Stéphanie Dettling

Stéphanie DETTLING,

Assistante Communication et événements, Partenariats Entreprises et Développement, 41 ans,
 salariée groupe ESSEC depuis avril 1991

Après plus de 4 années de dialyse (« rein artificiel »), de 19 à 23 ans à raison de 3 jours par semaine en centre durant 3h minimum à chaque fois, j'ai enfin pu bénéficier d'une greffe d'un rein. Une belle réussite pour une opération délicate ! En 1993, a donc eu lieu la fameuse opération tant attendue, mais si redoutée. J’avais refusé une première fois, un an auparavant, par peur et accepté immédiatement la seconde fois, preuve qu'il faut être très prêt psychologiquement.

Ces 4 années d'attente et de dialyse furent longues et assez pénibles sur la fin. On ne sait jamais quand va arriver le fameux coup de fil. Par contre, j'ai pu continuer à vivre assez normalement, partir en vacances presque comme tout le monde. Il fallait juste penser à réserver quelques mois à l'avance sa place dans un centre médical spécialisé pour continuer à recevoir les soins. J'ai également poursuivi mes études, eu mon bac à 19 ans, puis passé un BTS secrétariat commercial bilingue en 2 ans à plein-temps dans une école sur Paris (habitant le val d'Oise donc des trajets en train et métro quotidiens). Après l’intervention, un traitement assez lourd à vie est obligatoire pour éviter un éventuel rejet de l'organe greffé.

 

Je suis entrée à l'ESSEC en 1991, sans cacher ma situation médicale. J'en parle d'ailleurs toujours sans difficultés et suis prête à informer toute personne qui serait intéressée ou concernée par le sujet. Je reste particulièrement attentive à ne pas être trop « technique » et à ne pas me transformer en professionnel de santé.

 

La démarche de reconnaissance, en tant qu’adulte handicapé, est venue bien plus tard. En fait, j'avais toujours pensé que le fait d'en parler sans tabou et librement, surtout vis-à-vis des RH, lors de mon embauche, suffisait pour que je fasse partie des effectifs "handicap" de l'ESSEC. En fait il n'en est rien, la démarche auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) doit être individuelle. Un dossier, avec certificat médical confidentiel de son médecin, est à remplir. Cependant, la décision de la déclaration à la MDPH a été longue. On peut ensuite le déclarer ou non à l'employeur. L'idéal étant de le faire si jamais des aménagements spécifiques sont à envisager. Pour ma part, le port de charges lourdes est déconseillé et une carte de "station debout pénible", puis de « priorité pour personne handicapée » m'a été délivrée. Après 6 mois d’instruction de dossier, je viens de recevoir de la MDPH, la notification de reconnaissance adulte handicapé et je l’ai transmise au service RH de l'ESSEC.

 
MyESSEC Journal, février 2011
Comments