+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Cheminements
Nicolas CUVILLIER , Liou DU, Hsin Chun HUANG, Yan LIU , Alisa POZDNYAKOVA, Paul RALU, Léo SUDRE, Wilfried DSAINBAYONNE
> jeudi 21 septembre 2017, > 18h00
Exposition visible du 22 septembre > 05 octobre 2017
du mardi au vendredi de 14h30 > 18h
Entrée libre

La Plate-Forme a le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition collective des lauréats 2017 du Diplôme National d'Expression Plastique de l'École Supérieure d'Art Nord - Pas-de-Calais, Dunkerque-Tourcoing.

LA PLATE-FORME
laboratoire d'art contemporain
67/69, rue Henri Terquem
59140 DUNKERQUE
www.laplateforme-dunkerque.com

photographie : Alisa Pozdnyakova, Classification des éléments (détail), installation, 2017

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le Crépuscule des Maîtres
Vernissage > lundi 18 septembre > 12h
Exposition 16 > 22 septembre 2017 
> Galerie 36 bis
École Supérieure d’Art Nord-Pas de Calais / Dunkerque - Tourcoing
36 bis rue des Ursulines Tourcoing

Dans le cadre des journées du patrimoine 2017

Le week-end > 10h00 à 17h30 (sans interruption)
Du lundi au vendredi (visites individuelles ou de groupes sur demande au 03 59 63 43 28)


Gravures des étudiants de l’École Supérieure d’Art Nord-Pas de Calais / Dunkerque - Tourcoing en dialogue avec une sélection d’œuvres du Musée du dessin et de l’estampe originale de Gravelines, ainsi que du MUba Eugène Leroy | Tourcoing.

Rembrandt, Francisco Goya, Eugène Leroy, Pierre Soulages, James Ensor, Rodolphe Bresdin, Anna-Eva Bergman, Richard Davies, Huabang Wei, Jürg Kreienbühl, Charles François Daubigny, Henri-Joseph Harpignies, Jacob Gole, Florence Gillet, Gabriel Perelle, Abraham Bosse, Charles-Marie Dulac, Gabrielle-Marie Niel, Philip Gilbert Hamerton, Alexandre Leleu, Théodore Gudin, Jan Van de Velde

Dans son roman Ferdydurque, publié en 1937, l’écrivain d’origine polonaise Witold Gombrowicz écrivait : « Quand nous nous perdons dans le clair-obscur d’un crépuscule, tout cela n’est-il pas de l’art ? »

C’est sur cette citation de Gombrowicz que s’appuie l’exposition « Le Crépuscule des maîtres » dont le titre est un clin d’œil à l’œuvre musicale de Wagner « Le Crépuscule des dieux. »

En effet, c’est en observant cette lumière qui annonce petit à petit l’approche de la nuit que de nombreux peintres et graveurs en ont recherché les effets particuliers afin de mieux aborder le thème de l’obscurité, comme une « leçon de ténèbres », métaphore d’un monde en déclin, ou d’une journée passée, qui laisse deviner sa fin prochaine.

Cette « course à l’abîme », pratiquée par de nombreux peintres et graveurs à travers les siècles, entraîne notre regard et nous invite à nous perdre dans des horizons éteints, annoncés par le retrait progressif de la lumière, tout en affectant notre lisibilité du monde.

Paradoxalement, le crépuscule devient une obscurité qui donne à voir quelques instants encore, et qui permet, par cette lueur, de nous éclairer de manière éphémère, en nous conviant aux portes de la nuit, pour mieux prendre conscience de notre existence furtive.

Cette exposition, véritable « hymne à la nuit », tente donc d’explorer l’envers d’une réalité visible, en rendant à l’image sa part d’obscurité, comme la métaphore d’une cécité volontaire. Elle interroge les rapports complexes du clair et de l’obscur en gravure, à travers le rapprochement d’œuvres de grands maîtres et de travaux d’étudiants de l’ESA.

Puisant dans les chefs-d’œuvre des collections du Musée du dessin et de l’estampe originale de Gravelines et du MUba de Tourcoing, les étudiants de l’ESA entrent ainsi en dialogue avec ces gravures, afin de restituer des propositions plastiques interrogeant leur rapport à l’obscurité, à l’étrangeté et aux mystères nocturnes.

Crédit photographique : Franck Laviaux

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Itinéraire Ponctué
> 16 et 17 septembre
> Divers lieux - Dunkerque

Dans le cadre des journées du patrimoine 2017

Pour cette 34ème édition des journées européennes du patrimoine, l'ESÄ et ses partenaires font rythmer, création, jeunesse et patrimoine en vous proposant une sélection de projets artistiques développés tout au long de l’année par les étudiants de l’école supérieure d’art de Dunkerque.

Au fil de vos visites et dans certaines structures, vous aurez la possibilité de découvrir la créativité de la jeunesse dunkerquoise en lien avec le territoire, son histoire, sa géographie et de poser un regard sur les réflexions multiples qui nourrissent l’actualité du monde de l’art.

Léa Ilas : Valise (Performance espace public de Dunkerque). Rémy Thellier : Echouage et échouement (photographie) au Learning Center. Photographie Panoramique au musée portuaire. Yan Liu : Drapeau (videau) au frac. Miguel Yarinsueca : Rêve (série de dessins) au LAAC. Ding Jie : Moulin (Vidéo) au musée portuaire. Maira Marques coutinho : L'inquiétante étrangeté (Photographies) au 4 écluses. Projet collectif des étudiants en 1ère année : Restitution de l'atelier volume "Projet Dynamo" à la maison de quartier la Timonerie.

Photographie : Rémy Thellier, échouage & échouement. Photographie et installation. visible à la Halle aux sucres.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Ultime Utopie - Dachuan Zhang

Église Saint-Louis — Tourcoing (quartier de l'épidème)
16
> 22 septembre 2017


Dans le cadre des journées du patrimoine 2017

Le travail plastique de Dachuan Zhang se caractérise au premier coup d’œil par son aspect protéiforme, à travers l’utilisation plus ou moins complexe d’objets quotidiens. Ainsi a-t-il, par exemple, fabriqué de manière artisanale un couteau comportant un manche de bois mexicain issu de forêts protégées. Il lui sert à accomplir une suite d’actions spontanées, dont la coupe d’une branche, qu’il finira par brûler et qui pourra servir d’instrument à dessiner.

Il détourne également des signes graphiques mondialement connus comme le smiley ou le signe taoïste du Yin et du Yang pour en faire des emblèmes de mort, tout en revisitant certains drapeaux, symboles du pouvoir politique, qu’il imprime en grand format.

Autre surprenant travail, Dachuan Zhang s’est approprié un simple paquet de farine qu’il fait tourner sur lui-même, en totale lévitation au-dessus d’un socle grâce à un champ magnétique, conférant à cet objet désuet, mais nécessaire à l’alimentation de base pour fabriquer le pain, un caractère « magique ».

De même, l’artiste a rempli d’eau trouble un aquarium contenant la maquette d’une ville qui semble polluée par des brumes nocives et dans laquelle gravite un bouddha mécontent qui nous tourne le dos.

En effet, le jeune artiste chinois met l’accent, de manière ironique, sur les conditions de vie des hommes, et leur évolution, des origines du monde à l’état de nos sociétés contemporaines, en s’interrogeant particulièrement sur leur devenir.

A travers ses œuvres, Dachuan Zhang met en exergue notre rapport au monde, et particulièrement nos modes de vie, dont les conséquences sont de plus en plus visibles (anthropocène).

