Blog‎ > ‎

La Grande Traversée du Mont Pourri : 23-07-19

publié le 26 juil. 2019 à 05:35 par Manu Barbier
C'est une des belles courses de la Vanoise, la traversée Sache-Mont Pourri qui ce fait généralement versant Est au départ du refuge de la Martin ou de Turia.

Mais, Matt ayant des racines sur Peisey-Nancroix, pas question pour lui de partir d'un autre endroit que le parking de Rosuel, à l'Ouest.

Et puis, de fil en aiguille, la traversée gagne en distance...Pour gagner le Dôme de la Sache, il faudrait passer par le Dôme des Platières et puis....quand on sera au Mont Pourri gravi par son arête Sud, on ne va pas descendre par le glacier du Geay qui sera certainement pourri, il faudrait continuer sur l'arête Nord du Pourri qui nous amènera au Mont Turia puis, au Col des Roches.

Mais du Col des Roche....ET bien toujours pas question de descendre le Glacier du Geay et encore moins celui du Grand Col qui va parpinner dans tous les sens. Il faudrait finir par l'Aiguille du ST Esprit et son arête Est. Ensuite on pourra se laisser glisser jusqu’au Grand Col et regagner la Vallée.

Voilà comment nait une grosse bambée en montagne dans les grandes lignes ;-)

Nous passons la nuit à Vallandry au chalet de Matt et à 5h10 nous partons du parking de Rosuel. Pas besoin de frontale (mais celle ci est dans le sac pour éventuellement ce soir) et la montée passe bien jusqu'au Chalet de la Plagne ou nous faisons le niveau en haut car ensuite nous n'en aurons plus l'occasion (nous avons 2 litre chacune)


Le décors est jolie et nous tournons à gauche direction le Plan de la Sache puis, on attaque les raides pentes pour gagner le Glacier Suspendu et, par du rocher bien pourri, débouché juste à côté du Dôme des Platières.

Je me suis un peu enflammé et j'ai fini la montée un peu fort mais les jambes sont là alors j'en profite ;-) Il est 8h45, nous n'avons pas trainé.









Petite pause crème solaire, le soleil commence déjà à bien taper.

La vue sur la traversée Sache -Pourri se dévoile...Houa, c'est chouette







Un guide et son client, dont nous avions vu les frontales au loin au départ, arrivent par l'arête Nord Ouest. On discute un peu, il nous donne quelques infos sur le glacier du Geay et nous voilà reparti pour la petite descente au Col du glacier de la Sache et attaquer l'arête Sud Ouest du Dôme de la Sache.

ET là....Je m'emballe...Je sais que le guide et son client son restés au sommet des Platières et nous regardent et, "inconsciemment" je monte comme un bourrin, il faut mettre un peu les mains mais rien de bien méchant alors, je continu sur mon rythme et c'est au sommet quand je vois arriver Matt en sueur et ....bien fracasse que je comprend que j'ai un peu abusé.



Il est bougon (on dirai Steph dans un mauvais jour ;-)), me dit que j'ai fait n'importe quoi mais surtout, il c'est mis dans le rouge et à "peur" pour la suite à cause de ses traditionnels coups de chaud...

J'admets mon erreur et promet de ralentir.

La vue sur la suite de notre périple est magnifique et nous chaussons les crampons pour relier, via l'arête glacière, le sommet de la Sache à la base de l'arête Sud du Mont Pourri.






La première partie déroule bien en montagnes Russe puis le retrait retrait du glacier va nous obliger à une descente raide sur de la neige molle reposant sur des dalles ou de la glace.

Matt, pas encore bien remis, n’apprécie pas trop ce moment et pour son bonheur, il est en train de perdre ses crampons (qui ne bougent pas d'habitude) et la vue sur des crevasses qui sont là pour arrêter sa chute en contrebas ne le met pas dans une grande joie...









Le mauvais moment passé, nous reprenons le fil neigeux, il recommence à sourir ;-) et nous enlevons les crampons pour continuer par du rocher plus ou moins pourri jusqu'à la brêche Puiseux qui s’atteint par des contournement versant Ouest

Il est tant de faire une bonne pause pour manger et ....sortir la corde.











