Lettre n°3 février 09

La Une : Ils sont longs et rouge, ils grouillent littéralement. Ils sont en règle : ils ont des papiers ... à mâchonner. Ils travaillent dans l'ombre pour le futur. Ils sont au Local. Venez les rencontrer...Sommaire : La Une ; ça s'est passé au Local en janvier ; ça se passera au Local en février-mars ; la visite chez Jean-Paul ; les projets en cours à l'ADDA ; comment va le monde.Qu'est-ce qui est long comme mon petit doigt, rougeâtre, qui mâchonne sans dents, qui vit dans l'ombre et produit du nectar avec son système digestif (pour parler poliment) ?

Vous l'avez deviné : les lombrics sont arrivés au Local, dans un composteur individuel prêté par l'association Compostri. Pour le moment, ils se reposent de leur changement de résidence et s'accoutument aux odeurs et à l'atmosphère de l'ADDA. Dans quelques jours, nous pourrons commencer à les nourrir avec des petits morceaux issus des déchets de notre revalorisation. (tout) Petit problème, ils sont venus avec leurs copains moucherons, qui s'ébattent dès que possible au dessus des confitures. Mais bon, c'est pour une très bonne cause.

Et sachez-le, leurs cousins "industriels" sont toujours dans les projets de l'ADDA : la demande de petit composteur collectif sur la place de la Fontaine Barbin, face au Local, suit toujours son cours avec Compostri et Nantes Métropole.

ça s'est passé au Local en janvier

En plein dans le bilan comptable de l'année 2008, grande question : tous ces adhérent(e)s qui donnent du temps pour faire fonctionner l'association n'apparaissent nul part (car non rémunérés) ! Et pourtant sans la contribution de chacun rien n'existerait. Décision est prise de valoriser cette contribution de façon globale (et non nominative). L'outil de mesure choisit est le temps (pas très original) symbolisé par des jetons de couleurs. Résultat : pour le mois de janvier nous avons contribué pour 306 heures au fonctionnement de l'ADDA (1,9 ETP), soit presque 2 personnes à temps plein.

Même réflexion pour la revalorisation du "gratuit", chaque jour nous évaluons avec l'aide des donateurs la valeur marchande de l'espace de gratuité. En alimentation nous avons redistribué pour 1 550 € pour le mois de janvier.

Sinon, les ateliers du local nous ont permis de déguster d'excellentes pâtes de coing et de confiture d'oranges amères. Nous nous sommes choyé(e)s avec la crème visage.

Des adhérentes ont démarré la revalorisation du gratuit pour elles-mêmes et pour les autres, afin de repartir avec son repas tout prêt et de partager les savoir-faire.

Peu de succès pour la conférence-débat "Ce que j'ai compris sur les matières premières non renouvelables", sujet qui doit encore atteindre son pic de production...

ça se passera au Local en février-mars

Retenez par contre déjà vos places pour la prochaine conférence-débat "Ce que j'ai compris sur la biodiversité" le 25 février...

Samedi 7 février 14h -16h : Le goûter du Troc'ADDA - échanges de vêtements + goûter

Lundi 9 février 14h -16h30 : Atelier beureks (feuilleté oriental salé) avec Fella + chants traditionnels algériens avec Elisabeth

Mercredi 25 février 19h30 - 21h : "Ce que j'ai compris sur la biodiversité" avec Xavier et Elodie

Mardi 3 mars 18h - 19h : Livraison de volailles (sur commande avant le 28/02)

N'hésitez pas à proposer des ateliers...

Fermeture du Local du 15 au 22 février 2009.

La visite chez Jean-Paul

Le dimanche 1er février, sous une bise du nord-est peu fréquente mais absolument glaciale, 13 adhérents de l'ADDA se sont retrouvés près de Montbert, au lieu-dit la Sordais, chez Jean-Paul Chagneau. Il a fait une présentation de son projet, tout à fait cohérente avec sa présentation faite au CA de l'ADDA.

Du côté du prêt, les présents préfèrent à l'unanimité que l'ADDA soit le seul interlocuteur à la fois pour les prêteurs et pour Jean-Paul. La gestion des parts sera donc faite directement avec Jean-Paul Chagneau. Les adhérents intéressés prêteront à l'ADDA, en fonction du nombre de parts achetées. Xavier et Claire se renseigneront auprès d'un conseil juridique et financier d'une part, et auprès de l'association des Cigales d'autre part (gestion de micro-crédit).

Le projet devrait se mettre en place courant février. Environ la moitié des terrains achetés (soit 2 Ha) peuvent passer directement en production bio car ce sont d'anciens pâturages à chevaux. Le reste, y compris un partie de ce qui est actuellement en exploitation, est en conversion, avec attente de certification. Ce point sera éclairci avec Jean-Paul, notamment sur les délais de la mise aux norme et de la certification ECOCERT, qui coûte un peu cher.

Au final, le groupe présent et d'autres adhérents qui n'ont pas pu se déplacer devrait pouvoir mobiliser entre 15 et 20 parts à 100 €, il reste donc au moins une vingtaine de part à prendre (JP a besoin de 4 000 €).

Les projets en cours à l'ADDA :

Pas 1000 chantiers creux, mais toujours plein d'idées à l'ADDA, pour que les bénévoles ne manquent pas de travail !