L’artiste s’interroge à propos des choix de société qu’ont fait, depuis plus d’un siècle, les hommes, à travers le développement « capitaliste », qui s’est métamorphosé de nos jours en « néolibéralisme mondialisé », donnant lieu à des dérégulations monétaires non maîtrisées, la généralisation des pratiques d’exploitation de travailleurs corvéables et sous-payés dans les pays en voie de développement, afin de générer plus de profits, et surtout une crise mondiale sans précédent, source de conflits et de misère, démontrant la fragilité de ce système.

Il nous invite donc à une réflexion face à la consommation effrénée de biens, parfois inutiles, et face à l’exploitation sans limites des ressources naturelles, menaçant directement notre environnement ou ayant des effets à long terme sur le climat…

Dachuan Zhang pose cette question cruciale : et si « l’humanité », depuis la révolution industrielle jusqu’à l’avènement de la société de consommation, devenait une « espèce menacée » à l’instar de certains animaux sauvages, malgré l’ascension exponentielle des courbes de croissance démographique à l’échelle mondiale, qui semblerait prouver le contraire ?

Pourquoi les hommes ont-ils fait le choix de troquer le seul patrimoine qu’il leur reste, l’environnement dans lequel ils vivent ou survivent, contre la décision d’une exploitation totale des ressources naturelles, dictées par des visées consuméristes à court terme ?

L’ensemble des travaux présentés par Dachuan Zhang forme une sorte de « dernier musée anthropologique », marqué par le sceau de l’humour noir, où « le rire jaune » de ses smileys, symbolisant le bonheur artificiel (de la culture hippie des années 1970 au mouvement techno New Beat des années 1990), nous incite à prendre du recul face à notre propre destin, bien sombre.

La présence de cet artiste au sein de l’Eglise Saint-Louis, nous permettra certainement de confirmer l’idée que la notion de « patrimoine » va bien au-delà d’une sauvegarde des vieilles pierres, mais qu’elle concerne surtout l’humanité tout entière, dans un souci de préservation de notre planète en danger.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Des étudiants de l’ESÄ au Tourisme Imaginaire de Mazamet

Rémy Thellier et Alexandre Dmitriev, étudiants de quatrième année de l’Ecole Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais/Dunkerque-Tourcoing, ont participé durant cinq semaines au “Tourisme Imaginaire” (24 avril-28 mai 2017) en Région Occitanie

Le Tourisme Imaginaire est une structure basée à Mazamet (Tarn Sud), qui met en oeuvre un travail de fond mêlant patrimoine, art et tourisme. Elle redynamise des territoires à travers la mise en valeur de sites existants, la création artistique et le développement touristique. Vitrine publique du Tourisme Imaginaire, son circuit en est l'événement phare. Il propose, grâce à des visites guidées effectuées en bus, une relecture innovante à travers le prisme de l'art contemporain et du spectacle vivant d'un patrimoine en déclin. Le succès de l'événement vient de sa forme novatrice, attirant toutes générations et catégories socioprofessionnelles confondues, scolaires, publics empêchés, actifs, seniors et élus. L'association est active toute l'année, collaborant avec des entreprises, des collectivités territoriales, des structures pédagogiques et hospitalières, les media et institutions locales mais aussi des structures régionales et nationales.
Dans ce cadre, Alexandre et Rémy ont dirigé des ateliers ouverts aux enfants des écoles et des collèges de Saint-Pons-de-Thomières et d’Olargues. Le thème proposé était d’imaginer comme capitale utopique de la région Occitanie, la commune de Saint-Pons-de-Thomières. Les deux étudiants ont également pris contact avec de nombreuses associations locales et ont conçu le livret du Tourisme Imaginaire 2017, publication qui sera distribuée lors de l’événement en juillet prochain. Ils présenteront également une installation à l’Office du Tourisme de Mazamet.





+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

PROJECTION DE VIDÉOS DES ÉTUDIANTS DE L'ESÄ
Mardi 23 mai 2017 > 19h30

> Auditorium du Palais des Beaux-Arts de Lille

entrée libre

Heure Exquise ! accueille depuis plusieurs années les étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art Dunkerque-Tourcoing participant à l’atelier « Vidéo/installation » mené par Magali Claude.

Lors de la soirée, vous retrouverez les différents champs d’investigation approchés : exploration par la marche, l’écoute, l’observation visuelle, et plus largement sensorielle, d’espaces choisis (cycle 2) ; enquête sur l’actualité et restitution (cycle 1).

Ce programme sera complété par une plage de productions plus libres réalisées par des étudiants inscrits en années 2, 4 et 5.

AUDITORIUM DU PALAIS DES BEAUX-ARTS DE LILLE – 18 bis rue de Valmy - métro : République
Ouverture des portes : 19h - Début de la séance : 19h30
Pour des raisons de sécurité, il vous sera demandé de présenter votre sac à l’agent de surveillance. Les sacs volumineux (sacs à dos, valises...) ne sont pas acceptés dans la salle.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Oiseaux de passage
Vernissage vendredi 12 mai > 17h30
> Galerie de l'esä Dunkerque

Restitution de l'Esta 2017 avec les travaux des étudiants
Exposition visible du 12 au 18 mai 2017


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

SAISON VIDEO 2017

LAURA HUERTAS MILLAN
Projection du film Sol Negro, 2016, 43’
Production Evidencia Films et les Films du Corso

Vendredi 5 mai 2017 > 15h
> Frac Nord-Pas de Calais — 503 avenue Bancs de Flandres — 59140 Dunkerque

La projection sera suivie d’une rencontre avec l’artiste

« Avec Sol Negro (Soleil Noir), 2016, Laura Huertas Millan décide d’adopter une posture qui prend le contre-pied de celle des ethnographes qui ont pour point de départ le plus lointain et le plus exotique. Ainsi son dernier film s’attache au plus proche, au plus intime, au plus affectif, en inventant une fiction autour de sa tante et de sa mère, l’incluant elle-même dans l’image. Ce film est un récit de failles qui délibérément exclut toute victimisation et dont la poésie du titre ne masque pas les pulsions morbides. Si le prénom de la tante est changé, si l’histoire familiale n’est pas tout à fait celle jouée, si la pathologie n’est jamais clairement dite, c’est qu’avant tout Sol Negro est un film et non un film de famille. »

En collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art du Nord – Pas De Calais / Dunkerque-Tourcoing



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le pli / double dédoublé
25 avril > 02 mai 2017
Vernissage > mardi 25 avril > 18h
Galerie Commune de l’ESÄ
36 rue des Ursulines, Tourcoing


Avec les propositions de
Amandine Clerc, Honorine Pardon, Anne-Emilie Philippe, Léo Sudre, Li Xi.
Coordination : Anne-Emilie Philippe (ESÄ)


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Workshop école de Mont Cotton

27 mars > 3 avril 2017

L’école de Mont Cotton est une annexe de l'Åredalens Folkhögskola, école d'art située dans la région du Jämtland, en Suède. Basée à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard, elle accueille chaque année un groupe d’étudiants suédois venus se former à la langue française et s’initier à diverses pratiques artistiques.

Depuis six ans, sa directrice, Héléna Schmidt-Bourges, et son mari Alain Bourges, artiste vidéaste et enseignant à l'EESAB de Rennes, reçoivent des étudiants de l’École Supérieure d'Art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque-Tourcoing, dans le cadre d’une convention établie entre l'école de Mont Cotton et notre établissement. Cette dernière a été élaborée sous la tutelle de Richard Skryzak, artiste vidéaste et professeur à l´ESÄ.

