L’œillet des chartreux

publié le 27 nov. 2016 à 08:24 par Yves Guettet
Nom latin : Dianthus carthusianorum subsp. carthususianorum
Il existe deux  sous-espèces la première, celle que je décris dans cet article, est présente dans la plus grande partie de la France sur pelouses calcaires sèches principalement. La sous-espèce atrorubens, qui avait le nom d'espèce auparavant de Dianthus vaginatus, devenu invalide, se rencontre dans les Alpes du sud dans les mêmes milieux (cf Flora Gallica pour plus de détails). 

Famille : Caryophyllacées

A cette période de l'année où la végétation entre en dormance, que les pelouses sèches du Revermont, n'arborent  plus que les tiges sèches et roussies des graminées, quelques rares fleurs d'un rouge pourpré détonnent sur la parure automnale. L’œillet des chartreux colorent pour peu de temps encore, les rares endroits bien exposés au soleil ayant résisté aux premières gelées.

En ce mois de novembre, scabieuses et centaurées font aussi front commun contre la venue de l'hiver.

Port : 
Plante dressée à tiges ordinairement de 20 cm de hauteur mais pouvant atteindre 50 cm, glabres et provenant d'une souche ligneuse. Les feuilles sont  fines et étroites, pointues à l'extrémité. Les feuilles caulinaires (de la tige) présentent une gaine d'environ 4 fois plus longues que larges (critère de détermination). Les fleurs d'un rouge pourpré sont réunies en fascicules denses pouvant présenter plusieurs fleurs épanouies en même temps. Les inflorescences sont entourées de bractées ressemblant à des écailles (bractées dites scarieuses). Le calice floral porte des écailles qui atteignent la moitié du tube du calice (critère d'identification pour les œillets) de teinte pourpre foncé.Les pétales de forme obovale sont dentées et présentent des poils à la gorge. La floraison s'observe de manière générale de juin à octobre.

Origine du nom :  
Dianthus signifie fleur divine en latin. Le nom d'espèce vient des moines chartreux qui le cultivaient dans leur jardin (cf Utilisations).

Utilisations : 
Les moines chartreux l'utilisaient pour en faire du savon. La plante contient en effet des saponines.
Pour l'usage médicinal, aucun de mes ouvrages en ma possession n'en parle. J'ai trouvé par une recherche sur Internet un seul site citant un usage en dermatologie ou pour calmer des douleurs, rhumatismales en particulier. Peut-on s'y fier ?
En ce qui concerne la cueillette, se renseigner au préalable car dans certains départements cet œillet est protégé du fait de sa rareté. Flora Gallica signale qu'il est en régression en France en plaine.
 
Comments