Accueil‎ > ‎Espace public‎ > ‎Prévention‎ > ‎

Travail et cancer


                            En France        |        En Picardie

Selon les sources, on estime qu'en France 2,3 à 5 millions de salariés seraient exposés à des agents cancérogènes. La part des cancers liés au travail est estimée entre 5 000 et 10 000 nouveaux cas par an.

Il peut s’écouler 20 à 40 ans entre le moment où le travailleur est exposé à une substance à risque et le moment où le cancer se déclare.

Les études ont permis d’identifier un certain nombre de facteurs professionnels susceptibles d’augmenter les risques de cancer, en particulier l’amiante, l’arsenic, le benzène, le chrome, le chlorure de vinyle, les amines aromatiques, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, le nickel, les poussières de bois ou de cuir, les rayonnements ionisants, etc.

Les principaux types de cancers pour lesquels un lien a été établi avec des substances de l’environnement professionnel sont le cancer du poumon (amiante et autres produits toxiques) ; le mésothéliome (dont la cause principale est l'amiante) ; le cancer des cavités nasales (poussières de bois, nickel, chrome) ; le cancer de la vessie (amines aromatiques et goudrons de houille) et des leucémies (benzène, rayonnements ionisants).

La prévention des cancers professionnels passe par la mise en place de mesures de réglementation appropriées :

- Interdiction de certaines substances cancérogènes avérées (comme l’amiante).

- Mise en œuvre du règlement européen REACH (enRegistrement, Evaluation, Autorisation, restriction des substances CHimiques), la réglementation française impose aux entreprises de substituer tout produit cancérogène par un produit moins dangereux. En cas d’impossibilité, l’entreprise est tenue de prendre toutes les dispositions pour réduire au maximum les expositions : système clos, meilleure aération, moyens de protection collective et individuelle.

(Source: INCa)




DOCUMENTS A TÉLÉCHARGER

New Cancers professionnels



Cancers professionnels et inégalités sociales