Cette année, Tiphaine Touzalin, étudiante en formation CE2A - sixième année post-master formant à la pédagogie de l'art et délivrant un Certificat d´Enseignement en Ecole d´Art - et Lisa Sellier, étudiante en cinquième année sur le site de Tourcoing, ont organisé à l'intention de dix étudiants suédois un workshop d'une durée d’une semaine.

Cette expérience unique a été l’occasion, pour ces deux étudiantes, de choisir un projet pédagogique à développer sur place. Elle leur a offert également l’opportunité de se confronter à la question de la transmission des savoirs et des pratiques plastiques et à celle de la gestion d’un groupe.

Du 27 mars au 3 avril 2017, le workshop conduit par Tiphaine et Lisa a été basé sur la notion de répétition et de quotidien. Les étudiants de l´école de Mont Cotton ont été invités à travailler à l’extérieur en s’imprégnant du territoire qui les entoure. Ainsi, ils ont collecté, croqué, photographié et filmé en déambulant dans les ruelles de Bagnols-sur-Cèze.

Cette première étape de travail leur a permis de constituer un éventail de possibilités graphiques et techniques pour l’élaboration d´un projet.

En parallèle, des projections vidéos et des références artistiques liés au thème du workshop leur ont été proposées afin de nourrir le travail de création. Un suivi quotidien a permis la réalisation d´une mise en espace des travaux réalisés durant la semaine.

Le Tumblr qui restitue cette semaine de workshop:
https://esamontcotton2017.tumblr.com/



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

POLDER
> 7 avril 2017
Hall et salles volumes de l'esä / Dunkerque

Restitution du workshop mené avec l'artiste Gilles Picouet
accompagné par Albert Clermont et Jean-Claude Mouton

Avec les étudiants Oumaima CHARAF, Jie DING, Ying DING, Liou DU, Ying HAN, Kia KANG, Xia LIU, Rémy THELLIER, Qing XIA, Yan LIU, Xin HE, Maira MARQUES COUTHINO


Vue de la restitution

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

AR+IMAGE


AR+IMAGE est une formation de second cycle dédiée aux pratiques contemporaines de l’audiovisuel et des nouvelles technologies, articulant une classe préparatoire à l’entrée au Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains, et un parcours intégré au cursus de l’ESÄ.
Elle s'adresse aux étudiants engagés dans une démarche de création et de recherche liée au cinéma, à la vidéo, à l’installation, aux écritures digitales ou aux supports traditionnels (dessin, photographie argentique, etc.) en rapport avec les technologies innovantes.
Débouchant sur un Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique (DNSEP), elle vise à favoriser l’accès au concours du Fresnoy.

Inscription :
> Si vous êtes étudiant à l’ESÄ, vous devez adresser avant le 1er mai 2017 une lettre de motivation à M. Martial Chmiélina :martial.chmielina@esa-n.info
> Si tel n'est pas votre cas, vous devez lui faire part avant le 1er mai 2017 de votre souhait d'intégrer cette formation.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Les Voix de la montagne Dong

Une conférence de Yang Daixi
29 mars 2017 > 17h00
Salle de Culture générale - ESA Tourcoing


Diplômé de l'Ecole des Beaux-arts de Versailles et accueilli en résidence du 1er au 31 mars 2017 à l'ESA, Yang Daixi est peintre et enseigne au Département de Design de l’Université du Hunan.

L’objet de sa conférence consiste en une présentation de son travail et de sa relation avec l'ethnie Dong qui est une ethnie minoritaire du sud de la Chine située dans une région frontalière du Guizhou, du Hunan, du Guangxi et du Hubei. La culture des membres de cette ethnie est très marquée par le chant. Le territoire des Dong a la réputation d’être “la Terre des Poèmes et la Mer des Chansons”. 

Partenariat: Université du Hunan

Dong Shan, © Yang Daixi

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Samedi 25 mars
14h00 > 21h00

[or nothing] Performance collective
dans le cadre de Public Pool #3 — Les objets ont la parole

> Frac Nord-Pas de Calais — Dunkerque

avec Linshuang CAO, Liou DU, Alexandre DMITRIEV, Hsin Chun HUANG, Kai KANG, Yan LIU, Alisa POZDNYAKOVA

Cette participation à Public Pool fait suite à l’intervention du collectif [or nothing] au sein de l’ESA, dans le cadre de l’atelier L’espace vide proposé aux étudiants de second cycle.

Accueilli en janvier 2017 le temps d’un court workshop, le collectif [or nothing] nous convie à une réflexion collective sur les relations au lieu comme élément moteur d’un projet d’exposition. Cet échange s’appuie sur la visite d’un lieu choisi par leurs soins : ils nous conduisent à la chapelle St-André-des-Marins située sur le site du Seamen’s Club de Loon-Plage. Construite par assemblage de containers, cette chapelle implantée à mi-chemin entre la mer et la ville jouxte le Seamen’s Club, un lieu d’accueil destiné aux marins.

Le projet proposé pour Public Pool s’inspire de cette visite. Il combine plusieurs regards dans un ensemble de gestes questionnant l’objet.

Fondé en 2010 à Bruxelles, le collectif [or nothing] est aujourd'hui commissarié par Louise Bernatowiez, Michela Sacchetto et Richard Neyroud. [or nothing] c'est une invitation adressée à un(e) artiste à concevoir un projet spécifique dans un lieu.

L’organisation [or nothing] vise à la production d’expositions de jeunes artistes et leur diffusion. [or nothing] a jusqu’à présent investi divers types de lieux en France et en Belgique.

http://ornothing.org
http://www.fracnpdc.fr/?p=8695

Enseignants : Laetitia Legros, Cyril Crignon



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Art et Territoire(s)
MIGRATION / MURMURATION


Valorisation des productions de l’Atelier de Recherche Création : Art et Territoire(s) mené par Nathalie Poisson-Cogez et Benoît Ménéboo avec un groupe d’étudiants de second cycle de DNSEP en option Art : Smaili ABDERRAOUF, Margot BRICOUT, Gaëlle BRIDOUX, Wilfried DSAINBAYONNE, Ekouman KABLAN, Paul RALU

21 mars 2017
Les Anarchives de la Migration # 1
Soirée exposition au Port des Créateurs - Place des Savonnières, 83000 TOULON
Restitution de l’œuvre collaborative réalisée dans le cadre d’un workshop animé du 27 février au 3 mars par l’artiste Claire Dehove (WOS/agence des hypothèses)

23 > 25 mars 2017
Partager l’espace.
Art & anthropologies numériques

Espace Mendes-France - 1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS
Vernissage > 23 mars > 18h30

Comment penser l’autre et le monde ? Comment ouvrir et partager nos espaces ? L’atelier de recherche et création « Art et anthropologies » de l’EESI de Poitiers conduit par l’artiste-anthropologue Sylvie Marchand questionne l’engagement artistique dans l’histoire contemporaine. Il propose aux étudiants de s’ouvrir à d’autres paradigmes, à d’autres visions du monde, pour poser in fine la question de l’accueil et de l’hospitalité comme productrice de culture.

Dans le cadre d’une convention de coopération culturelle de co-production et de recherche signée avec l’Ecole Supérieure Européenne de l’Image (EESI Angoulême-Poitiers) et l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Toulon Provence Méditerranée (ESADTPM), ce programme intitulé MIGRATION/MURMURATION interroge les questions liées aux frontières terrestres, maritimes et spatiales en lien aux paysages de la mondialisation ; les flux migratoires que les situations géopolitiques actuelles engendrent ; le rapport à l’altérité que ces mouvements de population génèrent dans différents territoires. Mis en situation sur différents terrains d’expérimentation, les étudiants sont invités à questionner leurs propres modes opératoires ; à mettre en œuvre des protocoles ; à envisager la réalisation d’objets matériels ou immatériels qui permettent la mise en partage de ces expériences humaines.




