2006 - Les 11èmes Rencontres Franco-Roumaines en Méditerranée

Octobre 2006. A moins de trois mois de l’entrée de la Roumanie dans la Communauté européenne, nous avons choisi d’illustrer cet événement, en invitant des artistes, des écrivains qui exprimeront à leur manière la Roumanie d’aujourd’hui. Primés à Cannes et dans d’autres festivals, les films roumains de jeunes réalisateurs seront à l’honneur lors de cette onzième édition des « Franco-Roumaines ». Une jeune littérature traduit la société roumaine actuelle, pleine de bouleversements, e contradictions. Elle connaît un renouvellement par les thèmes de société qu’elle aborde, par ses formes d‘expression.

Le public pourra découvrir une jeune plasticienne, une créatrice de patchworks, une jeune auteur du théâtre d’avant-garde, représentatives sur un plan artistique de la Roumanie d’aujourd’hui. Par ailleurs, le public de la salle Ravel du Conservatoire Municipal de Musique de Sète saura apprécier le talent musical et la voix – et quelle voix ! – de notre jeune invitée roumaine de cette année. 

C’est bien grâce à différents partenariats renouvelés au gré des thèmes développés tout au long des années, que les Rencontres Franco-Roumaines en Mditerranée ont pu perdurer. L’engagement des seuls membres de l’association Dacia-Méditerranée n’y aurait sûrement pas suffi. 

Ces partenaires, nous ne pouvons les citer tous. Mais pour 2006, c’est dans un esprit convivial que nous allons à nouveau collaborer avec le Conservatoire de musique, mais aussi avec le cinéma Comoedia, le Lieu Noir, la Médiathèque François-Mitterrand, le Relais 40 Set’ et avec des comédiens du Théâtre des 13 Vents qui ont, pour 2007, un projet artistique en Roumanie. L’association « Larzac, village d’Europe » implantée au Caylar s’associera également à notre manifestation. Que tous soient remerciés.
Nos remerciements vont aussi au Centre national du Livre, au Conseil Général de l’Hérault et à la Mairie de Sète qui nous apportent un soutien financier et logistique depuis la première édition. Sans cette aide précieuse, rien ne pourrait se faire. 

Enfin, nous sommes très sensibles à l’estime qui nous est accordée chaque année par des représentants officiels de la Roumanie et par des personnalités parmi les plus importantes du monde artistique et intellectuel de ce beau pays ami de la France. Il convient de rester modeste, mais cela nous encourage à faire de nouvelles rencontres et à poursuivre nos pérégrinations. 

L’équipe Dacia-Méditerranée