J'attaque la première partie en tête, quelques sangle par ci par là, le rocher n'est franchement pas terrible mais rien de dure.

A la moitié de l'ascension, MAtt passe devant, il est bien remis et est en forme pour une partie plus redressée mais en meilleur rocher.

Malgré les doutes en voyant un bastion bien verticale, il y a toujours un bon passage, la fin est tranquille et nous touchons le sommet du Mont Pourri à 12h30...Cela fait 7h20 que nous sommes parti et il nous reste un bon bout...

La vue sur le chemin parcouru est...MAGNIFIQUE...



Après une nouvelle pause nous voilà en direction du Mont Turia.

L'Arête Nord est vraiment facile au début puis, nous arrivons au premier gendarme, MAtt est devant , un petit pas de grimpe puis il faut redescendre derrière....et bien, ce ne sera pas trop sympa pour moi la descente de gendarme en second ;-)

Cette traversée est vraiment magnifique mais assez longue dans ce sens avec toutes les descentes de gendarmes et un rocher comment dire....pas très très sure.

Le Turia est franchi , sympathique sommet bien effilé mais pas très individualisé.





Maintenant il faut gagner le Col des Roches par un couloir...de merde....et c'est là que je choisi de faire une bonne hypo.

C'est un peu expo mais pas dure et je galère à descendre. Matt essaye de me montrer les meilleurs passages. Il faut mettre ensuite les crampons pour finir la descente du couloir avec la visite de pierres arrivant du dessus et venant nous saluer.

Nous ne trainons pas dans ce coupe gorge et gagnons le col.



Ma motivation à bien chuté, je tente de vendre à Matt une descente express du Glacier du Grand col et lui dit qu'en courant on pourra éviter les chutes de pierre...Je ne sais pas pourquoi mais mon idée ne l'enchante guère et me dit qu'on va passer par l'Aiguille du St Esprit mais qu'avant il faut que je mange pour retrouver du jus.

Tout le début en direction de l'Aiguille est "rando" et nous pouvons admirer les énormes chute de blocs sur la descente que je voulais emprunter.

Nous buttons bientôt sur la dernière difficulté. Un beau gendarme avec quelques rocher surplombant, le tout  bien pourri, et il faut contourner sa base pour trouver une fissure cheminée en III+ permettant de monter à son sommet.

Il va falloir traverser dans une pente pourri qui s’effondre surement régulièrement vue la gueule du truc et maintenant, c'est moi qui bougonne...j'ai franchement pas envie d'aller là dedans...

Matt traverse délicatement se merdier en mettant deux sangles un peu près sure et arrive au pied du ressaut et me dit que la suite est logique et facile...je doute de sa bonne fois mais le rejoins tout doucement quand même. Je suis cuit ...

Nous sommes sur un bon relais, je lève les yeux et, il ne m'a pas dit de connerie, la fissure cheminée est évidente et en bon rocher. Il avale vite fait la longueur, me fait monter, ouf, les difficultés sont passées et je commence à me remettre tout doucement de mon coup de mou. La fin est facile jusqu'à ce dernier sommet mais en restant vigilant quand même.







Nous finissons la gorgée d'eau qu'il nous reste, les barres de céréales sont elles fini depuis bien longtemps


Nous rangeons la corde et la descente en direction Grand Col est avalé en courant dans des pentes gravillonneuses jusqu'à des petites barres qui se franchissent en louvoyant.

Changement de tenue pour aborder la longue descente jusqu'à Rosuel et nous ne nous arrêterons même pas au refuge du Mont Pourri pour boire la traditionnelle bière car nous sommes trop cramé.

Au parking nous allons nous avachir un bon moment dans le talus pour récupérer....Quelle journée...14h00 dans la montagne, environ 7h30 pour relier le Dôme des platière à l’Aiguille du St Esprit.

Un beau rêve de réalisé. Merci Matt du partage et d'avoir assuré sur la fin quand j’étais "out".

Manu

Comments