Présentation du COREVIH de la Martinique
 
 
  

        Créés en 1988 par une lettre ministérielle, les Centres d’Information et de Soins de l’Immunodéficience Humaine (CISIH) ont permis pendant presque 20 ans d’organiser et d’évaluer la prise en charge des patients infectés par le VIH sur l’ensemble du territoire français.

Les modifications des caractéristiques de l’épidémie de VIH/Sida au cours du temps, ont conduit le ministère chargé de la Santé à mettre en place de nouvelles structures de lutte contre l’infection par le VIH : les COREVIH.

 
  
         Le décret n°2005-1421 du 15 novembre 2005 indiquait « qu’un comité de coordination de la lutte contre l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (COREVIH) est créé dans chaque zone géographique, infrarégionale, régionale ou interrégionale, définie par un arrêté du ministre chargé de la santé. »
 
  
Ce comité a des missions beaucoup plus larges que celles des CISIH :

-          coordination des professionnels du soin, de l’expertise clinique et thérapeutique, du dépistage, de la prévention et de l’éducation pour la santé, de la recherche clinique et épidémiologique, de la formation, de l’action sociale et médico-sociale, ainsi que des associations de malades ou d’usagers du système de santé ;

-          participation à l’amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge des patients, à l’évaluation de cette prise en charge et à l’harmonisation des pratiques ;

-          analyse des données médico-épidémiologiques collectées sur l’ensemble de la zone de référence du COREVIH.
  
 

        La grande nouveauté de cette structure est la participation statutaire de l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le VIH/Sida, en particulier les associations de patients et d’usagers. En effet, dans la limite de trente membres titulaires, le COREVIH est constitué de :

-          représentants des établissements de santé, sociaux ou médico-sociaux ;

-          représentants des professionnels de santé et de l’action sociale ;

-          représentants des malades et des usagers du système de santé ;

-          personnalités qualifiées en raison de leurs compétence, qualification, expérience particulière en matière de lutte contre l’infection due au virus de l'immunodéficience humaine ou en matière de santé des populations.

  
 
        L’arrêté du 4 octobre 2006 a fixé l’implantation de 28 comités de coordination de lutte contre l’infection due au virus de l’immunodéficience humaine, dont un en Guadeloupe, un en Guyane et un en Martinique avec pour siège d’implantation de ce dernier, le Centre Hospitalier Universitaire de Fort-de-France.

Le 8 juin 2007, le Préfet de la Région Martinique nommait par arrêté les 25 membres du COREVIH de la Martinique.

Le comité a été officiellement installé le 11 septembre 2007 par le Directeur de la Santé et du Développement Social de la Martinique. Comme le prévoit la circulaire DHOS/DGS/561 du 19 décembre 2005, un bureau de neuf membres avec un président et un vice-président, a été élu au cours de la réunion d’installation.

La première tâche du bureau a été de rédiger le plan d’action du COREVIH pour l’année 2008. Ce plan s’est appuyé largement sur le Programme Régional de Santé Publique 2004-2009 (http://www.martinique.sante.gouv.fr/sante/indexsante.htm) et prend en compte l’ensemble des missions des COREVIH.
 
        Le Corevih de la Martinique a été renouvellé le 04 Novembre 2011 par arrêté préfectoral n°11-03811 modifiant l'arrêté préfectoral n°2007-0701753 du 08 Juin 2007. Le nouveau Corevih se compose de 24 membres titulaires et 48 membres suppléants.
 
 
  

        Située au centre de l’arc antillais, la Martinique est une ile de 1128 km2. Sa population est métissée, issue de la colonisation et du déplacement de populations venues d’Afrique pendant la période de l’esclavage, puis d’Inde et d’Asie après cette période. En 2010, elle était estimée à 404 000 habitants.

Les indicateurs économiques montrent que la Martinique, comme les deux autres départements français d’Amérique (Guadeloupe et Guyane), est plus pauvre et plus touchée par le chômage que la France métropolitaine.

Les départements français d’Amérique (DFA) font partie des territoires français les plus atteints par l’épidémie de VIH/Sida (voir déclarations obligatoires VIH et Sida, Institut de Veille Sanitaire, www.invs.sante.fr).

 

        La Martinique est un des départements français les plus touchés par l’épidémie de VIH/Sida. Grâce à l’implication des personnes en charge de la lutte contre le VIH/Sida, le niveau de prise en charge est comparable à celui de la France hexagonale. Cependant le jugement moral, le rejet et la discrimination continuent à peser quotidiennement sur la vie des personnes infectées par le VIH, tandis que les tabous, le non-dit autour de la sexualité, ou encore certaines conduites addictives vont à l’encontre des pratiques de prévention et de la responsabilisation individuelle au cours des relations sexuelles. Tous ces comportements conduisent au maintien d’un niveau élevé de contamination et à un dépistage et une prise en charge souvent tardifs. Une structure de coordination multidisciplinaire telle que le COREVIH nous apparaît comme un outil capable d’aider à contrôler l’épidémie de VIH/Sida à la Martinique.

 

 

En 2010, à la Martinique, environ 900 personnes infectées par le VIH ont été suivies dans des établissements de soins : 848 au CHU de Fort-de-France et les autres au CH du Lamentin.

  
 
Hôpitaux & Principales Structures impliquées dans la prévention, le dépistage et la prise en charge pluridisciplinaire 
des personnes infectées par le VIH/ Sida en Martinique