Blog‎ > ‎

Haute Tarentaise Sauvage 09-09-218

publié le 10 sept. 2018 à 14:36 par Manu Barbier
En ce beau dimanche de début septembre, je choisi de prendre la route direction la Haute Tarentaise.

Je me gare au hameau du Chenal puis, je remonte tranquillement la route jusqu'au Fenil puis prend un sentier en direction du Vallon du Nant Cruet.

Il aurait été beaucoup plus rapide de passer par la piste du bas qui remonte le torrent jusqu'à la prise d'eau mais, je préfère les vielles sentes sauvage...et puis je me suis loupé....;-)

Bien que dans un terrain plutôt merdique cette longue traversée à flan est agrémentée par le levé de soleil sur la Petite et Grande Sassière.

Je débouche sur le plateau de Grand Plan, un endroit idyllique pour un Bivouac, puis remonte les pentes en direction des rochers de Pierre Pointe.

Après un pierrier un peu merdique, je débouche sur l'arête et gagne le sommet de Pierre Pointe à 3441m d'altitude.
La vue sur les glaciers environnents est splendide et j'aperçois les deux sommet culminant de ma ballade.







Je descend l'arête vers l'Est et trottine tranquillement en direction de la Pointe de la


Plate des Chamois (3567m), qui est en fait une petite bosse sur la croupe qui amène

au point culminant, la Pointe de Nant Cruet à 3605m.

Très belle vue sur le Valgrisenche tout proche , le Grand paradis, le Mont Pourri....






Une petite Pizza avalée et me voilà reparti en direction de la Pointe des Mines (Bec de Suessa pour la version transalpine) et ses 3419m.

Il me faut retourné à la Pointe des Plates des Chamois puis descendre pleins Nord les escaliers dalleux ressemant découvert par le recul glacière.

Je prend pied ensuite sur le glacier supérieur des Balmes appelée aussi glacier de Vaudet;

Petits crampons enfilé sur les baskets et je trottine en direction de mon prochain objectif.



Une zone crevassé mais facilement évitable me surprendra un peu et me rendra un peu plus attentif...







Du sommet de la Pointe des Mines,je jette un œil dans le retro puis j'attaque ma descente et j'évite le glacier Italien en descendant par l'arête rocheuse jusqu’à ce que celle ci ne passe plus.

un peu de désescalade et je me retrouve dans la zone d'un récent éboulement...

Les blocs énormes sont figés dans la glace et il ne ferait pas bon être là par grosse canicule...

Après quelques temps à essayer de trouver un échappatoire, je me rend à l'évidence, il faut que je prenne pied sur les pentes bien gelés du glacier.

C
e n'est pas excessivement raide, environ 35° et la descente avec des vrais crampons n'aurait posé aucun problème mais, avec mes "super light spécial basket"...

Après 45' bien "épuisantes", je peux m'échapper pour gagner des pentes caillouteuses et descendre rejoindre le Col des Mines.







Plus qu'à rejoindre le jolie vallon du Clou en passant par un magnifique plateau sauvage, dominé par les deux langues plongeantes du Glacier supérieur des Balmes.

Un bien belle journée en montagne.






Comments