AVK au quotidien‎ > ‎

Ce qu'il ne faut pas faire

1. L’automédicamentation

Il est dangereux de prendre d'autres médicaments que ceux prescrits par votre médecin, car nombreux sont ceux qui modifient l'action des AVK.
Soit en augmentant leur effet avec un risque d'hémorragie.
Soit en diminuant leur effet avec un risque de thrombose.
La règle, très simple, consiste à ne jamais utiliser de médicament qui n'ait été prescrit par un médecin.
Il ne faut jamais prendre un médicament ou des plantes de sa propre initiative, même ceux obtenus sans ordonnance, comme les anti-fièvre ou les antidouleur.
Ne jamais prendre d'aspirine ou d'anti-inflammatoire, sont autorisés seulement les médicaments au paracétamol.



2. Si on oubli de prendre son traitement ?




Il ne faut jamais prendre deux prises d'antivitamine k dans la même journée.
La prise médicamenteuse "oubliée" peut être rattrapée dans un délai de 3 heures après l'heure habituelle d'administration.
Passé ce délai, il vaut mieux sauter la prise et reprendre normalement le traitement le lendemain.
Afin d'éviter tout oubli, il est recommandé d'utiliser un pilulier journalier.
En tout cas, il faut impérativement prévenir votre médecin en cas d'oubli.
Pensez à noter tout oubli dans votre carnet de suivi.






3. Oublier de signaler que l’on est sous AVK



Informez impérativement de votre traitement AVK tout professionnel de santé que vous consultez.
Donnez le nom et la dose de votre traitement aux médecin, chirurgien, dentiste, pharmacien, kinésithérapeute, infirmière, biologiste.
Toujours porter sur vous votre carnet et une carte signalant que vous prenez un avk .
Pensez à coller un autocollant sur votre voiture ou sur votre casque de moto.






4. Si l’on veut un enfant



L'utilisation des antivitamine k est déconseillé pendant la grossesse car ils peuvent avoir une influence néfaste sur le bon déroulement de celle-ci au premier trimestre.
Il est donc important de prévenir votre médecin si vous souhaitez avoir un enfant.






5. AVK et activité professionnelle



Le travailleur sous AVK peut dans certain cas être considéré comme travailleur handicapé
et donc être inscrit à la COTOREP.
Tout dépend de la dangerosité du poste de travail par rapport à son traitement.






6. Faut-il changer son alimentation quand on est sous AVK ?




Non, cependant, il faut savoir que certains aliments sont riches en vitamine k :
Les feuilles des légumes verts comme les laitues,brocolis, épinards, choux, (plus c'est vert, plus c'est riche en vitamine K), la chlorophylle : le shwing-gum.
Aussi les herbes aromatiques et certaines huiles comme le Colza.
Egalement les fromages fermentés, tous les fromages qui puent.
Ils peuvent donc diminuer l'effet de l'antivitamine k .
Cependant, en pratique, ces aliments ne vous sont pas interdits à condition de les répartir régulièrement dans l'alimentation et de les consommer sans excès.
Il faut savoir que le jeûne augmente l'effet de l'anticoagulant.
L'alcool aussi augmente l'effet de l'anticoagulant ( 2 verres par jour maximum).