+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Exposition Cells Fiction
23 mars au 7 avril 2017

Galerie Commune, Esä
Vernissage > jeudi 23 mars > 18h
Ouvert du lundi au vendredi - 12h > 17h

Avec : Nathalie Stefanov, Silvain Vanot et Stéphane Cabée, professeurs d'enseignement artistique (Esä), Laura Mené (Espace Croisé), Corentin Spriet (laboratoire TisBio, Université Lille 1), Adèle Vanot, responsable de la photothèque du CNRS, Ewen Chardronnet, artiste et écrivain

Et les étudiants de Master : Zoé Brunet Jailly, Benjamin Caron, Delphine Corvisier, Lucie Dupont, Charles Gallay, Heng Liang, Mathieu Locquet, Jonathan Paquet, Lina Qi et Thibault Schiell.


L'exposition Cells Fiction, qui interroge l'univers du microcosme, présente des travaux menés dans le cadre du programme de recherche Images, Sciences et Technologies conduit par l'Esä en association avec le Centre d'art Espace Croisé et le laboratoire TisBio (CNRS, Université Lille 1). Pour réaliser leurs projets, dix étudiants ont travaillé au sein du laboratoire de microscopie photonique Tisbio, à l'interface entre la biologie, l'informatique et la physique. Si certains ont étudié les minéraux ou les propriétés de la lumière, beaucoup ont travaillé à partir des cellules, humaines ou végétales, ces plus petites unités du vivant. Quelles informations contiennent-elles ? Leur reproduction, leur division et leur disparition qui s'opèrent à notre insu peuvent-elles de manière symbolique nous apprendre des choses sur nous-mêmes ? Peut-on les faire « parler » différemment : ont-elles un son, une odeur ? Les séances au sein du laboratoire se sont multipliées depuis sept mois, conduisant les uns et les autres à affiner leur projet, à le nourrir de lectures scientifiques, à répéter les expériences et les phases d'observation. La production, dans sa mise en œuvre, a également bénéficié de l'apport d’Adèle Vanot, responsable de la photothèque du CNRS. Enfin, le parcours s'est enrichi de la présence d’Ewen Chardronnet, artiste dont les activités concernent aussi bien l'art que la science, et dont l’expertise aura permis aux étudiants d’approfondir leur réflexion sur leurs productions issues du laboratoire.

Photographie : Heng Liang

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Nocturne étudiante
Palais des Beaux-Arts de Lille

> mercredi 22 mars 2017
Exposition 22 mars > 24 avril


Photographies et vidéos de : Camille Colucci / Stéphane Dubois / Emma Duplaa / Aliénort Frizac / Amine Haddadi / Solène Junet / Léane Keters / Eva Mohier / Emma Prin / Lisa Richart / Marie Rosier / Hsin-Yun Tsai


Les étudiants ayant participé au Palais des Beaux-Arts de Lille à la Masterclass animée par Jean-Marie Dautel, attaché de conservation des fonds photographiques et de l'iconothèque du musée, et par Benoît Ménéboo, Leïla Pereira et Richard Skryzak, avec la participation de Nathalie Poisson-Cogez, tous enseignants à l’ESA, sont heureux de vous inviter à la Nocturne étudiante qui aura lieu le 22 mars 2017.

Au cours de la soirée, les étudiants assureront la médiation autour de leurs images. Ils réaliseront également quelques performances et assisteront Jean-Marie Dautel dans la mise en place d'un studio photo.

Exposition des photos : salle Wicar, Palais des Beaux-arts
Exposition des vidéos : en divers endroits du Musée

Les photographies et les vidéos seront exposées au cours de la soirée et jusqu’au 24 avril 2017


image : Voilage volatile, Léane Keters

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Que faire
intervention de Jean-Luc Poivret
le vendredi 17 mars 2017 > 10h00


École Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque - Tourcoing
Site de Dunkerque


Jean-Luc Poivret : une voie
Jean-Luc Poivret est un acteur et un témoin privilégié d’une époque complexe, de ruptures et de mutations.
Le contexte qu’il a traversé fut marqué par la fin des avant-gardes, et par la mise en place de diverses stratégies ayant pu laisser une impression d’éclectisme. Tandis que l’art réorganisait son rapport à l’argent et à la vie, l’artiste se voyait mis au défi de trouver sa voie.
Peintre « pneumatique » féru d’aviation et éditeur de formation, Jean-Luc Poivret revient en l’École où il a longtemps enseigné, pour évoquer son parcours jalonné de rencontres déterminantes.
Cet exposé lui est l’occasion de soulever une question d’importance : « que faire », quand on est artiste, après le monopole des grands maîtres ?
Cyril Crignon


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Nasbinals

Durant tout le mois de mars 2017, les étudiants de la classe CE2A (Certificat d’Enseignement en Ecole d’Art) de l'Ecole Supérieure d’Art du Nord-Pas-de-Calais / Dunkerque-Tourcoing (ESÄ) créent ex nihilo une école supérieure temporaire d'art (ESTA) dans le village de Nasbinals, au coeur de la Lozère, sur un territoire dépourvu de structure d'enseignement supérieur de l'art.

Cette expérience pédagogique, d’une durée de trois semaines, confronte les étudiants-encadrants de la classe CE2A (sixième année post-master de formation à la pédagogie de l'art) et les étudiants de deuxième années à la création d'une école supérieure d'art, dans toutes les dimensions qu'une telle création suppose. Elle leur offre également l'occasion d'une rencontre avec les habitants d'un territoire habituellement sans contact avec un tel contexte d'enseignement.

Dans le cadre de cette école temporaire établie dans un local mis à disposition par la Mairie de Nasbinals, les étudiants de la classe CE2A proposent un programme pédagogique de pratique artistique à trois publics différents :
- un groupe de neuf étudiants inscrits en année 2 à l’ESÄ,
- les habitants du village,
- quatre groupes d’enfants des deux écoles de Nasbinals.

Le thème à partir duquel les étudiants de CE2A doivent construire leur programme est celui de l’animal. Ce thème sera abordé sous différents angles et à l’aide de différentes techniques, en fonction des publics et des choix pédagogiques des étudiants responsables de l'école. La photographie, la vidéo et le dessin seront privilégiés. D’autre part, l’école communale de Nasbinals étant une « école numérique rurale », elle dispose à ce titre d’un matériel informatique à l’usage de ses élèves.



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Les Hors Champs Spectaculaires
éxo- / 2016-2017

11 > 23 mars 2017

Vernissage vendredi 10 mars 2017 > 18h30

La Plate-Forme, laboratoire d’art contemporain
67 / 69 Rue Henri Terquem, 59140 Dunkerque

à partir de la collection du Frac Nord-Pas de Calais et des étudiants de l’atelier éxo- de l’école Supérieure d’Art du Nord Pas-de-Calais / Site de Dunkerque


Nicolas Tubéry, artiste-commissaire invité.
avec

Oumaima Charaf, Nicolas Cuvillier, Jie Ding, Ying Han, Maira Marques Coutinho, Alisa Pozdnyakova, Qing Xia, Yue Zhang, étudiants de l’atelier éxo-
et

les oeuvres de la collection du Frac Nord Pas-de-Calais, Achille Castiglioni, Josef Koudelka, Frédéric Lefever, O. Winston Link, Trevor Paglen, David Renggli, Javier Téllez


L’édition 2017 du projet Les Hors champs spectaculaires, animé par l’artiste plasticien et commissaire invité Nicolas Tubéry, formera l’axe de travail et de recherche des étudiants de l’atelier éxo- de l’École Supérieure d’Art de Dunkerque.
Les étudiants inscrits dans cet atelier seront invités à établir un dialogue entre leurs propres pratiques et une sélection d’oeuvres du Frac.
Le hors champs est par définition ce qui se trouve hors cadre, au delà des limites de l’image. Il ne se voit pas. Impalpable, il n’apparaît que lorsqu’il est suggéré.
Dans ses films, ses images ou ses installations, Nicolas Tubéry a souvent recours au hors champs afin d’évoquer les événements qui l’intéressent. Au coeur d’une démarche marquée par un désir documentaire, cette approche qui consiste à graviter autour des choses lui permet d’envisager de nouveaux points de vue et de questionner alors la place du spectateur et son rapport aux images du réel.
En les amenant à réagir aux oeuvres de la collection, l’artiste incitera les étudiants à développer une réflexion autour de ce thème et leur proposera d’aborder l’événement de leur choix de façon détournée, de manière subjective et suggestive. Les Hors champs spectaculaires influenceront d’une certaine façon un imaginaire hors cadre.

