LA SPIRANTHE D'AUTOMNE

publié le 3 oct. 2015 à 03:24 par Yves Guettet
Nom scientifique :
Spiranthes spiralis
 
Famille : Orchidacées
Cette orchidée appartient au genre Spiranthe qui regroupe 4 espèces en Europe dont 2 en France (Belgique, Luxembourg). une espèce Spiranthes romanzoffiana (espèce principalement américaine) peut être observée dans de rares stations d'Angleterre, d'Ecosse ou d'Irlande). Ce genre est principalement nord-américain comprenant de 30 à 300 espèces (en moyenne plutôt 80) selon les auteurs. Ce chiffre très variable du nombre d'espèces de spiranthe s'explique par le manque d'études scientifiques sur la systématiques de cette orchidée.
 
Origine du nom : Dans la littérature l'appellation spiranthe d'automne (Spiranthes automnalis) n'est pas rare, même si selon les codes de la nomenclature internationale en vigueur, il n'est pas valide. Mais ce nom a le mérite de distinguer cette espèce de l'autre qui fleurit en été : la spiranthe d'été. Assez proche de notre espèce, elle s'en distingue principalemement par son biotope : marécages ou tourbières jusqu'à une altitude de 1400 mètres et aussi sa morphologie (feuilles lancéolées à la base de la hampe florale, fleurs peu parfumées, plus grande taille). Elle fleurit de juin à août (plutôt juillet en général dans l'Ain).
L'éthymologie du nom provient du grec speira signifiant enroulement et anthos : fleur. Cette éthymologie fait référence directement à la forme spiralée de l'inflorescence.
 
 
Port :
Petite orchidée de 10 à 15 centimètres de hauteur, habituellement, pouvant atteindre 30 à 40 centimètres de haut. De par sa petite taille et sa couleur blanc verdâtre, elle n'est pas aisément visible dans l'herbe d'une pelouse.
Les feuilles, basales, étalées, de 2 à 5, sont desséchées à la floraison. Elles se développent pendant la floraison, obtiennent leur taille maximale après celle-ci : 2 à 4 centimètres de long au plus.La rosette de fleurs est visible, difficilement, une grande partie de l'année. La hampe florale, pubescente, est déportée par rapport aux feuilles.
L'inflorescence est faite d'une hélice de fleurs, d'une taille moyenne de 5 millimètres, d'un blanc verdâtre, pubescentes et très parfumées. L'intérieur de la corolle est verdâtre. Les bractées dépassent l'ovaire.
 
Cette orchidée se rencontre, dans nos collines jusqu'à une altitude de 1000 mètres environ sur les pelouses sèches, calcaires, dans des milieux ouverts ou peuplés d'arbustes bas de notre département. Généralement dispersée dans le mileu, elle peut présenter 2 jusqu'à 5 hampes florales sur le même pied.
Rare ou localement abondante, le nombre de fleurs peut varier considérablement selon les années. Si des facteurs climatiques peuvent être mis en avant ; les pelouses autefois pâturées qui ne le sont plus par déprise agricole, voient leur population baisser au fil des ans jusqu'à leur complète disparition.
 
On peut la confondre avec la Goodyera repens qui présente une hampe de petites fleurs blanches, couvertes de poils glanduleux disposées unilatéralement. Le biotope est aussi différent car la Goodyère se rencontre dans les bois de conifères (plus rarement de feuillus), sur des substrats humides : mousses ou couches de feuilles décomposées jusqu'à 2000 mètres d'altitude.
 
Cette plante est protégée en France.
Comments