Blog‎ > ‎

diagonale des fous 2017

publié le 5 nov. 2017 à 03:57 par Jérôme Vioud
Pour cette diagonale, c'est toute la famille qui m'accompagnera cool!Biensûr pas que pour la diag on a bien profité aussi ce fût des vacances top.
Allez le jeudi soir aux alentours de 19h45 je me rends au controle de sac pour ensuite se rendre dans la cage des fous ça sent bon tout ça 

 je trouve qu'il n'y a pas encore beaucoup de monde du coup je me place juste  derrière les barrières pour que quand ils nous lachent je me place et là je me fais avoir je ne suis pas allé suffisament sur la droite . Une fois les élites placées sur la ligne de départ ils commencent à ouvrir les barrières ça pousse fort même que des barrières se renverseront bref tout le monde a envie d'être laché pour en découdre ( à quelle sauce).
A 22h local le départ est donné toujours autant de monde sur les 10 1er km  une ambiance de dingue , j'arriverais quand même à voir toute la familly sur le bord de la grande avenue du départ .A partir de là il ne faut pas s'enflammer une montée de 38 bornes avec 2400 de d+ nous attend donc gestion.
Du coup j'arrive à nez de boeuf en 5h56 de course. Il ne fait pas froid du tout ,je suis super bien dans mes temps à partir de là je passerai en mode ravito par ravito pour me doner de cours objectfs . Une fois à mare à boue après 7 h20 de course le lever du soleil commence a pointé le bout de son nez.
Cool tout cela, je sais que dans pas longtemps je vais voir tout mon fan club à cilaos .Juste une petite info pour se rendre a cilaos  , il l'appelle la route aux 400 virages et par moment ça passe que par un donc bon courage à chris qui va sûrement me maudir et en plus de nuit. Me voilà à cilaos après 10h34 de course, heure locale 8h34 nikel en plus je me sens super bien presque frais enfin vous voyez . Je me change complètement et je prends le temps de manger .A la sortie de la base vie je vois tout mon fan club qui m'encourage cela me recharge les batteries
. Je reste 5' avec eux
et me voilà reparti pour une 2 ème grosse partie avant de les revoir .Le taibit grosse montée en plein cagnare cela me calmera bien gros coup de chaud sur toute la montée.Une fois en haut j'entame la descente sur marla et là je commence à avoir une gêne au niveau du genou je comprends vite que c'est le tfl qui me titille.Quand j'arrive a marla je demande si il y a un kiné ou docteur. 
mais sans succès il faudra attendre grand place pour que je me fasse straper le genou . En attendant de mis rendre la douleur s'intensifia. Une fois à grand place je me ferais straper le genou et mangerai un bout, je vous avourai que plus grand chose me faisait envie. A partir de là je commence à être bien entamé mais je me dis qu'il faut se
rendre à roche plate et une fois là bas je verrai, je mettrai un temps fous pour m'y rendre j'avance plus j'ai soif et plus grand chose dans mes flasques avant d'arriver à roche plate je donnerai même un coup de fil à chris pour lui dire que j'allais dormir 3h30 pour me reposer et voir si la douleur allait se calmer.A 2h du mat je repris
 mon petit bonhomme de chemin pour monter le maido de nuit , je ne voulais pas refaire comme l'année dernière 1 pas en avant et trois en arrière . Me voilà à 5 h du mat au
ravito maido tête dure ou je repris goût à manger ( une petite assiette de poulet coco ) qui me fit le plus grand bien.Je m'arrête pas trop longtemps pour entamer la descente sur sans soucis oû je revis mes supporters de choc qui m'avaient fait la surprise de me fabriquer une pencarte maison pendant ma traversé de mafate.

Une fois a sans soucis ils sont tous à mes petits soins je me lave les pieds les nok change de chaussettes
grignotte 2 3 trucs m'allonge 5' et puis c'est reparti pour à nouveau de petits objectifs où là j'aurai à chaque fois mon fan club qui m'encouragera pour aller atteindre le prochain ravito.le temps passe et le soleil commence à chauffer, je le savais
que en m'arrettant 3h30 dans la nuit je m'exposais à reprendre le soleil
avant l'arrivé cela fut bien le cas pour finir les 3 montagnes russe qui se nomment chemin ratineau
chemin des anglais et collorado. Pour finir une fois à collorado j'assurai la descente sur le stade de la redoute que je bouclerai en 43h54 .
se fut une délivrance d'arriver et de revoir mes supporters qui sans eux je ne serai certenement pas allez jusqu'au bout .
Merci à eux pour m'avoir pousser et revivre cette belle et dure aventure.
Comments