En partenariat avec le Frac Nord-Pas de Calais et La Plate-Forme, Dunkerque

Pour aller plus loin :
nicolastubery.com
esa-n.info
exo-esa.tumblr.com


Image : Nicolas Tubéry, Cul de Camion, 2014



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Paroles d’eau
Lectures poétiques - Performances
jeudi 9 mars 2017
 > 18h30
Site de Dunkerque
5 bis rue de l’Esplanade - 59140 Dunkerque


Organisé dans le cadre du Printemps des poètes 2017 par l’École Supérieure d’Art en collaboration avec le Conservatoire de musique et d’art dramatique de Dunkerque et la compagnie de danse MM, cet événement transdisciplinaire propose de faire écho, par une diversité de projets artistiques, à la pluralité culturelle de l’Afrique.

Comme son titre l’indique, Paroles d’eau veut conjuguer la notion d’oralité propre à la transmission du savoir et des histoires véhiculées à travers le continent africain avec celles de fluidité et de nécessité vitale propres à l’eau, ressource dont on sait qu’elle porte en elle des valeurs à la fois sacrées et symboliques.

Au programme : danse avec la Compagnie MM, musique avec l’Instrumentarium et performances/lectures par les artistes Olivier Derousseau, interprétant deux poèmes de Mahmoud Darwich, et Philippe Robert qui nous évoquera le récit Des goûts dans la bouche asséchée.

Photo : Constance Copin

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Concours d'entrée
>
2017

L’Ecole Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque-Tourcoing et l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes organisent un concours d’entrée commun aux deux écoles le mardi 4 avril 2017.

 
>
Ce concours aura lieu au Grand Sud - situé 50 rue de l'Europe à Lille (voir plan ci-dessous).

Il est ouvert aux candidats titulaires du baccalauréat (ou de tout autre diplôme équivalent français ou étranger) ainsi qu’aux aux élèves de terminale sous réserve de l’obtention du baccalauréat.

Les épreuves du concours consistent en une épreuve écrite de culture générale, une épreuve écrite d’anglais, une épreuve de pratique plastique (sujet transmis à l’étudiant avant la date du concours) et un entretien, s’appuyant sur un commentaire de l’épreuve plastique et la présentation de travaux personnels, devant un jury d’enseignants.

L’inscription au concours peut se faire du 20 janvier au 20 mars sur le site www.admission-postbac.fr ou directement sur le site de l’école.

Plus d’infos sur www.esa-n.info

Une seconde session est prévue le mardi 5 septembre 2017 à l’ESÄ, site de Dunkerque.
Inscription avant le 18 août 2017 sur www.esa-n.info

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

L’Ecole Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais / Dunkerque-Tourcoing se réjouit d’accueillir dans ses locaux l’accrochage des travaux réalisés par les lycéens de Terminale du baccalauréat international 2017 de l’école Jeannine Manuel de Lille Métropole.

Vernissage
>
vendredi 10 mars 2017
16h
 > 19h
Galerie 36 bis - 36 bis, rue des Ursulines - 59200 Tourcoing

Les travaux présentés ont été conçus sous la conduite de Mme Christine Berchadsky, professeure, et de Marion Caplier, étudiante en Master 1 à l’ESA, dans le cadre de l’option Arts Plastiques proposée par l’école Jeannine Manuel.

Désireuse de faire connaître les possibilités de formation offertes par l’ESA, l’équipe pédagogique invite également les lycéens qui le souhaitent à participer aux journées d’immersion organisées tout au long du mois de mars.

Renseignements auprès de M. Martial Chmiélina, Directeur pédagogique
Tel. : +33 (0)3 59 63 43 20
Mail : martial.chmielina@esa-n.info


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Révélation by Art Up !
" À la découverte de jeunes talents "
01 
>
 05 mars


L’ESA s'est particulièrement distinguée cette année et félicite chaleureusement les six lauréats : Rémi Couvreur, Wilfrid Dsainbayonne, Pauline Renard, Théo Romain, Lisa Sellier et Léo Sudre !
Leurs travaux seront présentés dans le cadre d'Artup ! dans un stand spécifique dédié à Révélations.
Signalons également que Richard Skryzak, artiste vidéaste et enseignant à l’ESA, est invité par les organisateurs à présenter sur un des murs cloisons de la foire une installation vidéo intitulée Coups de foudre.

http://lille.art-up.com/
http://lille.art-up.com/revelation-by-art-up-4/

http://lille.art-up.com/richard-skryzak/


Image : Léo Sudre et Wilfried Dsainbayonne - Coulé, 2016 - Béton +/- 100 kg, 150 x 100 cm.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Orlando furioso - Tourcoing
Partenariat ESA / Atelier lyrique de Tourcoing
27 février
> 13 mars 2017 sur les panneaux Decaux de la ville
26 mars
> 6 avril au théâtre Raymond Devos et à la médiathèque Malraux

Une exposition d’affiches de l’Atelier Texte en scène proposée par Gilles Froger et Stéphane Cabée

Noémie Bonnel, Stéphane Dubois, Philippine Lavandier-Pagenel, Axel Massa, Laura Mercier, Alice Noblesse, Marie Rosier, Camille Zawada


Opéra héroïco-magique en trois actes créé à Venise en 1727 par Vivaldi, Orlando furioso (Roland furieux) s’inspire d’un célèbre poème de l’Arioste (1516) relatant, entre autres fameux épisodes, l’histoire de la folie du paladin Orlando découvrant sur le tronc d’un arbre le prénom d’Angelica, dont il est follement épris, entrelacé à celui de son amant Medoro. Désespéré, le héros devient une sorte de chevalier errant, massacrant tous ceux qui lui tombent sous la main, déracinant comme brins d’herbe des arbres centenaires et traînant derrière lui à travers toute l’Europe et l’Afrique le cadavre de son cheval. Il faudra qu’un autre héros nommé Astolfo aille jusque sur la lune pour récupérer dans une précieuse fiole la raison égarée de Roland qui redeviendra alors le guerrier surpuissant capable de triompher de tous ses ennemis. C’est sous forme d’affiches que les étudiants de l’ESA ont traduit ce récit plein de bruit et de fureur transposé par le librettiste Grazio Braccioli sur l’île de la magicienne Alcina et somptueusement mis en musique par Antonio Vivaldi. Ces affiches, si elles respectent le format et l’emplacement des panneaux publicitaires, n’en sont pas pour autant une opération de communication mais bel et bien un libre travail de création.

