Blog‎ > ‎

GR73

publié le 26 mai 2019 à 14:32 par Charles Bordier   [ mis à jour le·27 mai 2019 à 08:37 par Membre Bgsa ]

C’est parti pour la saison été, enfin si c’est comme cela que je dois l’appeler.


C’est avec comme objectif de préserver ma cheville blessée du lundi que j’arrive au départ de cette course, du coup je me retrouve dans les derniers sur la grille de départ ou bien évidemment je n’apercevrai pas Pierrot n’ayant malheureusement pas pu venir, ni Sam faisant le parcours en relai avec JéV et étant bien évidemment placé devant.

Le TOP départ est lancé dans le nuit à 5h, je part doucement car pas échauffé je m’étais dit que j’aurais suffisamment de distance pour être chaud… Les premiers pas m’on permis de détester la cheville qui avait l’air de bien tenir dans ma toute nouvelle chevillère achetée la veille.


Tout au long de la course mais plus particulièrement sur la première partie du parcours je ne cessait de me dire « regarde ou tu met les pieds », « ne lève pas trop la tête », « reste concentré », et cela à porté ses fruits car ma cheville droite n’est partie que 2 ou 3 fois sans trop de douleurs, et 2 fois pour la gauche….


Dans la descente menant au lac de la Thuile, ayant retrouvé un peu de bitume j’ai pu me lâcher un peu.

Au lac belle surprise de voir le Prèz (Loïc) et le binôme (Oliv’) venu nous encourager.

De là je repart content d’avoir vu les copains et un peu plus confiant en ce qui concerne ma cheville.


Dans la montée du Pic de la Sauge je reprends pas mal de monde, ceux-ci m’on bien évidemment doublé dans la descente qui a suivi… Et je les ai repris dans le montée à la Pointe de la Galopaz, vous devinez la suite…


Arrivé aux Aillons je retrouve le binôme qui me dit qu’il va m’accompagner et m’apprends que Sam était passé quasi 2h plus tôt que moi. Un grand BRAVO à lui!!!

Je regarde ma montre et j’en profite pour me poser 10’ en remplissant les gourdes et buvant une bonne soupe chaude.


Ce bon petit « repas » m’a donné du mal pour la suite, mal au ventre du mal à avancer, mais bref c’est pas grave le binôme est là on tchache et ça fait du bien de penser à autre chose. Ce moment de pas bien me suivra jusqu’à la fin de la descente du Colombier. Après ça j’ai retrouvé mes jambes à la descente et l’envie de relancer sur les plats.

Après le Morbier ses diots frites soupe et brochette le départ difficile, mais le temps menaçant me dit qu’il faut y aller. Oliv’ m’accompagne jusqu’à la bifurcation qui le ramènera aux Aillon. Un petit câlin plus loin je suis tout seul, c’est donc une bonne petite averse qui est venue me tenir compagnie, celle-ci me donnera l’occasion de tester ma nouvelle veste (merci si puis-je dire…).

La cheville étant bien chaude j’arrive à courir sur les sentiers en dévers, ce qui me permet de reprendre un peu de monde. Plus loin les chemins s’élargissant donne l’occasion de se lâcher un peu plus. Et que dire de l’arrivée ou je retrouve le bitume, alors quand des pax m’on doublé sur les chemins, je me suis donné un malin plaisir à faire tourner les jambes afin de les déposer sur la partie plus roulante :-))

A ce petit jeu nous avons fini à trois, au sprint…


Cheville pas plus douloureuse mais toujours un peu gonflée, je vais profiter de cette récupération de course pour qu’elle redevienne « normal » et pouvoir commencer à m’entraîner avant la prochaine!


Résultats ICI



A’rvi,

Charles



Comments