La dryade à 8 pétales

publié le 20 août 2018 à 06:46 par Asso Floreain
Nom scientifique :  Dryas octopetala subsp. alpina
Remarque : il existe une deuxième sous-espèce sibirica

Famille : Rosacées

Ce sous-arbrisseau est un hôte des pelouses rocailleuses (sub-) alpines jusqu'à la zone nivale des montagnes. Discrète par sa taille, cette plante (dite artico-alpine) tapisse les rochers qu'elle recouvre. Son développement se fait dans le plan horizontal.Sa faible hauteur lui permet d'être aisément recouverte de neige l'hiver et d'être ainsi à l'abri des assauts du gel. A la période de floraison, c'est un véritable coussin de petites fleurs blanches, dépassant à peine d'un semis de feuilles.

Port
Prostré pour cette plante, persistante, qui utilise les rochers comme support. Sa pousse est extrêmement lente, quelques millimètres par an, c'est un bonsaï d'altitude. Les feuilles coriaces, persistantes, sont crénelées. Vertes au recto elles sont blanchâtres au verso et faiblement pétiolées. Les fleurs blanches, solitaires, sont portées par un long pédoncule velu et ne dépassent guère 10 cm de hauteur. Elles portent habituellement 8 pétales mais ce n'est pas une règle absolue, cela peut être plus ou moins. On observe de nombreuses étamines jaunes. Le fruit est un ensemble de graines terminées par une plume leur permettant d'être dispersée par le vent.

Origine du nom
Dryas vient du grec drus signifiant chêne car la feuille de la plante ressemble à celle d'un chêne. Ce qui est à l'origine d'un autre de ses noms communs la chênette

Floraison
De mai à juillet

Usages
    Thérapeutique
Depuis le XVIème siècle, l'infusion de feuilles de la dryade est réputée avoir des vertus toniques et digestive. Cet usage lui a valu le nom de thé des Alpes ou thé suisse. La dryade ne semble plus être très utilisée car ma bibliothèque assez riche en livres traitant de l'usage des plantes alpines ne la mentionne pas. Pour avoir consommé du thé des Alpes, il s'agissait d'une tisane comportant plusieurs plantes dont la dryade. On m'a expliqué qu'ayant peu de goût on l'utilisait en mélange.

Lieux
Jura, Alpes, Pyrénées. Très rare en Auvergne. Se trouve sur prairies rocailleuses basiphiles de 1200 à 2800 mètres d'altitude.
Ain
Haute Chaîne du Jura : Reculet et Crêt de la Neige.

Comments