Accueil‎ > ‎

Recherches cliniques en OncoGériatrie

La recherche clinique, en matière d'oncogériatrie, permet de mieux adapter les différents moyens thérapeutiques à la personne âgée atteinte de cancer et d'assurer ainsi une prise en charge individualisée de qualité. Aujourd’hui, environ 1,5 % de la population âgée de 75 à 85 ans est incluse dans des essais cliniques en cancérologie. Le Plan cancer 2009-2013 prévoit un objectif de taux d’inclusion de 5% à l’horizon 2013.

L’UCOG et la recherche clinique :

1. stimule l’offre d’essais cliniques dédiés aux patients âgés et augmente leur recrutement dans
des essais, notamment sur les stratégies de traitement et l’usage de nouveaux médicaments.

2. contribue, en lien avec les structures de recherche de la région, au développement d’études,
notamment sur les mécanismes biologiques communs au vieillissement et à la cancérogénèse
et en sciences humaines et sociales.

3. favorise des recherches issues de l’analyse de cohortes.


L'étude Oncodage : vers un outil de dépistage gériatrique en oncologie

-          A la suite de l'émergence des unités pilotes de coordination en oncogériatrie, l'INCa a lancé un appel à projets en juillet 2007 afin de valider un outil de dépistage gériatrique en oncologie. L'étude Oncodage, coordonnée par le Pr Soubeyran, a été retenue. L'outil, composé de 8 items (G8), a été comparé en aveugle à l'EGA, considéré comme le gold standard de l’évaluation gériatrique, mais très consommateur de temps et de moyens. L’étude Oncodage visait à évaluer cet outil de dépistage gériatrique de réalisation facile (moins de 10 mn) afin de permettre aux oncologues d'identifier, parmi les patients âgés atteints de cancer, ceux qui devraient bénéficier d'une évaluation gériatrique approfondie (EGA).

-          Cette étude multicentrique (20 centres) conduite entre le 5/8/2008 et le 8/3/2010 a inclus 1668 patients avec un âge moyen de 78 ans

-          Les premiers résultats montrent que l’EGA est anormale chez 80% des patients et le G8 anormal chez 68% des patients. La sensibilité du G8 (fraction de patients présentant une ou des altérations et devant bénéficier au minimum d’une attention médicale renforcée) est de 76% et sa spécificité (fraction de patients ne présentant réellement aucune altération) de 64%. Les résultats définitifs de cette étude devraient être publiés prochainement.

-          L’action 23.4 du Plan cancer prévoit de finaliser l’étude Oncodage et de généraliser l’utilisation d’un outil de dépistage gériatrique dès 2011.

Etude IEGAC

 

Titre de l’étude :

 Impact de l’évaluation gériatrique standardisée sur la survie de patients âgés atteints de cancer avancé

 

OBJECTIF PRINCIPAL:

Mesurer l’impact de l’EGS sur la survie globale de patients atteints de cancers avancés (sein, colon) traités par chimiothérapie.

Objectifs secondaires:

-       Nombre d’hospitalisations

-       Type d’interventions mises en place

Methodologie:

Etude rétrospective multicentrique comparative

 

 

Critères d’inclusion :

1/ AGE > OU = 75 ans

2/ Cancer colorectal, cancer du sein, cancer de l’ovaire ;

3/stade métastatique

4/ Traitement par chimiothérapie en première ligne

 

Analyse des résultats : en cours, 108 patients inclus pour la période 2008- 2010

 

 

 

 

 

Etude OLD

 

Objectif principal : identifier des facteurs prédictifs de chimio faisabilité chez des patients âgés n’ayant jamais reçu de chimiothérapie antérieure et atteints d’une tumeur solide.

Les critères d’inclusion sont :

-       l’âge de 75 ans et plus

-       tumeur solide quelle que soit la localisation et le stade

-       une chimiothérapie exclusive ou associée à une thérapie ciblée

-       la dose de chimiothérapie prescrite doit être au moins 2/3 de la dose standard

 

La faisabilité de la chimiothérapie est définie par la réalisation du traitement pendant au moins 3 mois avec une dose d’intensité d’au moins 2/3 des doses standards.

Conclusion : la faisabilité de la chimiothérapie est de l’ordre de 60% dans une population âgée au-delà de 75ans. L’état de santé global des patients âgés dans les centres de traitement du cancer est en général bon même si 40% des patients présentent une vulnérabilité dans l’IADL. Les paramètres gériatriques évalués ne prédisent pas de la faisabilité de la chimiothérapie. L’albumine et la thymie confirment leur place prépondérante dans la décision thérapeutique.

Pour plus d’informations : JOG Volume 4-N° 3-4 MAI-AOUT 2013.