* rénovation tranquille du site. Vous pouvez déjà découvrir, si vous êtes curieu-x-se, un lien sous le nom dans la page d'accueil du site (pour en savoir plus sur l'ADDA ). Cela vous mène sur quelques pages supplémentaires ô combien précieuses : recettes, diaporamas, calendrier et toutes les informations complémentaires dont vous avez besoin. L'idée est de profiter de l'aide technique proposée par Vincent pour agrémenter un peu ces pages. L'hébergement chez Google ne serait pas mis en question (il est gratuit), mais peut-être pourrons-nous habiller un peu ces pages pour le moins austère avec notre charte graphique. La volonté du CA est de privilégier le lien direct et *local*, et pas trop les "petits mickeys" dématérialisés. A suivre, donc...

* Charte de l'ADDA. Validée lors d'un précédent conseil d'administration de l'ADDA, la création d'une charte de l'association devient fondamentale pour inscrire dans le marbre les valeurs qui sont défendues par les créateurs de l'ADDA. Cette charte rendrait aussi plus explicites les discours d'accueil au Local et donneraient du fond aux informations que nous vous faisons passer. Cela permet aussi d'initier des actions concrètes et symboliques (à la fois) que les adhérents pourront porter. Au delà du développement durable au sens premier, la lutte contre le changement climatique y prendrait certainement une grande place.

* Statuts et comptabilité. Domaines austères s'il en est, les statuts et leur matérialisation numéraire restent l'ossature fondatrice d'une association. Au même CA que pour la charte, il a été décidé qu'après un an de fonctionnement du Local (et un an et demi d'existence de l'association) il était opportun de réécrire certains articles des statuts. Le fonctionnement comptable, corollaire financier de l'activité, doit aussi tracer celle-ci et la rendre lisible en termes d'euros (les bouchons des bénévoles ou la 'valorisation' du gratuit). Olivier, un adhérent expérimenté dans le domaine associatif, nous accompagnera sur ce projet. Nous nous tournerons aussi vers l'Atelier des initiatives en tant que de besoin.

Comment va le monde ?

Une rubrique qui va peut-être devenir permanente et que nous testons maintenant. Ce ne sera qu'une suite de nouvelles et de mise à jour des conférences-débats de l'ADDA, uniquement des liens très légèrement commentés.

Crise financière : La seule chose que l'on sait, c'est qu'on ne sait pas ce que ça va donner ; ça va mal, ça ira encore plus mal, et les plus grands dangers sont sans doute de 'faire comme si et continuer' d'une part, ou d'autre part de se replier sur soi-même (nationalisme, rappelez-vous 1933 en Allemagne ou l'attitude de Chamberlain au UK). Ces deux postures sont hélas en cours, aussi bien en Europe qu'en Chine ou aux USA. SOURCES : voir sur le média ContreInfo, rubrique Economie, les articles des chroniqueurs (Paul Jorion, Paul Krugman ou Michel Santi…). Et dire que les croyants en la vache sacrée « croissance » proposent 1000 projets.

Changement climatique : En gros, les pires prévisions des modèles météorologiques et océaniques sont maintenant non pas avérées, mais dépassées (!!). Acidification dramatique des océans (voir l'appel de Monaco), réchauffement en Antarctique ouest (non prévu), dégagement de méthane du permafrost ET des clarathes de méthanes du fond des océans (non inclus dans les modèles – le méthane est 20 fois plus puissant comme gaz à effet de serre que le CO2), avancement de la date de la fonte totale de la banquise grœnlandaise de 2100 à 2030 ( !!), sécheresse (très) sévère en Australie, etc. Jusqu'ici, tout va bien. Donc, dans ce domaine aussi, la situation est pire que prévue. L'année 2008 a vu un certain nombre de mises à jour et travaux complémentaires à ceux du GIEC (voir le rapport de 2007 en français - PDF - 37 pages- disponible au Local). Comme les données de ce rapport dataient de 2006 au plus tard , ces mises à jour sont très importantes pour la connaissance scientifique du changement climatique. SOURCES : ContreInfo est vraiment à la pointe des informations qui ont du sens. Voir la rubrique Environnement. A noter la sortie du livre d'Alain Grandjean et Jean-Marc Jancovici qui fait bien le point sur le temps qui nous reste pour AGIR, avant l'augmentation certaine du prix de l'énergie (moins de 10 ans, peut-être 5) et les premières manifestations massives du changement climatique (20 à 30 ans : baisse des rendements agricole, eau, biodiversité, etc..). Le titre : « Energie-Climat, c'est maintenant : 3 ans pour changer le monde », disponible auprès de Xavier. Voir aussi les actualités de Notre-Planète.Info, souvent bien complémentaires de ContreInfo.

Matières premières non renouvelables : rien de bien nouveau là-dedans, à part l'or qui poursuit sa montée, comme valeur refuge des certains capitaux… Y'en a qui diraient « mauvais signe ». Plaidoyer de Paul Jorion (encore lui, et encore sur Contreinfo…) pour que les matières premières alimentaires soient sorties des marchés spéculatifs.

* A venir dans une prochaine lettre : printemps des voisins, un AN du Local, assemblée générale de mi-année, les déplacements de l'ADDA...