Blog‎ > ‎

Kushigata Wind trail (27/05/2018)

publié le 29 mai 2018 à 17:12 par Maurice Murray   [ mis à jour : 29 mai 2018 à 17:13 ]
La première question que m'ont posé les propriétaires de l’auberge c’était : «   Mais qu’est-ce que faites vous ici ? » C’est vrai que Tainai n’est pas l’endroit le plus connu du Japon. Après m’être connecté à la wifi je leur ai montré le site web de la course. Et là les deux m’ont dit : « Ooooh BGSA » Bon presque. 😉

La course avait lieu près de Niigata, une ville du nord du Japon. Un parcours de 31 km et 2500 mètres de dénivelé. Mais c’est du cumulé. Kushigata veut dire en forme de peigne, il y aura donc quelques belles montées et descentes. Première course de l’année c’est chouette de retrouver l’ambiance de la compétition. C’est une course locale et tout le monde est souriant. Il y a quelques autres européens présents, des expatriés qui travaillent à Tokyo principalement.

On est 136 coureurs à prendre le départ. Le décompte est donné… san, ni, itchi ! C’est parti quand même doucement, ils ne connaissent pas la tactique Le Baher. J’arrive à suivre le petit groupe de tête d’une vingtaine. Le parcours commence par deux kilomètres de plat sur route et chemin avant d’entamer la première montée dans la forêt. Escaliers et sentiers de terre sont au menu. Mais techniquement rien de trop difficile.

Il fait chaud mais le couvert de la forêt permet de garder une certaine fraîcheur. Les 10 premiers km passent rapidement, sensations excellentes. Dans les grosses descentes j’arrive à doubler quelques coureurs. Le balisage est impeccable et il y a quelqu’un à toutes les intersections. Impossible de se perdre. A mi parcours on traverse une forêt de grands conifères majestueux avec un petit temple.

Jusqu’au km 22 tout va parfaitement. Mais première course oblige, tout n’est pas au point. La gourde est vide et je n’ai plus rien à manger… Je suis à sec. L’aiguille est dans le rouge et le moteur n’arrive plus à tourner à fond. Heureusement, je suis près du dernier ravito. Mais je passerai un bon 15 minutes au ralenti le temps que le liquide et le sucre soient assimilé par l’organisme. Pour la suite je serai toujours au bord de la crampe mais je pourrai terminer quand même sur un bon rythme. 

Je franchis la ligne en 4h17 pour une 13ème place au scratch. Belle organisation de course, bonne ambiance. Cool de se retrouver dans l’ambiance trail. 


Comments