Nous vous invitons également à découvrir l’opéra, sous la baguette de Jean-Claude Malgoire et dans une mise en scène de Christian Schiaretti, le vendredi 31 mars (19h30), le dimanche 2 avril (15h30) et le mardi 4 avril (19h30) au Théâtre Raymond Devos de Tourcoing.

Légende : Marie Rosier, février 2017

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Portes ouvertes 2017
esa npdc Dunkerque-Tourcoing

Tourcoing: 20 et 21 janvier 2017
Dunkerque: 3 et 4 février 2017

Horaires: 
Vendredi  9h30 17h30; 
Samedi 10h > 17h

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
PĒRIESÄ2017

exposition des étudiants en cours amateurs de l’esä

le vendredi 27 janvier 2017 > 18h30

maison folie hospice d’Havré


27 janvier > 5 mars 2017


13h30 > 18h00, fermé les mardis et jours fériés

Maison Folie hospice d’Havré - 100 rue de Tournai (entrée par la rue d’Havré) - 59200 Tourcoing





+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Stream of Stories

20 janvier > 9 février 2017

Vernissage le mardi 24 janvier > 18h/19h45


Ouvert du mardi au jeudi, de 12h à 14h et de 16h30 à 18h (et sur rendez-vous)

L'exposition est également ouverte pendant les journées des portes ouvertes des 20 et 21 janvier.


Interrogeant des influences rarement évoquées entre Orient et Occident, Stream of Stories ou les sources orientales des Fables de La Fontaine explore les origines d’un classique de la littérature française. L’exposition présente des travaux d’étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art du NPDC Dunkerque/Tourcoing et du Département Arts de l’Université Lille Sciences Humaines et Sociales, conçus en réaction à la lecture des différents récits perses et arabes ayant abouti à la fable des « Animaux malades de la peste ».

Louise Ajuste, Amanda Ariawan, Océane Azeau, Camille Bertreux, Noémie Bonnel, Claire Bretesché, Odile Briatte, Marie Brissy, Maurane Bury, Mathilde Chieux, Pedro Cobra, Barbara Decrock, Noémie Deruelle, Manon Dupuis, Lucile Fremondière, Laurick Garrido, Sahar Hesmati, Cécile Hubert, Soosan Khandan, Coline Lasbats, Ysé Le Bellec, Marie-Hélène Machelard, Larisayumi Miyashiro, Myriem Nouhaud, Juliette Pernin, Alice Revol, Alizée Ségard, Candice Soenen, Justine Wibaut

Commissariat : Katia Kameli (Département Arts, Lille Sciences Humaines et Sociales) et Gilles Froger(ESA)



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La Galerie Commune

Inaugurée en décembre 1999, la Galerie Commune est un important espace d’exposition partagé par l’Ecole Supérieure d’Art Nord-Pas-de-Calais Dunkerque/Tourcoing et le Département Arts de l’Université de Lille Sciences Humaines et Sociales. Elle comprend un vaste rez-de-chaussée et une mezzanine pour une surface totale de 250 m². Lors de l’Assemblée générale annuelle, les enseignants de l’ESA et du département Arts qui y participent fixent la programmation artistique de la Galerie Commune qui propose de nombreuses expositions chaque année. Ces expositions, d’œuvres d’artistes émergents ou confirmés mais aussi de travaux d’étudiants encadrés par des artistes invités ou des enseignants des deux établissements, fournissent aux étudiants autant d’occasion de se confronter aux divers aspects de cette activité – création, scénographie, communication, diffusion, médiation, édition de plaquettes ou de catalogues. La Galerie Commune veut en effet être à la fois un lieu de diffusion de la création plastique contemporaine et un outil pédagogique pour les enseignants et les étudiants du Pôle Arts Plastiques.




Programmation janvier/juin 2017

19 janvier > 9 février

Stream of Stories

(Département Arts Lille Sciences Humaines et Sociales / ESA / CEAC / Institut du Monde Arabe) 

Vernissage le mardi 24 janvier, à 18h

Interrogeant des influences rarement évoquées entre Orient et Occident, Stream of Stories ou les sources orientales des Fables de La Fontaine explore les origines d’un classique de la littérature française. L’exposition présente des travaux d’étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art et du Département Arts de l’Université Lille Sciences Humaines et Sociales, conçus en réaction à la lecture des différents récits perses et arabes ayant abouti à la fable des « Animaux malades de la peste ».

Commissariat : Katia Kameli (Département Arts Lille Sciences Humaines et Sociales) / Gilles Froger (ESA)

 

13 février 10 mars

100% APV

(Département Arts Lille Sciences Humaines et Sociales)

Vernissage le 2 mars

Présentation : À travers l'exposition "100% APV", le pôle Arts Plastiques de l'université Lille 3 entend valoriser la démarche de ses étudiants de Master engagés dans une pratique artistique autonome. Conçue comme une exposition collective de jeunes artistes, "100% APV" est l'occasion de confronter les étudiants aux exigences d'un environnement semi professionnel.

Commissariat : Anne Creissels (Département Arts Lille Sciences Humaines et Sociales)

 

13 > 19 mars

Projet en cours de définition.

Commissariat : Maïté Vissault (Lille Sciences Humaines et Sociales)

 

16 mars >7 avril

Images, sciences et technologies

(ESA /  Espace Croisé / Département Arts Lille Sciences Humaines et Sociales)

Vernissage le 23 mars 

Présentation : A la croisée entre l'art et la science, le programme de recherche « Images, Sciences et Technologies » élaboré par l'ESA en association avec l'Espace Croisé, Centre d'art contemporain et le Département Arts de l’Université Lille Sciences Humaines et Sociales présentera une double exposition (Galerie Commune puis Espace Croisé) accompagnée d'un catalogue. En collaboration avec l'artiste Ewen Chardronnet, les étudiants mettront en œuvre leur recherche sur les formes du vivant à partir de rencontres avec les laboratoires de biologie et biotechnologie de l'Université Lille 1. Avec la participation d'Adèle Vanot, responsable de la photothèque du CNRS.

Commissariat : Nathalie Stefanov (ESA) / Silvain Vanot (ESA) / Nathalie Delbard (Département Arts Lille Sciences Humaines et Sociales) / Stéphane Cabée (ESA) / Laura Mené (Espace Croisé)

 

25 avril > 4 mai 

Le pli. Double / dédoublé

Vernissage le 25, 26 ou 27 avril

Présentation : L’exposition présentera des réalisations issues d’un projet portant sur une recherche autour de l’idée du pli, à partir de l’espace d’une feuille de papier pliée et de la rencontre provoquée par ce pliage. Il s’agit du troisième projet de création et d’échange international entre universités et centres de formation en art de l’estampe et édition. Il a été conçu à l'initiative de : Anne Heyvaert, Ana Soler, María Prada.Group de recherche dx5, Facultad de Bellas Artes, Universidad de Vigo, Espagne.

Commissariat : Anne-Emilie Philippe (ESA)


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Pool Ball
Karaoké narratif - 2017

Vernissage jeudi 19 janvier 2017 17h30
Galerie de la Piscine, ULCO Dunkerque

À l’invitation de l’association Pylônes, constituée par des étudiants de l’ULCO à Dunkerque, l’atelier Cinéma et Langage de l’ESÄ, site de Dunkerque, présente un Karaoké narratif, c’est-à-dire un dispositif permettant en temps réel le doublage synchronisé d’un ensemble de six séquences tournées à Dunkerque par les étudiants de l’ESÄ, sur un scénario original dont ils sont également les auteurs, avec la participation d’élèves acteurs du département art dramatique du conservatoire de Dunkerque. 


