La salicaire commune

publié le 27 août 2016 à 07:58 par Yves Guettet   [ mis à jour : 27 août 2016 à 08:04 ]
Nom scientifique :
Lythrum salicaria

Famille : Lythracées

Après l'anthyllide des Alpes, belle fleur rouge des pelouses sèches, voilà une autre  plante à floraison rouge. Ce qui les diffère, le milieu où elles poussent ; la salicaire préférant les milieux humides : fossés, prairies, mégaphorbiaies... On peut la voir presque partout en France, de la plaine jusqu'à 1200 mètres d'altitude environ, de juin à septembre.

Port
Dressé pour cette plante qui peut atteindre jusqu'à 2 mètres de hauteur. Portées par une tige quadrangulaire velue, les feuilles (velues également)  dépourvues de pétiole dont la forme évoque celles d'un saule, sont disposées par trois en verticilles dans la partie inférieure. Dans la partie supérieure de la tige, elles ne sont plus que par deux, opposées. La plante est souvent rameuse dans sa partie supérieure, formant comme de petits candélabres colorés. L'inflorescence, en position sommitale, est un épi dense formé de rangées de fleurs, à l'aisselle des bractées. Les pétales d'un rouge sombre ont une forme allongée, un peu pliée. On peut voir un verticille de 12 étamines dont 6 courtes et 6 autres qui les dépassent en longueur. On peut distinguer 3 sortes de fleurs selon la disposition des étamines, leur longueur et celle des stigmates. Ce dispositif rendrait impossible toute auto-fécondation. La plante ne dégage aucune odeur.

Origine du nom
Salicaire est dérivé du latin salix signifiant saule, car les feuilles rappellent celles du saule. Le nom scientifique lythrum est issu du grec lythrôn : sang mêlé de poussière, faisant référence à la couleur rouge sombre de l'inflorescence.

Utilisations
Un seul ouvrage de ma bibliothèque concernant les plantes médicinales (et j'en ai une bonne dizaine)  fait référence à des usages pharmacologiques de la plante. Parmi les actions reconnues, elle est astringente et hémostatique aussi bien fraîche que sèche. Elle est réputée efficace contre les coliques du nourrisson, ce qui lui a valu l'un de ses noms d'herbe aux coliques. On peut préparer un thé avec ses feuilles.

Croyance
En Allemagne, la salicaire passait pour le refuge des lutins, gardiens des mines d'or.

Bibliographie
Collectif, Secrets et vertus des plantes médicinales, Sélection du Reader's Digest éd., 1981, 463 p.
J'ai tiré de cet ouvrage les utilisations ainsi que la croyance. On peut trouver cet ouvrage, sur Internet, en livres d'occasion ou dans une nouvelle édition datée de 2011 dans une présentation totalement renouvelée avec une nouvelle iconographie, sans lui enlever ses qualités. 

Comments