Généralités‎ > ‎

Les examens

1. La phlèbographie

Cet examen consiste à opacifier les veines profondes des membres inférieurs, avec un produit iodé, opaque aux rayons X, et à prendre des clichés radiographiques.
La phlébographie met en évidence un caillot sanguin qui caractérise la phlébite et précise la gravité de cette dernière, en fonction de la hauteur à laquelle la veine est bouchée et de la forme du caillot. 
Cet examen permet d'avoir la confirmation diagnostique avec une excellente sensibilité.
Le risque embolique est inférieur à 1%.
Ces inconvénients sont : le caractère invasif de l'examen, le risque d'allergie à l'iode et son coût.
La phlébo-cavographie est le même examen, mais on signifie par ce terme que l'exploration ne se limite pas aux veines des deux membres inférieurs, mais que l'on a aussi exploré la veine cave.


2. L’echo-doppler veineux

Il s'agit d'une méthode non invasive, ayant une sensibilité diagnostique de 92 à 95% et une spécificité de 97 à 100%.
Cet examen permet l'étude des veines, du thrombus et des flux sanguins.
L'axe veineux est observé en coupe transversale, puis longitudinale, et il est comprimé.
Ces manœuvres sont répétées tout au long du système veineux.
Les 2 signes principaux du diagnostic de TVP sont l'incompressibilité de la veine par la sonde et la mise en évidence du thrombus.
Cet examen est effectué de plus en plus fréquemment en première intention.


3. Le dosage des D-dimères

Les D-dimères sont des produits de dégradation de la fibrine qui traduisent une activation in vivo de la coagulation.
La détection des D-dimères se fait à l'aide d'anticorps selon une technique ELISA (immuno-enzymatique) 
ou un test au latex qui permet un diagnostic rapide.
La méthode Elisa présente une meilleure sensibilité que les tests au latex.
Les D-dimères sont augmentés en cas de maladie thrombo-embolique veineuse.
Ainsi un taux plasmatique inférieur à 500 µg/L permet d'exclure un évènement thrombo-embolique aigu avec une probabilité proche de 100%.
En revanche, il existe de nombreuses affections qui produisent de la fibrine : inflammation, cancer, âge, grossesse, traumatisme, période post-opératoire, ce qui fait que la spécificité des D-dimères n'est que de 40 %, (ce qui représente un taux de faux positifs de 60 %).
Ce test est donc loin d'être spécifique et la présence d'un taux élevé de D-dimères ne permet pas d'affirmer le diagnostic.