L’Atelier Cinéma et Langage (LIU Xia, CHEN Wen, DING Jie, Alexandre DMITRIEV, Marina LECAILLEZ, étudiants de 4e année, GU Xiyao, étudiante de 5e année, sous la direction de Christophe ATABEKIAN, assisté par HE Xin, étudiante en post-diplôme CE2A) s’intéresse d’abord et avant tout à la production de formes. Celles ci empruntent indifféremment à l’ensemble des matériaux et techniques disponibles et sont inspirées d’une part par la fréquentation, l’étude et l’analyse d’objets filmiques, d’objets de langage, d’autre part par les données immédiates de l’expérience humaine qui est la notre au sein de cet atelier, envisagé comme une libre circulation de signes, un terrain d’étude, un laboratoire, un plateau permanent, un carnet de notes.

« Les signifiants sont toujours ambigus; le nombre des signifiés excède toujours le nombre des signifiants: sans cela, il n’y aurait ni littérature, ni art, ni histoire, ni rien de ce qui fait que le monde bouge. Ce qui fait la force d’un signifiant ce n’est pas sa clarté, c’est qu’il soit perçu comme signifiant - je dirais: quel qu’en soit le sens: ce ne sont pas les choses, c’est la place des choses qui compte. (…) Dans cet éveil du sens que provoque la plongée, ce qui est important, c’est l’éveil, ce n’est pas le sens».

Roland Barthes, extrait d'un entretien avec Michel Delahaye pour Les Cahiers du Cinéma


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Salon en ligne des études en France
Campus France
8 et 9 décembre 2016 > 9h - 18h

 


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
L'Espace vide
Un workshop de Claude Jamain
14, 15 et 16 décembre 2016 > 9h - 17h30
Avant Scène du Bateau Feu

Calligraphies urbaines
Conférence de Claude Jamain
14 décembre 2016 > 14h - 16h


Claude Jamain fut Professeur d’esthétique à l’Université de Lille 3, spécialiste de littérature comparée et des arts de la scène. C’est aussi artiste mime, fin connaisseur et acteur de pantomime et du théâtre de marionnettes ; il est, enfin, membre d’une compagnie de théâtre Butoh. Parmi ses nombreux ouvrages publiés, citons Idée de la voix: études sur le lyrisme occidental, et La Douceur de vivre: d'une esthétique de la grâce au XVIIIè siècle, tous deux parus aux Presses Universitaires de Rennes.

ATELIER: L'ESPACE VIDE

Que contient une boîte vide ? se demandait le sage.

Un espace délimité peut-il contenir de la non-existence - installer une limite n’est-ce pas déjà remplir ?

Il semble que la pensée chinoise, dans les temps très anciens, ait pensé le monde par résonance : A n’existe que par B et même peut devenir B. Et probablement depuis le 18e siècle, cette pensée a influencé les artistes occidentaux, peintres, sculpteurs, écrivains, qui ont senti que la forme n’était que la transformation du vide (ce qui est avant le geste, avant la figure).

Cet atelier se veut une approche et surtout une expérimentation pratique de la notion de vide : jeux scéniques, évolution du corps dans l’espace, constructions sonores, jeux graphiques, etc.

Il est construit en cinq séquences :

1. Autour du vide : le noir, le silence, le trou, l’éphémère, le feu
2. Sons
3. Lieux (construire l’espace du vide)
4. Ecritures du vide : idéogrammes, haïku etc.
5. Corps en jeu : travail du masque, travail corporel (butô, marionnettes)

Chaque séquence (entre 2 et 5 heures) comprend :

- une exploration documentaire (autour des artistes pour lesquels la question du vide est au cœur de la création, John Cage, Yves Klein, Alberto Giacometti, Henri Michaux, Peter Brook, Roland Barthes, François Cheng, etc.)
- un travail (concret) d’apprentissage
- un travail d’improvisation et d’expérimentation personnelle.

CONFÉRENCE: CALLIGRAPHIE URBAINE 

Le vide de l’espace urbain (façades aveugles, palissades, etc.) est devenu un lieu d’expression graphique. D’abord art sauvage, il est aujourd’hui art officiel (exposition T.A.G. du Grand Palais à Paris en 2013), et consiste principalement en « tableaux sur béton », qui ont d’abord été des trompe-l’œil puis des murs peints, pratique artistique souvent étudiée. On s’intéressera ici au mot écrit dans l‘espace public (graffiti urbain) qui est une démarche un peu différente : peut-on en faire un art de la calligraphie, supposant une démarche spécifique faisant intervenir le corps, comme dans la calligraphie chinoise, et supposant un rapport au monde particulier.
    
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
La Dimension Olfactive
Restitution performative de Julie C. Fortier
Département Arts Plastiques de l'UNiversité Lille 3 / ESÄ / CEAC 
1er décembre 20161 > 16h - 18h

Galerie 36bis
ESÄ, site de Tourcoing



Dans le cadre du programme de recherche Les cinq sens dirigé par Valérie Boudier (Département Arts, Lille 3) et Gilles Froger (ESÄ) et portant cette année sur "la dimension olfactive", l'artiste d’origine québécoise Julie C. Fortier invite les élèves de Master de l'ESÄ et du Département Arts à participer à un workshop d'une durée de quatre jours dont la restitution aura lieu dans la Galerie commune le 1er décembre 2016 de 16h à 18h.

Les étudiants auront la possibilité de travailler à partir des odeurs de différentes manières : soit directement avec des matériaux odoriférants tels que des aliments ou encore des produits d'entretien, en utilisant des procédés de diffusion spécifiques (cuisson, ventilation, etc.) ; soit en créant des parfums à base d'huiles essentielles ou de molécules de synthèse, grâce à divers produits et matériels apportés par l'artiste.

Ce workshop sera l'occasion de se questionner sur l'absence/présence et le pouvoir d'évocation des odeurs. Le réel défi sera de trouver la manière la plus juste d'exposer et de mettre en espace les divers rendus plastiques (dessins, installations, performances, etc.).



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Le théâtre des choses
Théâtre des opérations - Denis Pondruel
Exposition-restitution de Workshop
17 > 29 novembre 2016

Vernissage le 17 novembre > 18h
Galerie Commune du site de Tourcoing


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Lignes de fret
Annaba - Dunkerque / Raouf Ziani et Fabien Marques
Fructôse 

26 octobre > 26 novembre 2016



Fructôse invite l’artiste algérien Raouf Ziani, dans le cadre d’une résidence à Dunkerque, pour explorer et porter un regard sur la ville portuaire. Lignes de fret interroge le présent de la ville portuaire, son imaginaire mais aussi son devenir. Annaba, ville algérienne située au bord de la mer Méditerranée et Dunkerque, grande ville portuaire aux multiples échanges, seront les deux villes mises en exergue lors de ce projet artistique qui souhaite développer et améliorer les échanges artistiques entre Nord et Sud et favoriser l’accompagnement des artistes en émergence dans une pratique professionnelle. Tout au long de sa résidence, Raouf Ziani, diplômé de la classe déconcentrée de l’ESÄ Tourcoing-Dunkerque d’Annaba, sera accompagné par un artiste soutenu par Fructôse, le photographe Fabien Marques. C’est dans un dialogue constant et créatif que ces deux artistes collaboreront ensemble et proposeront leur regard sur les territoires portuaires.

Jeudi 17 novembre 19h
Soirée de présentation de Raouf Ziani et de Fabien Marques
En salle 5 du cinéma Studio 43, rue des Fusiliers Marins, Dunkerque
Entrée libre

Parmi les différents rendez-vous proposés lors des 4 semaines de résidence (26 oct.-26 nov. 2016), Raouf Ziani et Fabien Marques proposeront une projection de leur travaux, issus de leur rencontre et de leurs recherches: vidéo, photographie et rencontres seront au programme de cette soirée, inscrite dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, en partenariat avec la Ville de Dunkerque et Dunkerque Grand Littoral. 

