Le pin sylvestre

publié le 8 févr. 2016 à 04:00 par Yves Guettet   [ mis à jour : 15 mars 2016 à 03:11 ]
Nom scientifique : Pinus sylvestris
Famille : des Pinacées

Cet arbre existe naturellement dans nos forêts jurassiennes à l'étage collinéen jusqu'au subalpin, de 400 mètres jusqu'à 2200 mètres environ (dans les Alpes). Il est présent dans les massifs montagneux des Vosges aux Alpes, en passant par le Massif central et les Pyrénées. Planté pour son bois utilisé en parqueterie et en menuiserie, il se naturalise aisément. Cet arbre, assez commun, pose la différenciation avec d'autres pins qui lui ressemblent. Il peut ainsi entrer en concurrence avec le pin noir d'Autriche dans notre département ou le pin de Saltzmann (qui en est une sous-espèce) sur le pourtour méditerranéen.
Le pin sylvestre a été fréquemment planté dans les parcs pour sa morphologie.

Port :
Très polymorphe. Le pin sylvestre a une silhouette conique, des branches étalées, un faite aplati. Le bas de son tronc est fait 
d'écailles grisâtres, plus haut elle prennent une couleur rougeâtre et se détachent. Cet aspect est caractéristique du pin sylvestre qui permet de le reconnaître aisément. Les aiguilles par 2, de 5 à 7 cm de long sont d'un vert glauque, vrillées sur elles-mêmes, recourbées et à l'extrémité piquante. les cônes, de petite taille atteignant 8 cm, sont plutôt minces. Les cônes renferment des graines disposant d'ailes trois fois plus longues que les graines elles-mêmes. L'arbre peut atteindre jusqu'à 40 mètres de hauteur.

Culinaire : S'il est habituel de consommer des graines du pin pignon, celles du pin sylvestre peuvent aussi être consommées.

Médicale : La résine ou les bourgeons sont employés dans les Hautes-Alpes pour lutter contre "les coups de froid" mais aussi pour la toux ou adoucir la gorge. Le pin est mis à profit pour ses qualités antiseptiques, bactéricides et pectorales.
Comments