Avec l'espoir raisonnable qu'à la longue, il pourrait naître de ces cendres (parmi quelques inévitables bleuets?) une espèce renouvelée, enrichie, comme il arrive parfois. "


    En 2007, avant même le début de la commission Bouchard-Taylor, M. Gérard Bouchard soulève un tollé par ses propos que plusieurs qualifient de méprisants:

     
    En 2009, M. Gérard Bouchard fut l'un des experts dans le cadre du procès à la Cour Supérieure de Drummondville défendant l'imposition  de ce cours.


    " M. Bouchard – L’école ça nous paraît être le creuset pour apporter des solutions à ces problèmes sociologiques ou à ces problèmes de fond, pour changer les perceptions, pour changer les mentalités – et quand il s’agit d’école on ne parle même pas de changement, puisque les élèves qui arrivent à l’école sont tellement jeunes, ils sont encore nourris de perceptions, de stéréotypes comme le sont les adultes, on parle de formation, et non pas de changement de mentalités – et l’école nous apparaissait être le creuset, le rouage fondamental pour préparer les nouveaux citoyens qui vont vivre dans ce Québec nouveau qui n’est pas du tout celui dans lequel leurs parents, leurs grands-parents ont vécu. Et ça demande donc des changements extrêmement importants. Et l’école nous paraissait évidemment le rouage fondamental pour remplir cette fonction-là. "  (source et détails)

    Voir aussi: en lien avec le procès de Drummondville.


    Tag:  Cour Supérieure, éthique, culture, religieuse, ECR, Gérard Bouchard, ethics,  supreme court, ethics, religious, culture, Québec, Canada,
     
    Comments