Vendredi 25 novembre > 19h
Exposition des travaux de la résidence et rencontre
À l’Institut du monde arabe de Tourcoing
Entrée libre

En partenariat avec l’ESÄ et l’Institut du monde arabe, dans le cadre de leur programme d’ouverture à Tourcoing.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Entretien avec Richard Leydier
Réalisé par Albert Clermont
En partenariat avec le FRAC Nord-Pas de Calais


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Entretien avec Jean-François Pirson
Réalisé par Albert Clermont





Cet entretien de Jean-François Pirson a été très largement improvisé suite à la question suivante: "comment définis-tu ton statut d'Artiste-pédagogue ?". Ensuite, nous nous sommes laissés porter par les éléments.
Jean-François Pirson a été invité à Dunkerque dans le cadre du programme interstice proposé par Richard Peireira-de-Moura du Learning Center, Nathalie Poisson-Cogez de l'ESÄ et par Christelle Mally de La Plate-Forme Laboratoire d'art contemporain.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Catherine Millet
Dis-moi voir
Entretien réalisé par Albert Clermont dans le cadre du commissariat de l'exposition "Dis-moi voir" exercé par Catherine Millet au FRAC Nord-Pas-de-Calais.

Rencontre avec Catherine Millet et Richard Leydier, commissaires d'exposition

13 octobre 2016 > 18h30


Retrouvez cet entretien sur la WebTV de l'ESÄ.




+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Pré-rentrée 2016-2017
Discours du Président, M. Ivan Renar
Prononcé le 12 septembre à Tourcoing


Chers amis, chers collègues, confrères, partenaires de l’ESÄ, chers étudiants,

Une rentrée universitaire est toujours un moment émouvant parce qu’il nous associe à l’arrivée dans un cycle d’études supérieures et dans l’âge adulte d’une nouvelle génération de jeunes gens. Il nous place au seuil d’une histoire à venir, devant une infinité de mondes possibles.

Ce moment un peu solennel passé, au cours des mois qui vont suivre, vont commencer à se nouer, entre vous, des liens durables, fraternels et professionnels, à s’articuler et à se fortifier des goûts, des choix, des convictions et des principes, à se communiquer des gestes, des savoirs et savoirs-faire, des méthodes et des disciplines.

Mais une école supérieure d’art est également une institution particulière en ceci qu’elle place spécifiquement, au cœur de son projet pédagogique, les questions de la liberté, du courage et de la responsabilité.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Livrets disponibles au téléchargement
Téléchargez le "Guide des études" et le livret "Étudier à l'ESÄ"

https://sites.google.com/a/esa-n.info/esa-website-fr/guides_des_etudes_esanpdc_14092016.pdf?attredirects=0&d=1                




+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
De l'école d'art à la politique

Entretien avec Marc Dumoulin
Chargé des relations portuaires au sein de la direction Stratégie, International & Portuaire de la Communauté Urbaine de Dunkerque, Président de La Plate-Forme, Laboratoire d'art contemporain.


Troisième volet de notre série d'entretiens consacrés à d'anciens élèves des écoles supérieures d'art de Dunkerque et Tourcoing, qui ont fusionné en 2011 pour former l'ESÄ. Marc Dumoulin est actuellement employé par la communauté urbaine de Dunkerque et président de La Plate-Forme, Laboratoire d'art contemporain, lieu de production et de diffusion, partenaire de l'école.


Peux tu nous parler de ton parcours à l’école d’art de Dunkerque ? Quels sont les souvenirs remarquables qui s’attachent, pour toi, à cette période de formation ?

Je sortais de l’institut Saint-Luc de Tournai. J’avais obtenu un équivalent bac (ce qu’on appelle « les Humanités » en Belgique), spécialité « arts plastiques » et je suis entré à l’ERBA en 92. J’ai grandi à Boulogne s/mer et j’avais présenté ce concours parce que la ville de Dunkerque m’attirait. Déjà parce que c’était un port et que j’ai besoin de la mer. J’ai étudié pendant trois ans à l’ERBA et obtenu mon DNAP en 95.

Si on parle de cette période, ce qui me vient à l’esprit c’est la notion de liberté. Pourtant, quand on arrive en première année, on nous passe des commandes assez précises. Alors, c’est pour moi la découverte des différents supports, des médiums. J’ai découvert la vidéo avec Bertrand Gadenne et Richard Skryzak. Des choses qui m’étaient assez éloignées: l’imprimerie avec Philippe Robert. Et puis, avec plus de sérieux et d’assiduité, la photographie avec Albert Clermont. À Saint Luc, bien que la créativité soit très présente, il y avait un côté académique très prégnant. Intéressant et formateur, mais un peu en décalage avec l’actualité de l’art à l’époque.

J’expérimente des difficultés aussi à faire la part des choses, à prendre la bonne distance entre mon expression plastique et un engagement politique, un militantisme qui pré-existait à cette pratique. Est-ce que mon sujet c’était de créer quelque chose pour m’exprimer ou bien créer au service d’un engagement politique ? Je sentais bien que ce n’était pas l’objet mais que c’était incontournable. Par exemple, j’avais fait mon auto-portrait (on était encore sous Mitterrand). Il y avait tous les présidents de la Ve et le dernier c’était moi. C’est un gag, bien sûr, mais c’est symptomatique. Comme je n’étais pas au clair avec ça et qu’on est plus ou moins sous influence quand on est étudiants, ce n’était pas évident de faire des choix. Il y a des enseignants sensibles, subtils, comme Albert, avec qui les choses ne sont pas forcément dites et s’inscrivent dans le temps. Il y en a qui sont plus bruts de décoffrage. On était par exemple beaucoup sous l’influence de Jean-Sylvain Bieth, avec mon ami Samuel Buckman. On faisait des pièces qui répondaient à ses attentes et n’étaient pas forcément en phase avec nous-mêmes.

A l’arrivée, j’ai obtenu mon DNAP mais je n’ai pas eu un cursus flamboyant. Un peu bancal. Mon engagement n’était pas assez mûr et pas assez profond dans cette voie. On n’est pas là par hasard. Des idées de pièces, il y en a toujours eu et j’en ai toujours mais il manquait quelque chose pour que ça aille plus loin.



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Artpress 2, n° 41

Jurisprudences de l’art – Auteur, œuvre et droit en question
Mai/juin/juillet 2016

Co-dirigé par Nathalie Delbard (Lille 3) et Dork Zabunian (Paris 8), ce numéro spécial d’Artpress intéresse l'ESÄ, non seulement par son contenu qui interroge les relations actuelles et problématiques entre droit d’auteur et liberté d’expression, mais également parce qu’il est de diverses façons lié à l’histoire de l'école.



Plusieurs textes  portant sur les rapports entre l’art contemporain ou la photographie et le droit sont signés de Nathalie Delbard, qui a été pendant plusieurs années chargée de cours à l’ESÄ. D’autre part, Gilles Froger analyse le récent procès qui a fait suite aux inscriptions injurieuses taguées sur les œuvres d’Anish Kapoor à Versailles. Enfin, un article, que l’on doit à l’avocat Edouard Treppoz, revient sur un spectacle ironiquement intitulé Un faible degré d’originalité d’Antoine Defoort, diplômé en 2003 à Tourcoing du DNSEP, sa présentation tenant à l'époque autant de la performance que d’un show de music hall.

Des exemplaires de ce numéro d’Artpress2 sont disponibles dans les bibliothèques des sites de Tourcoing et de Dunkerque.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++